Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Melkar Galárraga, enseignant dans une communauté rurale © Lys Arango
pour Action contre la Faim

Témoignages

Colombie

Melkar Galárraga, enseignant dans une communauté rurale

Il a, comme tant d’autres sur cette terre de violence, un passé tragique. Fils de Victoriano et Blanca, qui formaient un modeste ménage de paysans, et frère d’un maire assassiné par la guérilla, Melkar, du haut de ses 14 ans, a dû se mettre à travailler et à étudier pour faire vivre ses parents, trop âgés pour « continuer à manier la machette », dit-il. Puis, le 1er janvier 2001, ses quatre nièces, les filles de son frère mort, ont disparu.  Pendant dix ans ils n’ont eu aucune nouvelle, puis, un jour ils ont découvert leurs corps démembrés. « Les paramilitaires sont entrés dans San Miguel Putumayo et ont tout dévasté. » dit-il avec une grande tristesse.

"Ils ont emmené mes nièces comme trophées de guerre, jusqu’à ce qu’elles ne leur servent plus à rien"
Melkar Galárraga, enseignant dans une communauté rurale
Melkar Galárraga
Putumayo, Colombie

Melkar s’est battu pour devenir professeur, et il y est parvenu. Il précise que dans les zones rurales colombiennes, l’éducation est très rudimentaire, mais qu’il a bon espoir de changement : « Il y a beaucoup à faire, mais aujourd’hui, c’est plus facile. Depuis que le processus de paix a commencé, les eaux se sont calmées. Il y a moins de violence et cela facilite les progrès des élèves. » Il est vrai que la communauté de La Libertad a été historiquement contrôlée par le Front 48 de la guérilla et était donc une cible préférentielle des attaques de l’armée et des paramilitaires. Désormais, cet enseignant fait confiance au processus de paix, malgré la persistance de certains problèmes. « L’heure est venue que la paix règne en Colombie. Espérons que le gouvernement va commencer à investir davantage dans l’éducation et moins dans les armes » conclut Melkar Galárraga avant de regagner sa classe.

Melkar Galárraga, enseignant dans une communauté rurale © Lys Arango
pour Action contre la Faim

Melkar Galárraga, enseignant dans une communauté rurale

© Lys Arango pour Action contre la Faim

Melkar Galárraga, enseignant dans une communauté rurale © Lys Arango
pour Action contre la Faim

Melkar Galárraga, enseignant dans une communauté rurale

© Lys Arango pour Action contre la Faim

1/2

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte