Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Madagascar 2020 faim © Action contre la Faim Madagascar

À la Une

Madagascar

Le Grand Sud face à la faim

 

Un contexte propice à une crise alimentaire

 

Selon le Programme Alimentaire Mondiale, la sécheresse prolongée que connait actuellement le Grand Sud, est la plus importante de ces dix dernières années dans la région. La pluviométrie a été largement insuffisante voire quasiment nulle depuis un an. La campagne agricole a donc été extrêmement faible et a entrainé une période de soudure plus précoce et sévère que les années précédentes, avec des pertes de céréales importantes dans les régions productrices. Le très faible niveau de stock conjugué avec les effets pervers de la crise sanitaire (pression sur les prix des denrées alimentaires, limitation des sources de revenu et des transferts monétaires) a gravement affecté la sécurité alimentaire des ménages.

« Les terres sont habituellement fertiles dans la commune de Bezaha pour la production de riz mais celle-ci est plus destinée à la vente qu’à la consommation. Aujourd’hui les stocks disponibles ne suffisent pas pour nourrir les familles qui n’arrivent plus à avoir une alimentation équilibrée. Les enfants sont les premières victimes de la malnutrition. Parfois le temps de guérison s’allonge car la dose de traitement prévue initialement pour un devient une ration pour toute la famille. » – témoigne Mara Magnambisoa, Adjoint Responsable Programme Nutrition et infirmier. 

Le « kéré », famine en malgache, revient chaque année, mais à ce jour la crise s’est généralisée pour devenir critique. Dans le Grand Sud, on dénombre aujourd’hui plus d’1 million de personnes en situation d’insécurité alimentaire élevée dont 204 000 à un niveau d’urgence. Un chiffre qui risque d’augmenter entre janvier et avril où on estime que 162 610 enfants de moins de 5 ans pourraient se retrouver en situation de malnutrition aigüe dont 27 134 avec une forme sévère.

« A cause de la sécheresse, nous n’avons pas de quoi manger. Alors, le tamarin est le principal aliment qu’on le mange le matin, le midi, ainsi que le soir. On le mélange avec de l’argile blanc pour obtenir ce qu’on appelle localement le « Botagne ». C’est tout ce qu’il nous reste ». – raconte Jiboro, habitante du village de Bevalay dont le fils Tafiantsoa est malnutri aigüe sévère. 

Madagascar 2020 mère et enfant © Action contre la Faim Madagascar

Madagascar

© Action contre la Faim Madagascar

Madagascar 2020 faim © Action contre la Faim Madagascar

Madagascar

© Action contre la Faim Madagascar

1/2

Nos équipes mobiles en action

 

Depuis février 2020, Action contre la Faim a mis en place des équipes mobiles de prise en charge en santé et nutrition dans les districts du Grand Sud. Actuellement 12 équipes sillonnent la région pour assurer un suivi auprès des communautés les plus éloignés des centres de santé ; et en priorité dans les zones où l’on dépiste le plus d’enfants malnutris aigües. En appui au centre de santé de rattachement le plus proche, une équipe mobile dépiste tous les enfants de moins de 5 ans dans les fokontany identifiés comme vulnérables. Généralement composée deux paramédicaux et d’un mesureur en charge des dépistages, elle fournit un traitement pour

la malnutrition et certaines maladies de l’enfant. Pour les cas les plus compliqués, le référencement et le transport est effectué par nos soins jusqu’à la structure la plus adaptée.

« Nous travaillons avec les responsables nutrition de chaque district sanitaire pour définir les sites d’intervention des équipes mobiles. Les communes d’intervention sont déterminées d’après leurs rapports et les résultats des systèmes de surveillance nutritionnel. Les sites d’interventions des équipes mobiles sont situés à plus de 10 km d’un centre de santé de base. » – explique Basilia Randriamanantsoa Hasimbolana, responsable du programme Santé Nutrition dans la région d’Atsimo Andrefana. 

Madagascar 2020 Action contre la Faim © Action contre la Faim Madagascar

Madagascar

© Action contre la Faim Madagascar

Madagascar 2020 Action contre la Faim © Action contre la Faim Madagascar

Madagascar

© Action contre la Faim Madagascar

Madagascar 2020 Action contre la Faim © Action contre la Faim Madagascar

Madagascar

© Action contre la Faim Madagascar

1/3

Nos équipes ont dénoté depuis octobre une forte augmentation rapide des admissions d’enfants malnutris aigus sévères dans les Centres de Récupération Nutritionnelle Ambulatoire Sévère (CRENAS), notamment dans les districts d’Ambovombe et Amboasary.

Le Dr Rakotoarison, chef du centre de santé de base d’Ebelo atteste que la situation s’aggrave au fur et à mesure que nous avançons dans la période de soudure. « L’équipe mobile nous appuie énormément dans notre travail, apportant les soins dans les villages éloignés, notamment la vaccination. Les voitures nous aident également pour le transport des cas les plus sévères vers l’hôpital, et pour apporter les équipements jusqu’à notre centre de santé ».

De janvier à octobre 2020, ces équipes mobiles ont pris en charge 4 189 enfants malnutris aigues sévères, 7 358 malnutris aigues modérés et 8 145 enfants malades. En fin d’année nos équipes ont redoublé d’efforts face à l’aggravation de la situation. Cette lutte contre la faim continue en ce début 2021 pour répondre aux besoins grandissants.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.