Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

logo_action_contre_la_faim-249.png

À la Une

Comment rendre la deuxième conférence internationale sur la nutrition déterminante pour mettre fin à la malnutrition

logo_action_contre_la_faim-249.png

Vingt-deux ans après la première conférence de 1992, et avec une scène internationale particulièrement sensible aux questions nutritionnelles, ICN2 était une occasion unique et historique de prendre des engagements politiques forts. Ces engagements sont plus que jamais nécessaires: plus de 200 millions d’enfants souffrent actuellement de malnutrition aiguë ou chronique, 805 millions d’individus sont sous-alimentés, et 500 millions d’adultes sont désormais obèses. Il est donc légitime de se demander dans quelle mesure la deuxième Conférence internationale sur la nutrition (ICN2) peut permettre d’atteindre une plus grande justice nutritionnelle.

 

ICN2 : une étape en demi-teinte pour une justice nutritionnelle accessible à tous ?

 

ACF International apprécie fortement que les documents finaux d’ICN2 considèrent la malnutrition comme un problème systémique et soulignent la nécessité d’approches multisectorielles pour répondre aux causes sous-jacentes de la sous-nutrition. Nous sommes satisfaits de constater que les impacts du changement climatique sur la nutrition ont été reconnus et que la sous-nutrition aiguë sévère, qui affecte 52 millions d’enfants de moins de cinq ans, soit ciblée de manière adéquate au même titre que la sous-nutrition chronique.

Cependant, nous regrettons fortement que ces documents soient si limités en terme de portée: le vocabulaire employé est bien souvent plus faible que celui utilisé au sein du texte de la première conférence adopté il y a 22 ans et sur le plan technique une grande partie de leurs contenus est insuffisant si ce n’est inadéquat pour combattre la sous-nutrition de manière efficace.

Le fait que de nombreux sujets politiques sensibles mais majeurs aient été retirés des documents remet d’autant plus en question la volonté des gouvernements de faire un réel pas en avant dans la lutte contre les causes sous-jacentes de la malnutrition. Nous regrettons particulièrement que les approches par les droits, l’importance d’une approche genrée, le rôle clé des petits producteurs, la reconnaissance des impacts négatifs des mécanismes de libre échange et des systèmes alimentaires dérégulés, ainsi que l’impact de la surconsommation des produits alimentaires industriels hautement transformés, ne soient pas traités convenablement, si ce n’est reconnus, par la conférence.

ACF International estime que la plus grande opportunité manquée d’ICN2 a été de ne pas suffisamment reconnaître la lutte contre la malnutrition comme un problème public nécessitant des engagements politiques forts. Pour de nombreuses raisons, ICN2 a été caractérisée par un manque de vision, de clarté et de transparence, en grande partie dû au fait que l’objectif de la conférence n’a pas été clairement établi dès le départ. Les résultats escomptés n’ont été clairement définis que vers la fin des négociations et la conférence n’a pas su se positionner par rapport aux autres initiatives traitant de la nutrition (bien qu’ACF salue le fait que le Cadre d’Action appelle les gouvernements à mettre en oeuvre et à financer adéquatement les cibles mondiales 2025 de l’Assemblée mondiale pour la santé relatives au recul de la sous-nutrition). ICN2 a été gravement affaiblie par ce manque de vision sur l’objectif de la conférence, ainsi que par la reconnaissance trop tardive du rôle de la société civile dans le processus de négociation.

Nous sommes convaincus que le manque de lien avec les autres plateformes traitant de la nutrition a rendu les bailleurs présents dans ces arènes réticents à soutenir ICN2. Trop de parties prenantes ont ainsi sous-estimé l’importance d’ICN2 dans la lutte contre la sous-nutrition. Le processus de négociation a été marqué par le manque d’intérêt et par l’engagement limité d’un trop grand nombre de gouvernements – y compris ceux de certains des États dont la population présente les plus forts taux de sous-nutrition – ainsi que par des engagements de dernière minute pris par des États aux ambitions très modestes ce qui a rendu d’autant plus difficile l’obtention de meilleurs résultats.

