Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

09_ViolaineCoulaudSavel

Témoignages

Burkina Faso

Savoir identifier la malnutrition

Ce projet est mis en oeuvre par quatre partenaires composés d’Action contre la Faim, le GRET, HELVETAS et Tin Tua, avec la participation active des autorités communales de même que les services techniques déconcentrés de l’Etat.

Il est 12h, Tankoano Possibo, mariée et mère de quatre enfants, s’affaire dans sa grande cour familiale d’une dizaine de cases et sans clôture. Sous un hangar, elle accorde quelques minutes pour partager son expérience : elle a bénéficié des activités de dépistage communautaire  du projet RESIANE.  « Ce sont ‘les petits infirmiers’ – les agents de santé à base communautaire – qui m’ont identifiée pour faire partie de l’activité. Lors d’une assemblée générale, Action contre la Faim nous a proposé de suivre une formation au dépistage de la sous-nutrition à l’aide du périmètre brachial. Après la formation, nous avons mis en pratique nos nouvelles connaissances dans les communautés sous le contrôle des petits infirmiers ».

Selon Possibo, la formation a été très bénéfique pour elle : “Les agents de santé à base communautaire nous ont sensibilisé sur les maladies courantes et sur comment faire certains diagnostiques dont celui de la malnutrition chez les enfants.” Elle a aussi appris comment référer les patients dans les centres de santé les plus proches.

 

10_ViolaineCoulaudSavel © Violaine Coulaud Savel
pour Action contre la Faim

« Si un enfant est diagnostiqué en situation de sous-nutrition et qu’il ne se porte pas bien, je le réfère immédiatement au Centre de santé et de promotion sociale. De là, le personnel médical examine l’enfant pour confirmer ou infirmer les résultats précédents. Si les résultats du diagnostic s’avèrent positifs alors, l’enfant bénéficie d’une prise en charge avec des aliments thérapeutiques prêt à l’emploi. Toute la prise en charge est gratuite au centre de santé de référence. » ajoute Possibo.

« Avant, on ne savait pas qu’un enfant pouvait avoir l’air d’être en forme mais souffrir de sous-nutrition, mais après la formation nous avons pris connaissance de ce fait. Le diagnostic se fait au niveau des pieds : il faut légèrement appuyer sur le dessus et attendre un petit temps. Ensuite on relâche le pied et on observe la forme des marques. S’il y a des creux c’est que l’enfant souffre de la sous-nutrition.

 Parallèlement, un enfant peut aussi présenter un faible  poids et ses parents pourraient penser à la sous-nutrition à tort. Depuis la formation nous avons compris que c’est après un diagnostic de la maladie que l’on peut affirmer sans hésitation que l’enfant souffre de sous-nutrition ou non. ».

 La formation a concerné chaque couple (mari et femme) dans le village. Elle a été faite en cascade dans la communauté et par ménage. Possibo a sensibilisé à son tour toutes les autres femmes de sa concession. Elle dit être à l’aise avec ce qu’elle fait, car son engagement contribue au bien-être de la population mais aussi au développement de son village.

« L’activité est très bénéfique bien qu’il y’a de fois des critiques à mon égard. Le plus important est que les personnes qui sont autour de nous se portent bien et en bonne santé. Il faut améliorer l’apprentissage de nos communautés à travers de nouvelles formations. »

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte