Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Nigéria © Sébastien Duijndam pour Action contre la Faim

À la Une

Campagne

Nourrir ça veut dire cultiver

Pour l’agriculture, contre la faim

Nous avons décidé d’utiliser l’agriculture comme un outil pour lutter contre la faim. Apprendre aux populations qui en ont besoin comment cultiver mais aussi leur apprendre les pratiques telles que l’agroécologie ou l’agroforesterie pour qu’elles puissent cultiver tout en respectant la terre. Nous mettons en place des formations adaptées aux besoins qui diffèrent d’une population à une autre et d’un endroit à l’autre. Notre rôle est aussi d’aider les personnes déplacées ou réfugiées. Lorsqu’elles sont forcées de quitter leur foyer elles laissent tout derrière elle, perdant ainsi leur moyen de subsistance, leur travail ou leurs terres. Grâce à ces formations nous leurs permettons d’acquérir des connaissances et de développer un moyen pour subvenir aux besoins alimentaires de leur famille.

Notre mission est aussi de promouvoir l’indépendance, la dignité et l’autonomie des populations locales, en axant nos efforts sur l’agriculture nous leur évitons de devoir faire la queue pour recevoir des denrées alimentaires. Les formations en agroécologie permettent de relancer et d’améliorer les activités agricoles et de créer de nouvelles ressources pour les populations. Les formations sont adaptées à chaque besoin, dans les territoires arides par exemple nous apprenons aux agriculteurs à cultiver les aliments les plus adaptés.

 

S’adapter aux besoins

En Éthiopie, dans le camp de Nguennyyiel nous avons mis en place des jardins pour les réfugiés ! Un kit avec des ustensiles leur est fourni ainsi que des connaissances pour apprendre à cultiver la terre pour pouvoir s’alimenter de manière autonome et ne plus avoir à dépendre de l’aide alimentaire. Grâce à ses programmes nous voulons préserver la dignité de nos bénéficiaires et leur permettre d’avoir accès à des ressources. Ainsi nous espérons briser le cercle vicieux qui lie les conflits et la faim.

Le potager d’Adèle

Cette initiative vient également des bénéficiaires eux-mêmes, c’est le cas d’Adèle Poukade en République Centrafricaine, elle a fui les conflits et s’est réfugiée dans le camps de l’évêché. Ancienne infirmière elle exerce bénévolement dans le camp et pour subvenir à ses besoins elle a décidé de créer un petit potager afin de pouvoir nourrir ses enfants.

Fournir un accès à des terres et des connaissances en matière d’agroécologie, mais aussi d’autres concepts comme l’agroforesterie et la préservation des sols. Ces pratiques sont importantes dans certaines zones du monde comme le Guatemala. Une grande partie du pays est touché par des sécheresses. Pour pouvoir cultiver la terre et la préserver. Nous avons donc mis des formations en place pour que des leaders de chaque communauté puissent apprendre et mettre en place les concepts d’agroforesterie et ensuite transmettre leurs connaissances aux autres membres de la communauté.

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte