Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

logo_action_contre_la_faim-313.png

À la Une

MASSACRE DE MUTTUR

ACF appelle à une enquête internationalisée

logo_action_contre_la_faim-313.png

Cette commission était le dernier des 3 processus mis en place par les autorités sri lankaises et auquel avait fait appel ACF pour obtenir justice. Aujourd’hui, près de 3 ans après le crime, force est de constater l’échec des procédures d’enquête sri lankaises et le manque de volonté flagrant du gouvernement sri lankais pour établir la vérité. Face à cela, Action contre la Faim réitère auprès de l’Union Européenne notamment, son appel à mobilisation pour qu’une enquête internationalisée sur ce massacre soit instituée.

 

Un rapport qui ne désigne aucun responsable du crime

Selon les procédures officielles ainsi que l’engagement initial du Président, ce rapport doit être rendu public dans le cadre d’une publication officielle. ACF déplore ce manquement aux procédures puisqu’il maintient les victimes directes de ce crime dans le doute et l’ignorance quant aux conclusions réelles de la Commission. Ainsi, ACF ne dispose pas à ce jour de l’ensemble du rapport de la Commission d’enquête et ne peut donc se fonder que sur ce qui en a été rapporté dans les médias.

La demande d’ACF à cette Commission, comme dans toutes les autres procédures engagées, était que soient identifiées et jugées les personnes ayant sciemment exécuté ses 17 collègues. Si les informations diffusées dans la presse sri lankaise sont fidèles au rapport celui-ci ne semble désigner aucun responsable du crime et aucune piste d’enquête à suivre.

En marge de ces conclusions décevantes, le rapport évoquerait une négligence commise par ACF. Notre organisation n’est pas surprise par de tels propos dans ce dossier extrêmement politisé. ACF s’est toujours déclarée prête à réfuter ces accusations calomnieuses dans le cadre d’une enquête internationalisée.

Au vu de l’échec de cette Commission, comme des deux autres procédures engagées, il est aujourd’hui clair que seule une enquête internationalisée permettra d’aboutir à une réelle identification des responsabilités. ACF réitère donc son appel auprès de l’Union Européenne afin de soutenir l’élaboration d’un tel processus.

 

Près de 3 ans d’obstructions, d’implications du politique dans le judiciaire, et de camouflage

Suite au massacre de Muttur, ACF a suivi pendant 2 ans les 3 procédures judicaires en cours sur place en sa qualité de victime. 2 années durant lesquelles les enquêtes, loin d’avancer vers la recherche de la vérité, n’ont été qu’une suite d’obstructions, d’intrusions du politique dans le judiciaire, de manque de transparence, voire d’erreurs. Face à ce déni de justice et suite aux départs des observateurs internationaux, ACF avait décidé en mars 2008 de quitter le pays et de se retirer de toutes les procédures, ne faisant désormais confiance qu’à une enquête internationalisée

 

Le massacre de Muttur en bref

Le 4 août 2006, 17 travailleurs humanitaires d’Action contre la Faim étaient assassinés dans la ville de Muttur, au Nord-est du Sri Lanka. Fusillés un par un, les victimes ont été exécutés sciemment. Ce massacre constitue un crime de guerre selon le droit international humanitaire.

 

NE LAISSONS PAS LE MEURTRE DE 17 HUMANITAIRES IMPUNI

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.