Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Boy looks at dust raising from the site of air strikes in Saada, Yemen © REUTERS/Naif Rahma

Témoignages

Yémen

Ahmed : « Ce n’est pas une honte de tendre la main vers les autres et demander de l’aide »

Nos équipes de réponse d’urgence* sillonnent les campements de déplacés pour leur venir en aide. Dès qu’une situation critique leur est signalée, elles se rendent sur place pour évaluer les besoins et y répondre en moins de 10 jours.

Lors d’une de leurs missions dans le district de Al-Garrahi, dans le gouvernorat d’Hodeïda, elles ont rencontré Ahmed devant son abri de fortune, qu’il a construit lui-même à l’aide de branchage et de paille. Agé de 30 ans, il a fui avec sa famille les combats du district de Al-Mukka, dans le gouvernorat de Taïz, avec des centaines d’autres familles, laissant derrière eux leurs terres et leurs ressources.

« Les derniers jours avant le déplacement, les nuits étaient très sombres et nous n’y voyions rien. Nous entendions juste les violentes explosions près du village. Les combats se rapprochaient de nous, et, chaque nuit, ma femme et moi avions de plus en plus de mal à endormir les enfants. Ils étaient terrifiés par les bruits des obus. Parfois, nous allumions la radio pour les distraire, ou bien nous mettions des musiques sur le téléphone. D’autres fois, on leur racontait des contes ou des vieilles histoires. Tout était bon pour essayer de leur faire oublier la situation et les rassurer. »

Ahmed a pris la décision de quitter sa maison avec sa femme et ses six enfants. « Je voyais beaucoup de mes amis et de mes voisins quitter le village pour trouver un endroit sûr. Avec

"Je voyais beaucoup de mes amis et de mes voisins quitter le village pour trouver un endroit sûr. Avec ma femme, nous avons décidé de partir aussi, pour sauver nos vies et celles de nos enfants. Le dernier a à peine quelques mois."
Ahmed
Yémen, district de Al-Garrahi

« Arrivé à Al-Garrahi, j’ai loué cette parcelle de terre et construit cet abri pour nous réfugier. Mais il est difficile de trouver du travail. Cela fait plus d’un mois que nous sommes là, et je n’ai rien trouvé. Chez moi, j’étais mécanicien de motocycles. Un mécanicien chanceux, car je n’ai perdu qu’un seul doigt alors que d’autres perdent parfois la main entière. J’ai finalement acheté une moto pour faire du transport de passagers et de biens. C’est notre source principale de revenus. Pour compléter, ma femme collecte et revend des bouteilles en plastique. Mais les fluctuations du prix du fuel et les hausses de prix affectent nos revenus. Ce n’est pas une honte de tendre la main vers les autres et de demander de l’aide. »


Nous avons établi des consultations médicales pour procurer des traitements thérapeutiques aux enfants de moins de cinq ans souffrant de sous-nutrition. Les femmes enceintes et allaitantes bénéficient d’un suivi pré et postnatal, incluant une supplémentation en micronutriments. Parallèlement, des programmes de soutien financier et de distribution de coupons alimentaires permettent d’offrir aux populations des revenus décents pour s’approvisionner sur les marchés locaux, lorsque ceux-ci sont fonctionnels. Dans les cas où les marchés ne sont plus opérationnels, nos équipes fournissent les biens essentiels. Au-delà, Action contre la Faim rénove ou construit des points d’eau et des latrines dans les communautés, les écoles et les centres de santé, où des sessions de promotion à l’hygiène sont organisées. Les familles les plus vulnérables reçoivent des kits d’hygiène et des filtres à eau en céramique.

*Rapid Response Mechanism

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte