Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Rohingya Refugee crisis in Bangledesh © Tom Pilston pour Action contre la Faim

Témoignages

Rohingya

Une population meurtrie : le témoignage de Mohammed Riaz

Attention, certain de ces propos peuvent choquer par leur violence.

Les soldats sont entrés dans la maison familiale, ils ont violé et tué ses deux sœurs aînées et ils ont tué son frère d’un coup de feu. « J’ai eu tellement peur. Tout s’est passé si vite. Même si je voulais les sauver, j’étais tellement terrifié. Je voulais pourtant faire quelque chose.

Parfois, quand je me réveille la nuit, j’ai peur que les miliciens ne viennent ici dans les camps. Quand je suis triste, cela dégénère souvent en colère. Je suis allongé dans mon lit et je pense “Comment vous avez pu nous faire ça ? Comment vous avez pu faire ça à mes frères et sœurs ?” C’est notre pays aussi. Je pensais qu’ils nous avaient acceptés.

Lorsque je suis tout seul et que je veux réfléchir, tous ces flashbacks me reviennent, surtout quand tout est calme dehors. Je fais des cauchemars aussi. Je ne mange toujours pas beaucoup et je n’ai pas vraiment envie de voir mes amis. 

 

"Je n’ai pas confiance en l’avenir. "
Rohingya Refugee crisis in Bangledesh
Mohammed Riaz
Camp de Balukhali, Bangladesh

Avant, quand je me sentais stressé, j’avais tendance à m’isoler, mais les séances m’ont encouragé à dialoguer avec d’autres et à me confier. Cela m’aide de savoir que je peux parler de ces choses avec d’autres garçons et je n’ai plus honte d’admettre que je ne vais pas bien. »

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte