Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

RDC © Guillaume Binet pour Action contre la Faim

À la Une

Santé

Tout ce qu’il faut savoir sur la famine

Lorsque cette situation persiste et affecte la population de tout un pays, nous faisons alors face à une famine, une situation critique qui entraîne la mort de plusieurs milliers de personnes.

Même si elles sont rares, dans certains pays les populations sont actuellement au bord de la famine et avec la crise du Covid-19 cette situation pourrait se transformer en une pandémie de la faim.

La faim dans le monde, comme la famine, apparaît à cause d’une multitude de facteurs étroitement liés qui s’alimentent entre eux. Conflits, crises alimentaires, politiques non adaptées, catastrophes climatiques à répétition ne font qu’augmenter les risques de famines et les situations de crises alimentaires.

La définition du terme famine est très controversée et pourtant largement employée pour des situations très différentes. Le problème est qu’il n’y a aujourd’hui pas de définition précise du mot c’est pourquoi beaucoup d’États jouent sur l’opacité du terme pour ne pas déclarer des situations sanitaires graves au sein de leurs pays.

 

Définition : Qu’est-ce que la famine et comment peut-on la mesurer ?

 

La famine est un état de pénurie alimentaire grave, dans lequel toute, ou une grande partie de la population d’un pays donné n’a plus accès à la nourriture sur une période longue et qui conduit à la mort des populations concernées. Cependant, il n’existe pas de définition internationalement acceptée de la famine.

Plusieurs organisations tentent donc de définir ce terme, en effet pour pouvoir lutter contre une situation il faut savoir le définir et le nommer. La famine est une situation exceptionnelle pendant laquelle un nombre important de personnes se retrouvent dans l’impossibilité de se nourrir. Elles n’ont alors pas d’accès physique à la nourriture ou pas d’accès économique. A cause d’inflations, par exemple, les prix des produits de première nécessité peuvent exploser et la population ne peut plus se permettre de les acheter. Aussi exceptionnelle soit-elle, la famine existe depuis des siècles et a frappé plusieurs fois l’histoire.

De nombreuses études ont démontré que la famine n’était pas le résultat d’une pénurie alimentaire en tant que telle mais de problèmes politiques et sociaux qui affectaient la distribution et le partage des denrées alimentaires existantes.

La famine n’est déclarée que dans les pires cas, des personnes meurent de faim bien avant ce seuil.

 

Les niveaux d’alerte internationaux

Les instances internationales ont établi des niveaux d’alerte sur l’insécurité alimentaire – appelé IPC (Integrated Food Security Phase Classification) – des populations allant de 1 à 5. Cette classification se base sur des critères définis qui permettent de définir l’état de la sécurité alimentaire dans une région du monde dans le but de d’attirer l’attention internationale sur certaines situations critiques et engager des actions.

Les pires niveaux sont les niveaux 4 et 5.

Un niveau d’alerte 4 correspond à une urgence. Des actions doivent être rapidement mises en place pour sauver des vies et réduire l’insécurité alimentaire dans la région concernée. Dans ce cas là, les familles ont de grandes difficultés à se nourrir pendant une période (en général la période entre la fin des réserves de la précédente récolte et les premières récoltes de la nouvelle saison). Ces gaps alimentaires sont souvent comblés par des solutions de survie pour se nourrir. Les familles changent leurs habitudes alimentaires, mangent ce qu’elles trouvent ou rationnalisent. Les taux de malnutrition et de mortalité augmentent par rapport à la situation habituelle.

Le niveau 5 correspond lui à un niveau de quasi-famine où des actions urgentes doivent être mises en places pour réduire la mortalité et éviter l’effondrement total des moyens de subsistance. A ce niveau d’urgence, les familles ont d’énormes difficultés à accéder à de la nourriture mais aussi à d’autres services de base. Les taux de malnutrition et de mortalité explosent et sont extrêmement élevés.

Pour être classifié en famine par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation (FAO) et le Programme Alimentaire Mondial, au moins 20% de la population concernée doit être classée en niveau 5.

RDC © Guillaume Binet pour Action contre la Faim

Qu’est-ce que l’insécurité alimentaire ? Définition

La FAO et le PAM définissent l’insécurité alimentaire comme une situation dans laquelle, un groupe de personnes n’a pas d’accès physique ou les moyens économiques suffisants pour accéder à une alimentation suffisante, nutritionnelle et de manière durable.

 

Insécurité alimentaire et famine : les chiffres

L’insécurité alimentaire est en hausse ces 3 dernières années selon les données du rapport de la FAO et du WFP. En 2020, ce sont 155 millions de personnes, soit 20 millions de plus qu’en 2019, qui étaient estimées en grande insécurité alimentaire dans près de 55 pays. La tendance se confirme en 2021. Au total, ce sont 41 millions de personnes à travers le monde qui sont à risque de famine si rien n’est fait.

 

Quelles sont les causes de la famine ?

Les conflits restent la principale cause de l’insécurité alimentaire mondiale, suivi des chocs économiques (notamment causés par la pandémie du Covid-19) et les dérèglements climatiques.

Actuellement, avec la pandémie de Covid-19, les systèmes alimentaires à l’échelle mondiale ont été fortement touchés. Les mesures de confinement nécessaires pour protéger la population ont conduit à la perte de récoltes, de revenus et ont plongé des millions de personnes dans un état de précarité. La crise n’est pas encore terminée et il faut se préparer à l’après car une pandémie peut en cacher une autre et nous pourrions faire face à une pandémie de la faim si nous ne repensons pas nos systèmes alimentaires actuels.

 

Quels sont les pays les plus touchés par la famine ?

Tout au long de nos 40 ans d’actions et de lutte contre la faim nous avons été présents pour répondre à de nombreuses crises parfois oubliées des médias.

 

Le Yémen au bord de la famine

Dans les pays comme le Yémen, secoués par des conflits interminables notre action est d’autant plus vitale. A cause des guerres les populations civiles sont privées d’accès à la nourriture, à l’eau potable et aux soins de santé. Ajoutez à cela, les déplacements de populations à cause du conflit, les effets du dérèglement climatique mais aussi l’effondrement économique du pays : le Yémen est au bord de la famine. Si aucune action internationale commune n’est prise un grand nombre de femmes, d’hommes mais surtout d’enfants risquent de mourir de faim.

Nous menons sans relâche des actions de plaidoyer et nous continuons nos actions sur le terrain notamment en matière d’accès à l’eau encore trop limité pour l’ensemble de la population. L’ONU ne cesse d’avertir sur l’urgence de la situation la qualifiant comme la pire crise humanitaire actuelle.

 

Des crises à répétition en République Démocratique du Congo

La République démocratique du Congo est elle aussi concernée, des crises à répétition engendrant des mouvements de populations et des violences ont poussé les habitants de la région du Kasaï et plus récemment de l’Ituri dans une situation sanitaire et nutritionnelle dramatique. Nous avons déployé une intervention d’urgence en 2018 au Kasaï pour venir en aide à la population au bord de la famine qui n’avait plus accès au moyens de production ni à la nourriture. La plupart étaient des enfants de moins de 5 ans, 400 000 étaient en insécurité alimentaire grave et nécessitaient une aide humanitaire pour survivre.

Les conflits et les mouvements de populations qui s’en suivent maintiennent les populations dans une grande précarité et une grande insécurité alimentaire.

 

La liste des pays en insécurité alimentaire en 2021

L’Ethiopie et Madagascar sont les pays les plus menacés de famine en 2021 selon le dernier rapport de la FAO « Hunger Hotspots août – novembre 2021 ». Au total, ce sont 23 pays qui sont menacés par la famine avec des niveaux d’insécurité alimentaire.

En Ethiopie, si rien n’est fait, ce sont plus de 401 000 personnes qui pourraient être en IPC 5 – le plus haut niveau d’alerte sur l’insécurité alimentaire – notamment à cause de l’impact des conflits dans la région de Tigray. A Madagascar, 28 000 personnes sont à risque de famine d’ici la fin de l’année dû à la pire sécheresse qu’a connu le pays ces 40 dernières années.

Le Soudan du Sud, le Yémen et le Nigéria restent à des niveaux d’insécurité alimentaire extrêmement inquiétants. Toujours selon le rapport, d’autres pays enregistrent des niveaux d’insécurité alimentaire alarmants comme l’Afghanistan, le Burkina Faso, la République Centrafricaine, la Colombie, la République Démocratique du Congo, Haïti, le Honduras, le Soudan ou la Syrie. En cause, les conflits, le dérèglement climatique, et ses conséquences (inondations, sécheresses, tempêtes, etc.) mais aussi les chocs économiques notamment liés aux mesures prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

 

Quelles sont les conséquences de la famine et de la faim dans le monde ?

La famine entraine une forte augmentation des taux de sous-nutrition chronique dans la région touchée.
La sous-nutrition a de terribles séquelles sur les populations touchées. Outre le fait qu’elle peut causer la mort dans les cas les plus sévères si elle n’est pas prise en charge, chez les enfants malnutris les dégâts restent durables. Un enfant atteint de malnutrition avant ses 5 ans aura des retards de croissance, des maladies ou des lésions cérébrales entraînant souvent des retards d’apprentissage, des mauvaises performances scolaires et donc plus tard de plus faibles revenus, les laissant dans le cercle vicieux de la faim.

 

Les enfants premières victimes des famines

Dans l’imaginaire collectif, la famine est représentée par des personnes dans un état de maigreur extrême, souvent des enfants. Lors d’une famine toute la population est touchée, les plus vulnérables sont ceux dont la santé est plus fragile comme les enfants de moins de 5 ans.

Lors de conflits ou de déplacements de population, les enfants peuvent être séparés de leurs parents et se retrouvent alors seuls sans défense et surtout dans l’incapacité de pouvoir chercher de la nourriture ou se nourrir eux mêmes. Leur état de santé fragilisé par le manque de nutriments nécessaires provoque des retards de croissance et de développement et facilite le développement de maladies. Sans supervision médicale l’enfant risque donc de mourir.

