Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

muttur © Eric Fenot
pour Action contre la Faim

Communiqués de presse

Sri Lanka

Indifférence pour les 17 victimes du massacre de Muttur

Rarement des travailleurs humanitaires ont été visés si violemment. Cette attaque, à laquelle auraient participé des membres des forces gouvernementales sri lankaises, constitue un crime de guerre. En effet, les Conventions de Genève statuent qu’en temps de guerre, la protection des civils comme des membres d’organisations humanitaires, demeure une règle inviolable.

Surpris à leurs bureaux, les 17 salariés d’Action contre la Faim furent assassinés alors même qu’ils tentaient de venir en aide aux populations. Après avoir soutenu plus de 100 000 personnes au Sri Lanka depuis 2005, l’association a finalement décidé de quitter le territoire national deux ans après le massacre. Au-delà des victimes, de leurs proches et collègues, c’est tout une population qui fut laissée pour compte.

"Depuis 2006, le gouvernement sri lankais, en plus de faillir à son devoir de protection vis-à-vis de sa population et des travailleurs humanitaires, échoue également à son devoir de justice"
Pauline Chetcuti
responsable du plaidoyer humanitaire, Action contre la Faim

Les enquêtes nationales sont vaines et les demandes d’Action contre la Faim furent ignorées. « Face à cette impunité, nous avons réussi à obtenir en 2014 l’ouverture d’une enquête internationale, qui a donné lieu à un rapport sur les crimes menés pendant la guerre civile sri lankaise. Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a ainsi corroboré nos conclusions, quant à l’implication des forces de sécurité et les menaces pesant sur les familles et les témoins » ajoute Pauline Chetcuti.

Par la suite, la création d’un Tribunal Spécial à dimension internationale, demandée par le Conseil, fut validée par les Nations Unies et le gouvernement sri lankais. Pourtant, elle est sans cesse repoussée.Le Sri Lanka fait en effet blocage en s’opposant à la présence de juges internationaux. Récemment, l’ONU a conclu dans un rapport du rapporteur spécial sur le contre-terrorisme “qu’aucune des mesures adoptées jusqu’à présent pour honorer les engagements du Sri Lanka en matière de justice transitionnelle n’est adéquate pour assurer de réels progrès”.

"Action contre la Faim ne renoncera pas à obtenir justice pour les 17 victimes du massacre de Muttur"
Pauline Chetcuti
responsable du plaidoyer humanitaire, Action contre la Faim

« Cette tragédie nous rappelle d’ailleurs que les travailleurs humanitaires sont toujours menacés dans les zones de conflits, au même titre que les civils, et ce, alors que leur action y est plus que nécessaire. Aucune mission humanitaire ne peut être menée dans de telles conditions » plaide Pauline Chetcuti.

Le massacre de Muttur n’est malheureusement pas un événement isolé.Le 19 août prochain, la journée mondiale de l’aide humanitaire rendra d’ailleurs hommage à tous ceux qui ont péri au cours de leurs missions et à ceux qui continuent d’apporter leur assistance à des millions de personnes. La communauté internationale doit en effet se mobiliser afin que l’indifférence et le mépris du droit international ne l’emportent pas. La sécurité des travailleurs humanitaires n’est pas une option

« Nous demandons ainsi à toutes les autorités compétentes d’user de leur influence afin que le Sri Lanka mette en place un mécanisme crédible et indépendant de lutte contre l’impunité et de redevabilité » conclut Pauline Chetcuti.

Douze ans après nous ne les oublions pas et nous ne renoncerons pas à ce que justice leur soit rendue: M. Narmathan, I. Muralitharan, R. Arulrajah, T. Pratheeban, A. Jaseelan, G. Kavitha, K. Kovarthani, V. Kokilavathani, S. Romila, M. Ketheswaran, M. Rishikesan, S.P. Anantharajah, G. Sritharan, S. Koneswaran, S. Ganesh, Y. Kodeeswaran, A.L.M. Jawffar.


contact presse

Mathieu Fortoul 
mfortoul@actioncontrelafaim.org
01.70.84.72.29 ou 07.89.31.55.58

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte