Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Dewan Bigi camp © Sandra Calligaro
pour Action contre la Faim

À la Une

Afghanistan

40 ans de conflits et de crises humanitaires

Dès 1978, l’étau de la guerre froide s’est resserré autour du pays : l’URSS et les Etats-Unis se sont affrontés en terre afghane pendant plus de dix ans. La guerre civile qui a suivi l’arrivée des Talibans au pouvoir en 1996, et la guerre conduite par les Etats-Unis en 2001 n’ont fait qu’entériner la déstabilisation profonde du pays.

Secouée dans ces circonvolutions violentes, la population civile paye le prix fort depuis plusieurs générations. L’immense majorité des Afghans (34 millions d’habitants) n’ont pas connu leur pays en paix. Cette vie en terre non pacifiée se traduit par une extrême pauvreté (près de 40% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté¹), mais également par un accès très difficile aux services de base, à l’emploi et à la sécurité. En raison des conflits, il y a aujourd’hui un million de personnes déplacées dans le pays², et on estime que 1 100 personnes fuient leur foyer chaque jour³.

En 2014, l’arrivée de DAESH a complexifié le conflit en cours entre le gouvernement et les différentes factions de Talibans. Aux attaques perpétrées par les uns, les autres répondent par la même violence. Les attentats se multiplient dans les villes, et le règne de la terreur a gagné le pays. En 2016, l’Afghanistan était le 160ème pays le plus conflictuel sur 163. En conséquence, 8,7 millions de personnes ont des besoins chroniques, et 3,3 millions de personnes – soit une personne sur dix – a aujourd’hui besoin d’assistance humanitaire4.

Au cœur de cette situation, les femmes sont doublement victimes du conflit. Au cours de la Gender Analysis menée par Action contre la Faim dans la province de Ghor, à l’Ouest du pays, il est apparu que l’un des antécédents principaux de la violence faite aux femmes dans la région est l’hyper-masculinité, qui est liée à l’impact de près de 40 ans de guerre.

Présente dans le pays depuis plus de 20 ans pour répondre à ces besoins, Action contre la Faim est confrontée à un enjeu de taille : une violence qui augmente les besoins humanitaires (nutrition et santé ; eau, assainissement et hygiène ; sécurité alimentaire et moyens d’existence ; santé mentale et pratique de soins) dans les régions de Kaboul, Ghor, et Helmand.

A l’heure où le conflit en Afghanistan n’est plus à l’agenda politique et médiatique, il faut plus que jamais alerter sur les situations des populations, et mobiliser l’attention citoyenne sur ce conflit oublié, pour redonner la parole aux victimes.


Source : Afghanistan : humanitarian response plan 2018-21 

 

 

Sounds of Kabul

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte