Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Rohingya Refugee crisis in Bangledesh

Témoignages

Rohingya

Une population meurtrie : le témoignage de Mohammed Toyob

Attention, certain de ces propos peuvent choquer par leur violence.

« Les militaires sont venus dans mon village trois fois et ils ont tué des gens un par un pendant dix jours. Mes parents ont tous les deux été tués par balles, alors nous nous sommes enfuis. Nous avons mis trois jours pour parvenir jusqu’ici et quand je suis arrivé dans le camp avec ma femme et mes deux enfants, âgés de sept et cinq ans, j’étais très stressé et inquiet pour ma famille.

 

"Je ne parviens pas à bien dormir à cause des cauchemars et des flashbacks."
Rohingya Refugee crisis in Bangledesh
Mohammed Toyob
Camp de Balukhali, Bangladesh

C’est très difficile de penser clairement aux choses de la vie normale lorsque vous avez l’esprit perturbé. J’étais très fâché contre ce qui nous est arrivé et je m’en prenais parfois à ma femme et à mes enfants. En tant qu’homme, je suis en colère, je veux aller au Myanmar et lutter contre les militaires, pour me venger d’eux, de ce qu’ils nous ont fait ; je les déteste.

J’ai assisté à sept séances de soutien psychologique et je me sens désormais un peu plus stable, jour après jour. Avant, je me sentais très seul, comme un “moins que rien”. Je ne pensais pas que quelqu’un voudrait m’écouter et je ne savais pas comment parler de tout ça, mais après la première séance, ça m’a fait plaisir de pouvoir raconter mon histoire. J’ai pleuré parce que je voulais que justice soit faite pour mes parents, mais j’ai été soulagé de voir d’autres personnes qui comprenaient les mêmes choses que moi. Je ne me fâche plus avec ma famille maintenant, je comprends qu’ils ont assez souffert aussi.

« Aujourd’hui, lorsque je raconte mon histoire, je me sens plus soutenu. Maintenant je sais que je peux faire de petites activités dans le camp et je me sens un peu plus valorisé. C’est une bonne idée de se confier. C’est bien. Cela me permet de mieux affronter l’avenir, quel qu’il soit. »

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte