Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

SO FSL 2017 KhadijaFarah © Khadija Farah pour Action contre la Faim

À la Une

Kenya

En Afrique de l’est, la sécheresse aggrave encore la crise alimentaire

Dans toute la Corne de l’Afrique les agriculteurs peinent à atteindre leurs objectifs de récolte, le bétail dépérit et le prix des aliments a augmenté. Le bilan humain risque d’être lourd car ilne s’agit pas d’une simple période sèche. En effet, la saison annuelle des pluies – qui s’étend généralement de mars à juin – a pour l’instant donné moins de la moitié de la moyenne habituelle des précipitations.

En Somalie, où les pluies sont connues sous le nom de Gu, la situation est particulièrement alarmante. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), les pluies du Gu de 2019 sont les troisièmes les moins fortes jamais enregistrées. Les communautés somaliennes se remettent à peine de la sécheresse prolongée de 2016-2017, et nombre d’entre elles sont incapables de faire face à la situation.

"Les communautés qui étaient déjà vulnérables en raison des dernières sécheresses sont de nouveau confrontées à la faim et à la pénurie d’eau et sont exposées à des maladies contagieuses mortelles"
Mark Lowcock
secrétaire général adjoint de l’ONU, coordinateur des secours d’urgence
Kenya 2018 © Lys Arango pour Action contre la Faim

Les mauvaises récoltes et le manque de bétail entraînent une augmentation de la faim et des déplacements dans toute la région. Cela frappe particulièrement les agriculteurs et les éleveurs des communautés rurales de Somalie, du Kenya et d’Éthiopie. La semaine dernière, M. Lowcock annonçait que le Fonds central de secours d’urgence (CERF) de l’ONU allait débloquer 45 millions de dollars pour aider les communautés touchées. 

Action contre la Faim et la communauté humanitaire exhortent les donateurs à accroître encore leur aide dans la région avant que la crise ne s’aggrave davantage. Seulement pour la Somalie, le Plan d’intervention en cas de sécheresse demande plus de 700 millions de dollars pour aider les personnes touchées par la sécheresse et atténuer ses effets.

Selon les estimations, en Somalie 2,2 millions de personnes pourraient être confrontées à une crise ou à des niveaux d’urgence d’insécurité alimentaire aiguë d’ici juillet – c’est-à-dire à une situation proche de la famine. Au total, plus de 23,3 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire en Éthiopie, au Kenya, en Somalie et au Soudan du Sud.

Dans certaines régions, les pluies commencent à tomber, mais il est peut-être trop tard pour éviter une crise alimentaire.

"Même si la sécheresse diminue, la situation nutritionnelle restera préoccupante"
Hajir Maalim
directeur régional des programmes d’Action contre la Faim, Corne de l’Afrique et en Afrique de l’Est

“Les récoltes n’ont rien donné et il n’a pas été possible de replanter, si bien que la prochaine saison des récoltes sera mauvaise. Sans aide, les familles seront confrontées à une grave pénurie alimentaire et nutritionnelle.”

Au cours des derniers mois, la région a déjà connu une augmentation des cas de sous-nutrition. Ces augmentations, déjà alarmantes, ne reflètent probablement pas l’ampleur de la crise nutritionnelle potentielle.

Nous croyons qu’il y a, déjà aujourd’hui, beaucoup de cas non détectés et non soignés » ajoute M. Maalim. « Les familles des zones rurales vivent loin des services de santé. Elles doivent souvent parcourir de 15 à 20 kilomètres à pied pour rejoindre les centres de santé les plus proches, ce qui a pour elles un coût très élevé en temps et en argent. C’est pourquoi nous devons continuer à travailler en étroite collaboration avec les agents de santé communautaires et les soignants pour promouvoir le dépistage précoce et le traitement de la sous-nutrition. »

Dans toute la Corne de l’Afrique et en Afrique de l’Est, Action contre la Faim se prépare à intensifier ses programmes pour répondre à des besoins croissants. Nos programmes, au rapport coût/efficacité avéré, ont prouvé qu’ils aident à sauver des vies et à atténuer les conséquences de la sécheresse et de la faim, même en situation d’urgence.

Forts de plus de 1 300 employés expérimentés dans la région, nous travaillons avec les communautés pour élargir la portée de nos programmes de nutrition, pour améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, et pour renforcer la capacité locale à comprendre et à combattre les causes de la faim et de l’insécurité alimentaire.

Restez informés de nos dernières nouvelles