Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

logo_action_contre_la_faim-235.png

À la Une

Exposition universelle

quelle vision de l’alimentation François Hollande vient-il défendre à Milan ?

logo_action_contre_la_faim-235.png

Action contre la faim, CCFD-Terre Solidaire, Oxfam France

La France porte depuis de nombreuses années un discours en faveur des agricultures familiales. Pourtant dans  les faits, elle est loin de soutenir ces acteurs en priorité, en particulier, dans les pays du Sud. Elle est par exemple engagée depuis 2012 dans une initiative du G8 appelée la « Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition » (NASAN) destinée à promouvoir les investissements dans l’agriculture dans 10 pays d’Afrique afin de lutter contre la faim et la pauvreté.  Loin de mettre en avant les agricultures familiales, cette alliance repose à l’inverse sur les multinationales du secteur des semences et du trading de matière premières agricoles. Ces acteurs, plus spécialistes de la spéculation sur les marchés internationaux que de la production agricole, bénéficient de facilités fiscales, douanières et foncières qui créent une concurrence déloyale avec les paysans qui se voient aujourd’hui dépossédés de leurs terres et en grande partie, du soutien des pouvoirs publics1.

De même, la France promeut officiellement le développement de pratiques agroécologiques, dans l’objectif de réduire les émissions du gaz à effet de serre du secteur agricole et de favoriser la résilience des agriculteurs du Sud. Pourtant, là encore, l’incohérence pointe quand on compare les discours et les soutiens politiques et financiers effectivement accordés par la France pour lutter à la fois contre la faim et les dérèglements climatiques. Ainsi, depuis septembre 2014, la France s’est engagée dans l’Alliance Globale pour l’Agriculture Intelligente face au Climat (GACSA). Loin de reposer sur une vision agroécologique du développement agricole et rural, cette GACSA se destine plutôt à promouvoir des pratiques dont les impacts négatifs sur la sécurité alimentaire et le climat ne sont plus à prouver (intrants chimiques, OGM,…)2. Dans les faits, la France serait plutôt porteuse d’une nouvelle révolution verte, basée sur le verdissement artificiel  des pratiques de l’agrobusiness.

Enfin, dernier sujet révélateur de l’incohérence des engagements français, la sous-nutrition qui touche 1 enfant sur 10 dans le monde et qui est responsable de 3 millions de décès par an. Malgré l’ampleur du problème, les conséquences humaines de la sous-nutrition ne suffisent pas à convaincre la France d’investir dans la lutte contre ce fléau. Les investissements de la France restent très faibles avec 23 millions d’euros d’aide à la nutrition en 2013, soit seulement3. Le nouvel engouement pour la « diplomatie économique » chère au Ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius, et les réductions du budget de l’Aide publique au développement (APD) française (moins 20 % depuis 2010) appellent à maximiser l’impact de chaque euro investi. Mais alors que le gouvernement a annoncé vouloir faire de la sous-nutrition « une des priorités de la politique de développement et de solidarité internationale »4, la France n’a pris aucun engagement financier et ne s’est jusqu’à présent pas dotée d’un plan d’action qui concrétiserait sa stratégie en matière de lutte contre la sous-nutrition.

C’est pourquoi, Action contre la faim, le CCFD-Terre Solidaire et Oxfam France demandent à François Hollande de remettre en cohérence les discours français avec ses actions à l’international. Pour cela la France doit dès à présent quitter des initiatives comme la NASAN ou la GACSA qui appauvrissent et mettent en péril le droit à l’alimentation des populations au Sud. En tant que présidente de la COP21, la France doit également se montrer ambitieuse et mettre en place des politiques et financements en faveur des pratiques agroécologiques et de la lutte contre la sous nutrition. Alors qu’une personne sur 9 souffre toujours de la faim dans le monde, il y a urgence.

 


Contact médias :

Caroline Prak – Oxfam France : 06 30 46 66 04 / cprak@oxfamfrance.org / @carolineprak

Karine Appy – CCFD-Terre Solidaire : 06 66 12 33 02 – k.appy@ccfd-terresolidaire.org

Karima Zanifi – Action contre la Faim :  01 70 84 72 37 / kzanifi@actioncontrelafaim.org 

 

[1] Voir à ce sujet le bilan d’étape de la NASAN réalisée par ACF, le CCFD-Terre Solidaire et Oxfam France à l’occasion du G7

[2 Voir notamment : Climate-Smart revolution… or a new era of green-washing?, CIDSE, mai 2015

[3] Soit 0,47 % de l’APD française

[4] selon la loi d’orientation parlementaire sur le développement et la solidarité internationale  adoptée en juillet 2014

Pour en savoir plus sur le Pavillon français : http://alimentation.gouv.fr/la-france-a-milan

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.