Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

philip-1.jpg

À la Une

PHILIPPINES

RECONSTRUIRE MALGRE LE DEREGLEMENT CLIMATIQUE

philip-1.jpg

Provoquant des tempêtes et des inondations, le super typhon de catégorie 5 a fait plus de 6.000 morts, des milliers de disparus et affecté gravement la vie d’au moins 15 millions de personnes. Les habitants ont massivement perdu leurs maisons, leurs actifs, leurs biens et moyens de subsistance. Les infrastructures collectives du pays ont également été détruites.
Le pays a su travailler à sa résilience et s’est engagé dans des programmes locaux et nationaux de gestion des risques de catastrophes naturelles, avec l’appui et l’expertise des ONG.

« La collaboration entre les autorités et la communauté humanitaire s’est révélée essentielle pour contenir les effets du typhon. La mise en œuvre rapide d’un plan d’urgence a permis de très tôt centraliser la réponse dans les quartiers et les communautés. Désormais, après une intervention d’urgence initiale, le cœur de la communauté humanitaire se concentre sur la mise en œuvre de solutions durables pour se préparer aux catastrophes futures », explique Benedetta Lettera, chef de base à Tacloban après la catastrophe, aujourd’hui responsable géographique Philippines pour Action contre la Faim.

La réponse d’urgence d’Action contre la Faim a débuté 72 heures après le passage du typhon, avec des livraisons de nourriture et d’eau dans les zones les plus touchées: Tacloban, Roxas et Panay. Depuis, les équipes sont intervenues sur le terrain chaque jour pour répondre aux besoins immédiats de la population, notamment les franges les plus vulnérables : enfants de moins de 5 ans, femmes enceintes et allaitantes, femmes seules à la tête d’une famille, personnes âgées, personnes handicapées et malades chroniques.

Après les interventions d’urgence des premiers temps, l’ONG a développé des solutions innovantes et durables pour la population touchée.

L’ensemble des activités est mené en intégrant les problématiques de genre, de gestion des risques de catastrophe, d’adaptation au changement climatique et de respect de l’environnement. L’implication très forte des femmes dans la reconstruction, la réhabilitation et la gestion des revenus de la famille renforce la mobilisation autour des projets et améliorent la qualité de vie des foyers.

La prise en charge des conséquences de la catastrophe a révélé des modes opératoires efficaces et permis de tirer des enseignements pour la reconstruction. En sécurité alimentaire et récupération des moyens de subsistance, Action contre la Faim a lancé des programmes de transferts monétaires à destinations de foyers identifiés comme vulnérables. La plupart des foyers ont utilisé les fonds pour couvrir leurs besoins immédiats mais également pour investir dans des activités génératrices de revenus, comme des petits commerces ou de l’élevage de petits animaux, qui permettront de retrouver indépendance et dignité.

La gestion des risques est quant à elle intégrée aux décisions de reconstruction : reconstruire les maisons et villages plus loin des côtes et plus en hauteur, utiliser des matériaux et des méthodes de construction plus robustes et adaptées aux conditions climatiques, améliorer les systèmes d’alerte et d’évacuation.

Pour Javad Amoozegar, directeur pays d’Action contre la Faim aux Philippines, « le deuxième anniversaire du passage du typhon Haiyan est l’occasion d’être reconnaissant pour le redressement du pays et de se souvenir de tous ceux qui n’ont pas encore complètement récupéré. Il y a des milliers de personnes qui tentent toujours de retourner à leur vie quotidienne d’avant, et des milliers encore à la recherche d’un logement permanent ».

A moins d’un mois de la COP21 qui se tiendra à Paris, la communauté internationale ne doit pas baisser la garde contre les conséquences du changement climatique.

L’archipel est le deuxième pays le plus exposé aux catastrophes naturelles derrière le Bangladesh. Les efforts de reconstruction, d’adaptation et de gestions des risques sont en cours et portent leurs fruits. Néanmoins, l’archipel est frappé chaque année par près de 25 typhons : les experts soulignent un lien direct entre le changement climatique et l’augmentation de l’intensité et la récurrence des typhons dans le pays.

Action contre la Faim a déjà fourni une assistance à plus de 911 950 personnes dans 46 municipalités réparties dans sept provinces. En étroite collaboration avec des partenaires et des collectivités locales, les équipes assurent des programmes en nutrition et en soutien psychosocial, dans les domaines de l’eau, l’assainissement et l’hygiène, de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance.

 


Contact presse :

Karima Zanifi  – 01 70 84 72 37 / 06 70 01 58 43– kzanifi@actioncontrelafaim.org

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.