Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Mali la faim dans le monde augmente © Toby Madden pour Action contre la Faim

Communiqués de presse

La pandémie covid-19 fait exploser la faim dans le monde

Action contre la Faim appelle les Etats à prendre les mesures à la hauteur de la situation : l’agroécologie et les systèmes alimentaires locaux et pérennes doivent être privilégiés et des mesures de prévention des crises alimentaires doivent être prises d’urgence pour endiguer la hausse du nombre de personnes souffrant de la faim.

Le nouveau rapport des Nations Unies prouve une fois de plus que la faim est un fléau tristement d’actualité. Déjà en augmentation depuis 2014, l’insécurité alimentaire a explosé l’année passée. Les chiffres clefs du rapport :

  • Jusqu’à 811 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim – 161 millions de plus qu’en 2019
  • Environ 660 millions de personnes pourraient encore souffrir de la faim en 2030 en partie en raison des effets durables du COVID-19 – soit 30 millions de personnes de plus que si la pandémie n’avait pas eu lieu.
  • 3 milliards de personnes n’ont pas accès à un régime alimentaire sain, la plupart du temps pour des raisons économiques

Les conflits font toujours rage et sont l’une des principales causes de la malnutrition et de l’insécurité alimentaire aigüe. Par exemple le Burkina Faso, le Yémen, le Nigéria, le Sud Soudan et l’Ethiopie sont considérés par les Nations Unies comme étant des pays à risque de famine. Les populations vivant dans ces zones voient leurs droits régulièrement bafoués.

Action contre la faim rappelle que dans ces situations de conflit les populations doivent avoir accès à l’aide humanitaire. La capacité des acteurs humanitaires à accéder aux zones de conflits et à répondre aux besoins de populations ne doit pas être entravée par des contraintes administratives ou sécuritaires (attaques, déni d’accès, sanctions internationales, mesures contre-terroristes, etc.).

Action contre la Faim, qui intervient dans près de 50 pays à travers le monde, est témoin de la détérioration de la sécurité alimentaire des populations sur le terrain. Avec la pandémie de Covid-19, les systèmes alimentaires à l’échelle mondiale ont été fortement et durablement impactés. Les mesures de confinement nécessaires pour protéger les populations ont conduit à la perte de récoltes, de revenus et ont plongé des millions de personnes dans un état de précarité, ce qui nécessité aussi le soutien à la protection sociale.  L’organisation humanitaire appelle les décideurs et gouvernements à prendre les mesures à la hauteur de la situation : au Nord comme au Sud, il est urgent d’inverser la tendance en transformant radicalement les systèmes alimentaires pour les rendre durables, durables et plus justes.

« Il faut s’attaquer aux facteurs causant l’insécurité alimentaire (dérèglements climatiques, conflits, inégalités économiques…). S’il s’agit bien sûr de soutenir au plus vite et au plus près les personnes victimes de ces crises alimentaires pour empêcher des morts évitables, les leçons à tirer de la pandémie sont claires » explique Jean-François Riffaud, Directeur Général d’Action contre la Faim France.

"L’agroécologie paysanne et les systèmes alimentaires locaux et soutenables doivent être au centre d’une transformation durable et juste."
Jean-François Riffaud
Directeur Général d’Action contre la Faim, France

Le premier Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires aura lieu en septembre 2021. Avant celui-ci, un pré-sommet se tiendra à Rome à la fin du mois. Le rôle essentiel de l’agroécologie paysanne pour répondre aux défis sociaux, alimentaires et environnementaux n’est plus à démontrer. Pourtant, les organisateurs du sommet promeuvent quasi-exclusivement une agriculture « de technologies de pointe », centrées sur des solutions qui ne sont pas ou pas assez respectueuses du climat, de l’environnement et des populations, et de solutions techniques inadaptées pour les petit.e.s producteur.ice.s.

Il n’est plus possible de soutenir et promouvoir deux modèles agricoles contradictoires. Agriculture industrielle et agroécologie sont aux antipodes l’un de l’autre et ne sont en aucun cas complémentaires. Toute initiative agro-industrielle dans un pays donné ne répond pas aujourd’hui aux enjeux de la crise climatique et d’effondrement de la biodiversité, elle les aggrave, tout en hypothéquant le capital politique de l’agroécologie. Les choix politiques au niveau international sont décisifs pour orienter l’agriculture et les systèmes alimentaires.

A l’occasion du Sommet, Action contre la Faim appelle à une refonte globale, radicale et juste des systèmes alimentaires en faveur de l’agroécologie paysanne. Il est primordial que les Etats amorcent dès maintenant des changements de fond à la hauteur de la situation et cessent d’abdiquer face aux géants de l’agro-industrie.


Source : FAO, IFAD, UNICEF, WFP and WHO. 2021. In Brief to The State of Food Insecurity and Nutrition in the World 2021. Transforming food systems for food security, improved nutrition and affordable healthy diets for all. Rome, FAO.

 

Contact presse :

 

A propos d’Action contre la Faim

Créée en 1979, Action contre la Faim est une organisation non gouvernementale internationale qui lutte contre la faim dans le monde. Sa mission est de sauver des vies en éliminant la faim par la prévention, la détection et le traitement de la sous-nutrition, en particulier pendant et après les situations d’urgence liées aux conflits et aux catastrophes naturelles.

 www.actioncontrelafaim.org

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.