Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Se reconstruire après les violences #1 © Guillaume Binet / MYOP
pour Action contre la Faim

Témoignages

Crise du Kasaï

Se reconstruire après les violences #2

Les rescapés de la brousse, ce sont ces milliers d’habitants du Kasaï – femmes, hommes et enfants – qui ont fui les violences qui ont explosé dans la région depuis l’été 2016. Une recrudescence des tensions intercommunautaires, dont les populations civiles ont été les premières victimes, s’est superposée aux combats entre les groupes miliciens se réclamant du mouvement Kamuina Nsapu et les groupes armés réguliers. Forcés de fuir pour échapper aux massacres, un nombre élevé d’habitants du Kasaï sont restés plusieurs mois en brousse, sans accès à la nourriture, à l’eau, ou aux services de base.

Aujourd’hui, certaines familles reviennent vers les villages, et beaucoup souffrent de maladies. Les enfants, en particulier, sont atteints de sous-nutrition après plusieurs mois passés dans la forêt. En raison des destructions importantes des infrastructures dans leurs villages d’origine, ces retournés exercent une forte pression sur les communautés hôtes.

SE RECONSTRUIRE APRÈS LES VIOLENCES #2 © Guillaume Binet / MYOP pour Action contre la Faim

Se reconstruire après les violences #2

L’Unité Nutritionnelle Thérapeutique Ambulatoire (UNTA)du centre de santé de Kasekwe, République Démocratique du Congo

© Guillaume Binet / MYOP pour Action contre la Faim

SE RECONSTRUIRE APRÈS LES VIOLENCES #2 © Guillaume Binet / MYOP

Se reconstruire après les violences #2

L’Unité Nutritionnelle Thérapeutique Ambulatoire (UNTA)du centre de santé de Kasekwe, République Démocratique du Congo

© Guillaume Binet / MYOP pour Action contre la Faim

SE RECONSTRUIRE APRÈS LES VIOLENCES #2

Se reconstruire après les violences #2

L’Unité Nutritionnelle Thérapeutique Ambulatoire (UNTA)du centre de santé de Kasekwe, République Démocratique du Congo

© Guillaume Binet / MYOP pour Action contre la Faim

1/3

« Auparavant, nous étions cultivateurs. Aujourd’hui, nous n’avons plus rien »

Jeanne a trois enfants de 10, 6 et 2 ans ; mais elle ne connaît pas son âge. Originaire de Mwasamba, à 50km de Kamonia, elle a dû fuir avec sa famille en raison des violences provoquées par les combats entre les milices et l’armée dans la région du Kasaï.

« Nous avons tous été témoins de ces violences. Mon père a été décapité par la milice Kamuina Nsapu alors que nous prenions la fuite : il était trop lent pour courir, alors ils lui ont coupé la tête avec une machette ».

Jeanne et sa famille sont restés 3 mois dans la brousse, à manger ce qu’ils trouvaient – essentiellement du manioc : « Nous étions tous malades. Nous avions des maux de tête et très mal au ventre. Au mois de mai, nous sommes sortis de la forêt, mais nous n’avons plus de moyen de subsistance. Auparavant, nous étions cultivateurs, aujourd’hui, nous n’avons plus rien. Mon mari est malade et mes enfants également. »

Cela fait désormais deux semaines qu’elle se trouve, avec sa famille, au sein de l’Unité Nutritionnelle Thérapeutique Ambulatoire (UNTA) du centre de santé de Kasekwe où son benjamin, Antoine, est pris en charge par le personnel de santé.

"Mon fils de 6 ans avait de la fièvre, des œdèmes et de la diarrhée."
Jeanne
Kasekwe, République Démocratique du Congo

« A son arrivée, il a été traité contre la sous-nutrition avec du lait thérapeutique, mais il y avait peu d’évolution. Il a alors été transfusé, mais il n’y avait toujours pas d’amélioration. Nous savons aujourd’hui qu’il souffre de tuberculose. Heureusement, il est pris en charge par les équipes médicales et Action contre la faim. Son état s’améliore de jour en jour. Dans la brousse, il serait mort ».

« Je suis inquiète car nous avons de plus en plus de mal à nous nourrir »

Pascaline a cinq enfants. Elle est née à Tshikapa, et son mari vient du village Kakum. Depuis 4 jours, elle se rend à l’UNTA du centre de santé Kasala pour soigner son petit dernier.

« Mon fils avait de la fièvre matin et soir, je lui donnais des médicaments mais son état empirait. Des voisines m’ont parlé de ce centre de santé : à mon arrivée, on m’a dit que mon fils souffrait de sous-nutrition et qu’il avait aussi le paludisme. Il est déjà en bonne voie de guérison, il est éveillé, et il a retrouvé l’appétit et le sommeil. Mais je suis inquiète, car nous avons de plus en plus de mal à nous nourrir. »

 

mimi

En raison des conflits entre la milice Kamuina Nsapu et l’armée, beaucoup de personnes ont dû abandonner leurs maisons et se réfugier dans les villages voisins.

"la fin de la guerre, c’est ça qu’il nous faut"
Jeanne
Kasekwe, République Démocratique du Congo

En raison des conflits entre les groupes miliciens et l’armée, beaucoup de personnes ont dû abandonner leurs maisons et se réfugier dans les villages voisins.

« Je sais que les milices Kamuina Nsapu ont coupé des têtes à Kamako et Kakomba, et nous vivons aujourd’hui avec ces déplacés. Je sais aussi que l’armée viole les femmes sur son passage. Aujourd’hui, c’est difficile pour nous tous : pour les déplacés qui ont dû fuir leurs villages et dont les maisons ont été brûlées, et pour nous-autres, qui les accueillons mais qui n’avons plus rien à manger. »

En serrant son fils dans ses bras, Jeanne conclut : « la fin de la guerre, c’est ça qu’il nous faut ».

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte