Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

yemen_0-1.jpg

À la Une

Visite de Manuel Valls à Riyad

Quand la diplomatie économique française prend le pas sur l’impératif humanitaire au Yémen

yemen_0-1.jpg

Le gouvernement de Manuel Valls s’enorgueillit depuis plusieurs mois des contrats et des ventes de matériel militaire à l’Arabie Saoudite, pays chef de file de la coalition armée intervenant militairement au Yémen depuis plus de 6 mois, notamment via des bombardements, des troupes au sol et un blocus de fait sur les importations.

Les équipes d’Action contre la Faim sur place sont témoins au quotidien des effets des bombardements. L’ampleur des destructions et des pertes humaines soulève la question du respect des principes de proportionnalité, de distinction et de précaution de la force employée, principes fondamentaux du droit de la guerre. Selon le dernier rapport du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme sur le Yémen: les bombardements sont la cause des deux tiers des morts de personnes civiles ; plus de 2300 bâtiments civils dont au moins 248 écoles et 54 structures de santé ont été endommagés ou détruits (alors que spécifiquement protégés par le Droit International Humanitaire). Au global, selon les derniers bilans, le conflit a causé le déplacement d’1,4 million de civils et plus de 21,1 millions de personnes ont besoin aujourd’hui d’une assistance humanitaire, dont 500 000 enfants de moins de cinq ans en risque immédiat de malnutrition aigüe sévère. La quantité et l’irrégularité des bombardements sont par ailleurs des obstacles majeurs à la délivrance de l’aide. Depuis mars, cinq travailleurs humanitaires ont été tués dans l’exercice de leur fonction, et tous font face à des obstacles quotidiens (attaques, harcèlement, blocage, menaces…) de toutes les parties au conflit en tentant de venir en aide à la population. Les organisations humanitaires et les structures de santé font face à des difficultés immenses pour fournir de l’assistance du fait du manque d’essence, de médicaments, de matériel en raison du blocus de fait sur les importations.

La France soutient officiellement la coalition armée menée par l’Arabie Saoudite et a donc une responsabilité dans les violations du Droit International Humanitaire en cours au Yémen.

« La France ne peut pas se concentrer uniquement sur des aspects militaires et commerciaux »

Alors que le Traité sur le commerce des armes (TCA) est entré en vigueur en France il y a près d’un an, la France est-elle sûre que les équipements militaires vendus depuis quelques mois et ceux faisant l’objet de discussions futures ne serviront pas à violer le Droit International Humanitaire et les droits humains ? En outre, la France respecte-t-elle ses engagements inscrits dans le Traité en menant une évaluation préalable aux ventes d’équipements militaires pour s’assurer que leur utilisation ne viole pas le Droit International Humanitaire et les droits humains ? ACF remarque également que la France n’a pas encore directement contribué à l’appel de fonds des Nations unies pour faire face à l’urgence humanitaire , signe concret de son manque d’intérêt pour la catastrophe humanitaire en cours.

Le Premier ministre Manuel Valls et le Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius doivent intervenir en faveur d’une cessation immédiate des hostilités au Yémen et de la levée du blocus de facto sur le pays afin que la population civile ne soit plus prise pour cible et qu’elle dispose d’un accès inconditionnel aux services de base. « La France ne peut pas se concentrer uniquement sur des aspects militaires et commerciaux en ignorant le désastre humanitaire en cours » conclut Arnaud Phipps, responsable de la mission d’ACF au Yémen.

Contacts Presse: 

Paris : Agnes VARRAINE-LECA – avarraineleca@actioncontrelafaim.org – 01 70 84 72 22 / 06 70 01 58 43 Amman : Florian SERIEX – fseriex@me.acfspain.org – +962 778 367 673

 

(1)Sources : bulletin humanitaire d’OCHA du 27/08/2015 ; communiqué d’Unicef du 24/07/2015 et infographie OMS au 14/06/2015

(2)https://treaties.un.org/doc/Treaties/2013/04/20130410%2012-01%20PM/Ch_XX… (3)http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/yhf_update_sept…

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte