Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Resilac Cameroun Fanta couture © Action contre la Faim Cameroun

Témoignages

Cameroun

Fanta : s’émanciper à travers la couture

Pour subvenir aux besoins de mes enfants, j’ai commencé à me débrouiller en pratiquant le petit commerce et l’élevage des petits ruminants. Je vendais les arachides grillées, le maïs frais, le manioc, tous ce que je trouvais de lucratif dans le marché.

J’ai aussi essayé de passer des concours, sans succès (l’armée avec mon Certificat de Fin d’étude Primaire CEP). Pendant quelques temps, j’ai ensuite vendu des produits cosmétiques et médicaux pour une entreprise.

Tout cela, dans un seul but: m’occuper de mes enfants, les envoyer à l’école, les vêtir et les nourrir. Ce n’était pas facile du tout, surtout pour une femme, de surcroît sans emploi fixe.

Dès que j’ai entendu parler du recrutement des jeunes pour travailler sur un chantier à haute intensité de mains d’œuvre (HIMO) moyennant une rémunération, j’ai saisi cette occasion sans hésiter. Je me suis faite enregistrer, et j’ai été retenue pour travailler sur le chantier de construction du bief de Domayo, aux côtés des 24 femmes et 29 hommes de ma localité. Nous avons travaillé 5 jours par semaine, du lundi au vendredi, de novembre 2019 à avril 2020, et avons gagné environ 3 000 Francs CFA chacun par jour soit 18 000 Francs CFA par semaine.

Selon l’approche du projet, nous devons constituer une épargne à l’issus de ces travaux afin de pouvoir investir dans des microprojets de notre choix. C’est ainsi que, à la fin de chaque semaine de travail, 9 000 Francs CFA par personne nous était restitués et 9 000 Francs CFA retenus dans un compte d’épargne que le projet nous a ouvert dans une institution de microfinance.

couture resilac cameroun © Action contre la Faim Cameroun

Cameroun

© Action contre la Faim Cameroun

Resilac Cameroun couture © Action contre la Faim Cameroun

Cameroun

© Action contre la Faim Cameroun

1/2

L’apprentissage de la couture

J’ai toujours été intéressée par la couture. Je me suis donc rapprochée de l’équipe terrain du projet RESILAC pour solliciter cette formation avec les autres bénéficiaires. Après échange avec eux, et compte tenu de mon engagement à être formée, ils ont accepté ma candidature et m’ont accompagnée dans l’achat d’une machine à coudre. Désormais, je me forme à cette activité que je trouve passionnante. 

"Avec la couture, j’aurai la possibilité d’avoir de l’argent chaque semaine. Et, en plus, je peux l’exercer à domicile en veillant sur mes enfants quotidiennement. "
Fanta
Mindif, Cameroun

Cela ne veut pas dire que j’ai abandonné ma première activité d’élevage! Je continue de la pratiquer, mais avec un peu de capital: en effet, j’ai 6 petits ruminants à la maison.

Mais avec la couture, j’aurai la possibilité d’avoir de l’argent chaque semaine. Et, en plus, je peux l’exercer à domicile en veillant sur mes enfants quotidiennement: ceci est un avantage inestimable pour moi !

En y repensant, j’avais tellement peur que l’équipe du projet refuse ma candidature pour cette formation en couture. Mais au contraire, les membres de l’équipe m’ont encouragée à multiplier mes activités et à saisir chaque opportunité favorable à mon épanouissement et à mon autonomie financière.

Après 2 semaines de formation, j’ai pu confectionner la tenue de classe de ma fille, ce qui était une très grande fierté pour moi. Je suis très contente de moi et remercie les acteurs de ce projet

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.