Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Cameroun I Yeke Oko © Action contre la Faim Cameroun

À la Une

Climat

Une agriculture durable pour lutter contre la Faim dans le monde

Destruction des ressources alimentaires, non accès à l’eau, déplacement de populations, les conséquences de ces phénomènes climatiques frappent de plein fouet des populations le plus souvent déjà vulnérables. Selon la banque mondiale dans un rapport de 2018, 143 millions de personnes vont devoir quitter leur région à cause du climat d’ici 2050.

 

Un modèle agricole industrielle défaillant

 

Le modèle d’agriculture industrielle et intensive, largement utilisée dans les pays du nord est l’un des maux de la planète. Ce type d’agriculture et la consommation excessive de viande sont mis en cause dans le rapport 2019 du GIEC – rapport annuel mondial qui réunit 2500 experts et scientifiques sur la thématique du changement climatique. Selon le rapport, les pratiques agricoles industrielles, l’agriculture intensive, l’utilisation de pesticides ou encore les monocultures participent à l’augmentation du gaz à effet de serre ainsi qu’à l’appauvrissement et la dégradation des sols pourtant considérés comme un vaste puits de stockage de carbone permettant de capter et retenir le CO2 de l’atmosphère.

Les experts du GIEC préconisent dans leur rapport « une agriculture diversifiée, territoriale et à taille humaine ». Les solutions existent déjà et sont toutes indiquées : un retour à l’agriculture paysanne, locale et respectueuse de l’environnement.

Les petits producteurs et agriculteurs sont les premiers à souffrir des changements climatiques. Cette agriculture familiale fournit pourtant 80% de la nourriture mondiale selon la FAO. Le réchauffement climatique est donc une menace directe sur la sécurité alimentaire de millions de personnes.

 

Qu’est-ce que l’agriculture durable ? Définition

 

Selon la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’agriculture durable doit « favoriser des écosystèmes sains et une gestion durable de la terre, de l’eau et des ressources naturelles, tout en garantissant une sécurité alimentaire mondiale. »

L’agriculture doit répondre à la fois aux besoins des générations présentes mais aussi aux générations futures tout en garantissant une rentabilité, une santé environnementale (protection de l’environnement, qualité des sols) et une équité sociale et économique.

L’agriculture durable est un recours aux principes de l’agriculture paysanne et ancestrale, qui préservait ses ressources, valorisait ses déchets et protégeait ses semences et ses espèces.

 

Quelles solutions pour une agriculture plus durable et respectueuse de l’environnement ?

 

Notre objectif est l’éradication de la faim en luttant contre toutes les causes et les conséquences de la faim dans le monde.

Des solutions existent pour une agriculture plus durable, avec des cultures sans pesticide, plus respectueuses des sols, plus économes en eau, plus respectueuses de l’environnement. Action contre la Faim met en place des programmes de sécurité alimentaire pour renforcer durablement la résilience et l’autonomie des populations tout en respectant certains principes de l’agroécologie.

Nigéria © Sébastien Duijndam pour Action contre la Faim

Nigeria

Sébastien Duijndam pour Action contre la Faim

Cameroun agroecologie action contre la faim © Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

Cameroun

Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

pakistan agriculture © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

1/3

Comment développer une agriculture durable ?

 

Des champs-école paysan au Cameroun pour des pratiques agricoles durables

Lutter contre la Faim, c’est aussi lutter contre le réchauffement climatique et toutes les causes de la Faim. Au Cameroun, nous avons mis en place des programmes pour renforcer la sécurité alimentaire des populations. Nous avons mis en place des champs écoles paysans, un espace de partage de connaissance et d’apprentissage. Ces écoles sont un espace de transmission, de partage de connaissances mais aussi d’apprentissage sur les techniques d’agriculture résilientes et durables comme par exemple, des techniques de semis en ligne, ou des techniques plus économes en eau afin de préserver cette ressource.

Dans la région de l’Est Cameroun, avec le programme I Yéké Oko, Action contre la Faim soutient des agriculteurs et agricultrices camerounais et réfugiés centrafricains. Le projet couvre 4 communes (Batouri, Kété, Kentzou, et Ouli), et 20 villages dont 5 villages par commune, et se focalise sur la cohésion sociale (gestion des ressources naturelles et la gestion des conflits agropastoraux) et la cohésion économique (appui à la relance agricole et mise en place des activités génératrices de revenus).

A ce jour, Action contre la Faim a mis en place :

  • 20 comités de gestion des conflits formés pour la gestion des litiges agropastoraux ;
  • 20 comités de gestion des ressources naturelles ;
  • 32 champs écoles paysans dont 20 champs écoles vivriers et 12 champs écoles maraîchers ;
  • Appui à la mise en place de 4 champs fourragers ;

Dans le Nord du Cameroun, nous avons mis en place le programme de Redressement Economique et Social Inclusif et de Lutte contre l’Insécurité Alimentaire et Nutritionnelle des Territoires (RESILIANT).

Implanté notamment dans le village de Moundouvaya à l’Extrême Nord, il a pour objectif de renforcer la résilience des populations vulnérables à l’insécurité nutritionnelle à travers la création d’un champ école paysan où sont testées les techniques d’agroécologie comme l’utilisation de l’urine humaine comme pesticide et fertilisant.

Renforcer l’agriculture locale au Pakistan

Au Pakistan, dans le gouvernement du Sindh, nous mettons en œuvre des programmes nutritionnels dans les zones rurales où les besoins sont les plus importants. Dans cette région, les problématiques d’accès à l’eau et la salinité des sols (due au réchauffement climatique) réduisent les rendements agricoles et la disponibilité des aliments, ce qui a une incidence directe sur la nutrition des populations. Des solutions existent et ces problèmes peuvent être surmontés par l’adaptation et l’amélioration des techniques agricoles.

Nos équipes interviennent dans une dizaine de districts à travers la production de cultures adaptées au climat, des potagers, la gestion du bétail, (comprenant l’élevage de chèvres et de volailles) et des activités de pisciculture au niveau communautaire. Action contre la Faim a travaillé avec les petits agriculteurs, en introduisant des méthodes de vulgarisation telles que l’établissement de parcelles de démonstration et des sessions de formation pour accroître les partages de connaissances et encourager le changement de comportements des agriculteurs vers une agriculture plus respectueuse de l’environnement.

 

En parallèle, nous avons aidé à développer des aquacultures communautaires. Le poisson frais et de bonne qualité n’est pas abordable pour de nombreuses communautés pauvres vivant dans des villages éloignés des grandes villes. Les modèles d’élevage, mis en œuvre dans les zones rurales, fournissent aux agriculteurs et à leurs familles des régimes protéiques de haute qualité à des prix raisonnables. Cela participe à favoriser la diversification alimentaire.

Enfin, nous avons distribué du bétail (des chèvres et des volailles) à certaines familles ce qui leur permet de disposer de ressources alimentaires durables grâce à la production de lait de chèvre, plus digeste que celui des vaches, ou la production d’œuf frais.

Pakistan chicken © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan agriculture © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan fish farms © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

1/3

Promouvoir une agriculture durable partout dans le monde

Dans le reste du monde, dans nos pays d’intervention nous mettons en place des programmes pour améliorer la résilience des populations, adapter les pratiques agricoles aux changements climatiques ou encore pour lutter contre la désertification.

Au Cambodge , en Ouganda ou en Ethiopie, nous avons par exemple accompagné les populations dans la création de potager et de jardins. Ces actions permettent une meilleure autonomisation des populations, peuvent parfois apporter un revenu supplémentaire et sont une source de diversification alimentaire.

En Ethiopie toujours, nous avons aidé au développement d’une activité en hydroponie pour aider les agriculteurs locaux à faire face à la sécheresse et à l’assèchement des terres. Cette technique, permet de cultiver hors sol de la nourriture pour le bétail mais aussi pour les populations locales. Au Nigéria, nous avons lancé une activité « Un Homme, un arbre » pour lutter contre la désertification dans la région de Yobe qui impacte fortement les agriculteurs.

Lutter contre la Faim, c’est aussi lutter contre le réchauffement climatique.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.