Dans le monde, 45% des décès d’enfants de moins de 5 ans sont liés à la malnutrition et aux maladies infantiles que ces enfants sous-alimentés sont trop faibles pour combattre.

 

Faim, famine ou malnutrition ? Quelles différences ? Les synonymes de famine

La famine est politiquement connotée, il est aujourd’hui difficile de pouvoir alerter sur une situation alimentaire critique sans que le gouvernement du pays n’ait lui-même déclaré un état de famine. Les synonymes comme les termes de crise alimentaire ou faim sont plus larges, moins connotés mais aussi moins appropriés si l’on fait face à une situation grave.

Lorsque l’on parle de crise alimentaire ou Faim en réalité nous faisons référence à l’insécurité alimentaire. Qui est un état dans lequel une population n’a pas un accès régulier à des aliments de bonne qualité nutritionnelle qui permettent ainsi un bon développement chez l’enfant et une bonne santé chez l’adulte.

Les crises alimentaires peuvent être marquées par des pénuries d’aliments, et ne se manifester que dans certaines régions au sein d’un pays ou d’un continent sans pour autant affecter tout le pays.

Les crises alimentaires sont aujourd’hui nombreuses et la faim résultent le plus souvent de 4 facteurs : les conflits, les inégalités, le changement climatique et les chocs économiques.

 

La famine dans le monde : des cas historiques

Au cours de l’histoire de nombreuses famines ont frappé les populations du monde entier, souvent liées à des conflits, à des épidémies, à des politiques économiques ou agricoles non adaptées ou tout simplement à de mauvaises récoltes.

 

L’Europe et la famine : le cas de l’Irlande

La grande famine en Irlande a ravagé le pays de 1854 à 1952. Elle a marqué l’histoire car sur son passage elle fait près d’un million de morts et presque tout autant de déplacés. Les causes de cette famine sont multiples : une cinquantaine d’années de politiques agricoles non adaptées mais aussi l’apparition d’une herbe folle qui va ravager les cultures de pommes de terre, l’aliment principal de la population à l’époque.

 

Famine en Afrique : le cas de l’Ethiopie

L’histoire de l’Éthiopie a été marquée par une multitude de famines remontant jusqu’au IXe siècle. Ce pays fonde son économie sur l’agriculture, aujourd’hui plus de 70% de la population travaille dans ce secteur. Mais avec le changement climatique, l’Ethiopie et ses habitants sont de plus en plus menacés et vulnérables aux événements climatiques extrêmes comme les sécheresses. Lorsque le secteur principal flanche, c’est tout un pays qui bascule.

En Ethiopie la pire famine du XXIe siècle va frapper le pays et le monde entier en 1983, les images de la catastrophe feront le tour de la planète. Le bilan est tout aussi lourd que la famine irlandaise sinon plus. 1 million de morts et plus de 2,5 millions de personnes sont forcées de se déplacer à l’intérieur du pays et même dans les pays voisins.

RDC - © Guillaume Binet pour Action contre la Faim

Comment résoudre le problème de la faim dans le monde ?

Malgré l’urgence, malgré le changement climatique, la pauvreté, les guerres et les inégalités, il existent des moyens pour lutter contre la faim. Nous développons des programmes en accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène pour sensibiliser les populations et lutter contre la propagation de maladies telles que le choléra qui amènent à la sous-nutrition.

Dans nos pays d’intervention nous encourageons la création de jardins, souvent dans des camps de déplacés et de réfugiés pour permettre à celles et ceux qui ont tout perdu, de se reconstruire, de se nourrir et de stabiliser ainsi des situations de crise. Nous adoptons de nombreuses techniques respectueuses de l’environnement notamment l’agroécologie pour permettre de produire des aliments de meilleure qualité et de manière à respecter l’environnement des communautés que nous aidons. Dans les pays comme l’Éthiopie qui ont la double peine d’affronter des sécheresses et des crises alimentaires nous mettons en place des systèmes d’hydroponie pour faire de la culture hors sol afin de nourrir le bétail et les familles des communautés agricoles.

Nous soutenons la résilience des communautés qui manquent de moyens en procédant à des distributions d’argent liquide pour relancer les économies et les marchés locaux et pour permettre aux personnes que nous soutenons de subvenir aux besoins de leur famille comme ils l’entendent. Nous encourageons les initiatives d’épargnes solidaires entre membres d’une même communauté afin de favoriser l’entraide et pallier au manque de moyens.

Nous dépistons la malnutrition chaque jour des millions de personnes et nous apportons un accès aux soins même dans les zones les plus isolées grâce au travail de bénévoles communautaires que nous formons.

 

La lutte contre la faim doit donc se faire à travers une approche qui apporte une réponse dite multisectorielle car elle a pour but de répondre à divers problèmes grâce à des programmes, à des actions qui se complètent entre eux. C’est ce que nous avons mis en place depuis plus de 40 ans pour construire un monde sans faim.

Toutes ces actions mises les unes à côté des autres permettent de soutenir plus de 21 millions de personnes dans près de 50 pays différents.

Nous voulons faire plus, nous pouvons faire plus mais nous n’y arriverons pas sans vous.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.