ICN2 a ainsi loupé l’occasion qui lui était donnée de profiter de la dynamique internationale en matière de nutrition pour accomplir les grandes avancées politiques nécessaires à une meilleure « justice nutritionnelle ». En outre, en débouchant sur des résultats qui ne sont absolument pas normatifs, ICN2 limite la gouvernance mondiale en matière de nutrition en manquant de promouvoir l’approche holistique et prescriptive pourtant essentielle à la lutte contre la sous-nutrition. 

Enfin, le manque de mécanismes de redevabilité efficaces et clairement définis fait courir à ICN2 le risque de n’être qu’un ensemble de « promesses en l’air » favorisant des solutions techniques alors que des engagements politiques soutenus par de solides mécanismes de suivi, d’évaluation et de redevabilité sont nécessaires.

 

Après ICN2 : la solution pour avancer réside dans l’action, l’action, l’action…

 

ACF International est d’avis qu’ICN2 a mis en lumière le besoin de renforcer la coordination autour de la nutrition au sein de l’Organisation des Nations Unies (ONU), ainsi que le besoin de mettre en place une gouvernance forte d’un point de vue normatif pour s’attaquer aux causes sous-jacentes de la malnutrition.

Les documents finaux adoptés ne sont que le reflet des actions menées à travers eux. Sans un suivi solide et proactif de la Déclaration de Rome sur la Nutrition et du Cadre d’Action, ICN2 court le risque de marquer l’histoire comme étant la conférence qui a affaibli la lutte mondiale contre la sous-nutrition en ne réussissant pas à aborder correctement ce sujet alors que l’attention de la scène internationale était pourtant là. Ce scénario est inacceptable : des centaines de millions d’enfants souffrant de sous-nutrition ont besoin que l’on redouble d’action, rapidement et de façon résolue. En conséquence, ACF demande aux parties prenantes de mener les actions suivantes au plus vite :

 

Recommandations d’ACF pour les gouvernements :

  • Définir, adopter et promouvoir un cadre de suivi et de redevabilité, qui reconnaisse le rôle et les contributions des organisations de la société civile et des mouvements sociaux dans la lutte contre la malnutrition.
  • Accorder, durant les actions faisant suite à la conférence, une attention toute particulière aux problèmes politiques qu’elle a négligés.
  • Adopter la Déclaration de Rome sur la Nutrition et le Cadre d’action à l’Assemblée générale de l’ONU. Les gouvernements doivent aussi rendre l’Assemblée générale de l’ONU responsable du contrôle des suites données à la conférence, et doivent s’assurer que l’Assemblée déclare la mise en place et le financement d’une Décennie d’Action pour la Nutrition entre 2016 et 2025. Une telle décennie est non seulement essentielle au maintien d’une dynamique internationale sur la nutrition, mais est aussi cruciale pour rendre les gouvernements responsables de la réalisation des promesses de’ICN2. Cette décennie doit être fondée sur le respect, la protection et la mise en oeuvre des droits humains (tels que le droit à une alimentation adéquate, à de bonne conditions sanitaire et de santé et à un accès à l’eau potable); elle doit reconnaître le rôle crucial que joue l’agriculture familiale et les petits producteurs, et doit spécifiquement déclarer que les droits des femmes et le renforcement de leur capacité sont une cause fondamentale et un enjeu transversal de la lutte contre la sous-nutrition.
  • Faire tous les efforts possibles pour améliorer la collaboration avec les institutions onusiennes et les plateformes régionales et internationales inclusives concernées.

 

Recommandations d’ACF pour les Nations Unies :

  • Renforcer et améliorer la coordination autour des questions de nutrition au sein de l’ONU ainsi qu’avec les gouvernements et les plateformes régionales et internationales inclusives concernées par la lutte contre la sous-nutrition.
  • Promouvoir un cadre légal sur la Nutrition. Ce cadre représenterait une étape critique dans le renforcement de la gouvernance internationale en matière de nutrition et encouragerait un environnement plus favorable, qui bénéficierait principalement aux populations souffrant le plus de la sous-nutrition.

 

 


Contact ACF – Département Plaidoyer –

Samuel Hauensteinswan – ACF RU – s.hauensteinswan@actionagainsthunger.org.uk

Peggy Pascal – ACF France – ppascal@actioncontrelafaim.org

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.