Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Une mère et son enfant © Sébastien Duijndam pour Action contre la Faim

À la Une

Nigeria

La faim menace plus d’un million d’enfants dans le nord-est

D’ici août 2021, on estime que 1 148 906 enfants de moins de cinq ans souffriront de malnutrition aiguë dans les États de Borno, Adamawa et Yobe. Parmi eux, 605 000 souffriront de malnutrition aiguë sévère, la forme la plus grave de malnutrition qui entraîne la mort sans traitement adéquat. Ces chiffres sont issus des estimations de l’IPC, le Cadre Intégré de Classification de la Sécurité Alimentaire, qui mesure les niveaux d’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

Action contre la Faim travaille dans la région depuis 2010 et a participé à cette analyse de la malnutrition aiguë de l’IPC en partenariat avec trente organisations sous la direction du ministère fédéral de la Santé du Nigeria.

Adama, 48 mois, est l’un des enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère. Sa mère, Jidda Saleh, vit dans le camp de personnes déplacées de Fariya, dans l’État de Borno.

"Ma fille Adama avait les joues gonflées et nous ne savions pas ce qu'elle avait."
Jidda
Borno

« Nous avons fait appel aux services d’un médecin traditionnel qui lui a coupé les joues avec des instruments pointus pour faire sortir le pus. Cependant, l’état d’Adama s’est aggravé et tout son corps s’est mis à enfler après cela. Nous avons également été orientés vers un autre médecin traditionnel qui nous a donné des feuilles et des écorces d’arbres comme médicaments, mais cela n’a pas amélioré son état. » Heureusement pour Adama et sa mère, elles ont rencontré un membre d’Action contre la faim dans le camp de Fariya qui les a amenées au centre de stabilisation.  « Quand nous sommes arrivés, ma fille ne pouvait ni s’asseoir ni marcher, mais ici, dans le centre, nous avons reçu des médicaments et une bonne nourriture aussi. Le gonflement d’Adama a disparu et ma fille va bien maintenant« , se confie Jidda.

Adama -recovering © Action contre la Faim Nigeria.

ADAMA SALEH

© Action contre la Faim Nigeria.

La montée de l’insécurité menace les enfants

 

« Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une situation des plus dramatiques pour les enfants vivant dans le nord-est du Nigeria », déclare Dabagai Dabagai, directrice d’Action contre la faim au Nigeria. « Les projections pour 2021 montrent que les taux de malnutrition aiguë nécessitent une action immédiate pour sauver des vies. Entre l’insécurité, les déplacements, le manque d’accès à la nourriture et à l’hygiène, ainsi que les pratiques de soins inadéquates, les facteurs conduisant à cette maladie sont nombreux. »

La promotion de pratiques adéquates d’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, l’accès immédiat aux traitements, ainsi que le renforcement de la détection communautaire de la malnutrition aiguë, l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, et l’amélioration de la couverture vaccinale figurent parmi les recommandations de l’analyse IPC.

Malheureusement, le niveau actuel d’insécurité ne permet pas aux humanitaires de mettre en œuvre toutes ces recommandations, laissant de nombreuses personnes, notamment des enfants de moins de cinq ans, en danger. Les récents événements à Damasak, où notre centre de stabilisation pour les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère a été incendié et nos collègues pris pour cible, prouvent que la situation sécuritaire se détériore.

« Nous demandons au gouvernement et aux donateurs internationaux de veiller à ce que les humanitaires puissent atteindre en toute sécurité toutes les personnes dans le besoin dans tout le nord-est du Nigeria. À la lumière des analyses actuelles, sans actions, nous prévoyons un avenir sombre« , conclut Dabagai Dabagai.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.