Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

SSD_2017_LYSARANGO-45 © Lys Arango pour Action contre la Faim

Témoignages

De bénéficiaire à bénévole

L’histoire d’Achoc

Désespérée, Achoc a alors eu recours à toute sorte de solutions pour guérir sa fille avant de l’amener au centre de stabilisation d’Action contre la Faim. Une fois sur place le médecin a diagnostiqué chez elle une malnutrition aiguë sévère. Elle est restée en soins intensifs pendant six jours, puis elle a retrouvé son appétit et des forces.

Après qu’Atong ait reçu l’autorisation de quitter le centre, sa mère est repartie, non seulement, avec une enfant en bonne santé, mais aussi avec un nouveau projet en tête. Tandis que sa fille se rétablissait au centre, Achoc a en effet assisté à des séances de promotion à l’hygiène et a appris beaucoup de choses sur l’importance d’une bonne hygiène et d’une bonne nutrition. Elle sait désormais que l’absence d’installations d’assainissement est l’une des principales causes de la diarrhée et de la propagation de parasites intestinaux, qui peuvent rendre ses enfants malades et malnutris.

Ne voulant plus voir aucun de ses cinq enfants tomber malade, elle a décidé de prendre les choses en main. Avec des outils et le soutien technique de nos équipes, elle a commencé à construire des latrines à quelques mètres de chez elle, qu’elle terminera après la saison des pluies.

"Cette initiative ne bénéficiera pas seulement à ma famille"
SSD_2017_LYSARANGO-45
Achoc
Malualkon, Soudan du Sud

« mais aussi à mes voisins et au village tout entier. Je pourrais même servir d’exemple » affirme Achoc fièrement.

Selon les données nationales, au Soudan du Sud plus de 90 % de la population n’a pas accès à une hygiène adéquate en raison d’une eau et d’un assainissement de mauvaise qualité. Cette situation conduit inévitablement à un très fort taux de maladies transmises par l’eau, comme la diarrhée, deuxième cause de décès chez les enfants de moins de cinq ans.

 

SSD_2017_LYSARANGO-50 © Lys Arango pour Action contre la Faim

Achoc

© Lys Arango pour Action contre la Faim

SSD_2017_LYSARANGO-53 © Lys Arango pour Action contre la Faim

Achoc

© Lys Arango pour Action contre la Faim

SSD_2017_LYSARANGO-54 © Lys Arango pour Action contre la Faim

Achoc

© Lys Arango pour Action contre la Faim

SSD_2017_LYSARANGO-60 © Lys Arango pour Action contre la Faim

Achoc

© Lys Arango pour Action contre la Faim

1/4

S’attaquer à la sous-nutrition, c’est plus que sauver la vie d’enfants très malades. C’est aussi s’assurer en premier lieu que les familles savent comment éviter que

leurs enfants ne tombent malades. Afin d’encourager un salutaire changement des comportements dans les communautés, nos équipes mettent en œuvre une méthode : un habitant teste quelque chose de nouveau, y voit des résultats prometteurs, puis, peu à peu, tous les membres de sa communauté finissent par l’imiter.

À Malualkon, c’est Achoc qui est le vecteur du changement : ses latrines vont aider à empêcher ses enfants de tomber malade et pourraient – espérons-le – inciter ses voisins à construire eux aussi leurs propres latrines, ce qui améliorera l’assainissement et la santé du village tout entier.

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte