Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

UKRAINE Evacuation March 2022_Serhi Mykhalchuk3 © Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

À la Une

Ukraine

Quelle est la situation en Ukraine aujourd’hui ?

Où en est le conflit russo-ukrainien aujourd’hui ?

 

La situation reste extrêmement volatile. Depuis cet été, les combats se concentrent sur le front au sud du pays et les villes de Mykolaiv et Kherson et sur le front Est autour des villes de Kharkiv, Sievierodonetsk et Kramatorsk. Mais, depuis l’explosion sur le pont de Crimée le 8 octobre dernier, on assiste à une recrudescence des frappes aériennes et à l’utilisation de plus en plus nombreuses de drones Kamikazes par l’armée russe. Ces frappes ont lourdement endommagé des infrastructures civiles dans plusieurs villes du pays, et ces infrastructures essentielles continuent d’être régulièrement visées depuis.

Ces attaques mettent en danger la centrale nucléaire de Zaporijia car les bombardements ont endommagé le raccordement de la centrale nucléaire au réseau électrique ce qui pourrait, à terme, impacter le refroidissement des réacteurs.

 

Quelles sont les dernières actualités entre l’Ukraine et la Russie ?

 

La Mission de Surveillance des droits de l’Homme des Nations unies a recensé au 9 octobre au moins 15 592 victimes civiles dont 6 221 personnes ont été tuées et 9 371 blessées. L’Organisation Mondiale de la Santé a dénombré plus de 550 attaques contre des structures de santé depuis le 24 février. Ce chiffre représente environ les trois quarts des attaques contre les structures de santé recensées dans le monde sur cette période.

Chaque semaine qui passe sans résolution politique du conflit entraine une augmentation des besoins humanitaires, en particulier dans les zones proches des lignes de front où l’on recense un grand nombre de victimes civiles et de dommages aux infrastructures essentielles. L’hiver approchant, les interruptions forcées à grande échelle de la provision d’eau et d’électricité dans tout le pays sont particulièrement inquiétantes et des millions de personnes risquent de se retrouver isolées et déconnectées, sans chauffage, lumière, eau, ni services de communication pendant de longues périodes, dans des régions ou les températures peuvent descendre à -10 ou -20 degrés.

Il est impératif pour toutes les parties prenantes au conflit de respecter le Droit International Humanitaire: ne pas prendre pour cible les habitants et les infrastructures civiles et de s’assurer qu’elles ne soient pas touchées par des effets indirects des combats et des bombardements.

 

UKRAINE Attack Irpin March 2022_Serhi Mykhalchuk5 © Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

Ukraine

Attaque à Irpin en Ukraine

© Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

UKRAINE Attack Irpin March 2022_Serhi Mykhalchuk4 © Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

Ukraine

Attaque à Irpin en Ukraine

© Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

UKRAINE Attack Irpin March 2022_Serhi Mykhalchuk © Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

Ukraine

Attaque à Irpin en Ukraine

© Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

1/3

 

Nos équipes ont-elles accès aux zones les plus touchées par le conflit ?

 

Les équipes d’Action contre la Faim sont présentes à l’Est notamment dans les villes de Karkhiv, Dnipro et Zaporijia. Dans ces villes proches des lignes de front, nos équipes et nos partenaires se retrouvent parfois proches d’importants bombardements. Bombardements de cibles dites stratégiques comme les structures militaires dont il suffit de nous éloigner pour réduire le risque. Mais il y a aussi des bombardements qui sont parfois beaucoup plus indiscriminés, aléatoires, et qui font courir des risques très importants à notre personnel.

Il faut donc évaluer cela au jour le jour et adapter notre présence en conséquence, au regard des risques encourus et de l’impact de la réponse que nous pouvons apporter aux populations. Nous demandons aussi à tous les acteurs d’assurer la protection de l’espace humanitaire et de faciliter les opérations humanitaires sur le terrain.

 

 

Quels sont les principaux besoins humanitaires sur le terrain ?

 

Les besoins humanitaires en Ukraine sont très importants au regard de l’intensité et de la durée du conflit. Ils concernent des domaines aussi variés que la santé, l’accès à l’eau, à l’hygiène, à l’assainissement ou aux biens de première nécessité. On estime aujourd’hui que 18 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire.

La capacité de ces personnes à faire face à l’arrivée de l’hiver et au froid au milieu de la guerre, de la destruction et du manque de produits de première nécessité est actuellement une priorité pour nos équipes.

 

 

Quels sont les programmes déployés par Action contre la Faim en Ukraine ?

 

Aujourd’hui, les besoins sont couverts, pour leur plus grande partie, par l’Etat ukrainien et les associations de volontaires locales. Toute la société civile est très mobilisée pour cela. Dans ce contexte, Action contre la Faim intervient prioritairement en collaborant avec les organisations locales existantes en les supportant financièrement, logistiquement et techniquement dans leur travail. Dans cette logique nous travaillons aujourd’hui avec 25 partenaires incluant des organisations locales et des autorités, et les équipes d’Action contre la Faim interviennent directement au besoin. Les opérations se déploient aujourd’hui sur deux zones distinctes.

Dans l’Ouest du pays, la mission est présente à Tchernivtsi avec des activités se concentrant sur l’aide aux personnes déplacées et la communauté d’accueil. Nous y menons des activités en santé mentale et mettons en place une aide multisectorielle via des transferts monétaires non affectés pour couvrir les besoins les plus pressants des populations vulnérables.

 

 

Dans la partie Est de l’Ukraine nos équipes présentes à Dnipro, Zaporijia et Karkhiv concentrent leurs réponses sur les populations les plus vulnérables qui sont directement touchées par le conflit. Nous participons à des distributions de repas chauds, de matériels d’hygiène et de biens de première nécessité. Nous développons aussi un soutien en santé mentale et un renforcement des chaînes d’approvisionnement en fournitures médicales de nos partenaires médicaux actifs dans la région. Action contre la Faim appuie également la réhabilitation des stations de traitement d’eau et des réseaux de distribution en fournissant du matériel pour réparer les structures endommagées par le conflit.

Nos équipes devraient également lancer des activités dans le Sud à Odessa et Mikolaïv d’ici à quelques semaines. 

Depuis le mois de mars 2022, nos équipes sont venues en aide directement et indirectement à plus de 250 000 personnes dans le pays, en particulier sur les besoins de sécurité alimentaire, d’accès à l’eau potable et de santé mentale.

 

 

Comment s’assurer de la neutralité de nos partenaires ukrainiens dans un pays tourné vers l’effort de guerre ?

 

Dans quelque pays que ce soit, nos partenaires et nos bénéficiaires ne sont le plus souvent pas neutres dans les conflits qui les impactent. Action contre la Faim s’assure alors de respecter le principe de neutralité dans ses actions.

En Ukraine, nous intervenons sur un territoire soumis à la loi martiale où les autorités peuvent réquisitionner les ressources de n’importe quel acteur. A ce titre, nous ne sommes pas à l’abri que la contribution humanitaire à la réponse aux besoins des populations apporte indirectement de l’aide aux forces combattantes quand bien même Action contre la Faim le refuserait.

Nous sommes totalement conscients de cette porosité et nous travaillons avec des partenaires qui partagent nos valeurs et principes d’intervention, afin de limiter toute compromission du principe de neutralité. En particulier, toute activité qui contribuerait directement à l’effort de guerre est une ligne rouge pour nous, qui conduirait à l’arrêt de cette activité, via des partenaires ou en intervention directe. C’est pourquoi nos équipes travaillent avec nos partenaires à la mise en place de dispositifs permettant d’assurer la transparence financière, l’éthique, la redevabilité et la neutralité de nos actions. Le soutien que nous apportons est destiné uniquement aux civils.

UKRAINE Attack Irpin March 2022_Serhi Mykhalchuk23 © Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

Ukraine

Attaque à Irpin en Ukraine

© Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

UKRAINE Attack Irpin March 2022_Serhi Mykhalchuk7 © Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

Ukraine

Attaque à Irpin en Ukraine

© Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

UKRAINE Attack Irpin March 2022_Serhi Mykhalchuk24 © Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

Ukraine

Attaque à Irpin en Ukraine

© Serhi Mykhalchuk pour Action contre la Faim

1/3

 

Les équipes d’Action contre la Faim interviennent-elles toujours auprès des réfugiés dans les pays frontaliers ?

 

Les 7,6 millions de personnes réfugiées en dehors de l’Ukraine ont pour la plupart été accueillies dans les pays frontaliers et en Europe où des dispositifs ont été mis en place. La mission est présente en Roumanie et en Pologne. Si l’afflux massif de réfugiés des premières semaines a diminué et qu’un certain nombre sont même revenus dans l’Ouest de l’Ukraine, plus épargnés par les combats, le contexte très volatil et l’entrée dans la période hivernale pourraient provoquer de nouveaux mouvements de population, les besoins restent donc bien réels. En Roumanie et en Pologne, Action contre la Faim intervient en particulier dans le secteur de la santé mentale et a également mis en place une aide multisectorielle via des transferts monétaires.

 

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.