Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Communiqués de presse

COVID-19

Gaza fait face au début de la transmission communautaire avec un approvisionnement très limité en eau et en médicaments

Le manque d’eau potable et la très forte densité de population augmentent considérablement le risque d’infection. En parallèle, la limitation des mouvements appliquée pour arrêter la transmission aggrave une crise économique sans précédent causée par 12 ans de blocus.  

Les hôpitaux de Gaza disposent actuellement de moins de 100 lits dans l’unité de soins intensifs et d’un nombre de ventilateurs qui permettent de traiter seulement 350 patients atteints de COVID-19 pour une population de 2 millions de personnes.

Nos équipes dans la bande de Gaza redoublent d’efforts pour contenir la transmission du COVID-19. Nos activités ont pour objectifs de garantir l’accès à l’eau et aux services sanitaires de base, ainsi qu’aux équipements de protection et de désinfection, en plus d’atténuer les conséquences économiques de la limitation des mouvements, qui sont particulièrement sévères dans le nord de la bande.

« La limitation de l’approvisionnement en eau potable et du traitement des eaux usées était déjà l’une de nos principales préoccupations avant la pandémie« , explique Lucas Honauer, directeur d’Action contre la Faim dans le Territoire Palestinien Occupé (TPO), depuis Jérusalem.

Dans les circonstances actuelles, où la pandémie menace une population qui vit dans une zone surpeuplée de 385 km², cette situation est très grave. « L’eau potable est essentielle pour contrôler la transmission de toute épidémie et il est donc crucial que nous puissions accéder à nos matériels et ressources afin que nos projets se poursuivent et que nous continuions à fournir de l’eau et des installations sanitaires de base à la population, en renforçant les systèmes de prévention et en empêchant la propagation du virus », ajoute M. Honauer.

"Maintenir une distance sociale dans l'une des régions les plus densément peuplées du monde est un défi spatial"
Lucas Honauer
Gaza, Territoire Palestinien Occupé

« Mais il est encore plus difficile de confiner une population avec une alimentation électrique limitée à 8-12 heures par jour [elle était de 4 heures à la fin du mois d’août], ce qui entrave sérieusement la capacité de conserver la nourriture ou de maintenir une activité professionnelle depuis son domicile », souligne le directeur d’Action contre la faim dans le TPO.

sans carburant, pas d’ÉleCTRICITÉ, et sans Électricité, pas d’eau potable

L’augmentation des cas de COVID-19 dans l’ensemble de population de la bande de Gaza a coïncidé avec la fermeture de la seule centrale électrique de Gaza le 18 août 2020. Suite à la récente escalade des hostilités entre Gaza et Israël, les autorités israéliennes ont suspendu l’approvisionnement en carburant. Depuis le 11 septembre, l’approvisionnement en carburant a repris et le réseau électrique fonctionne en moyenne 8 heures par jour, ce qui, selon Honauer, « reste insuffisant pour faire face à ce moment critique, où les coupures d’électricité affectent sérieusement le fonctionnement des infrastructures, notamment les usines de traitement des eaux usées et de dessalement, compromettant l’accès à l’eau potable et aux systèmes d’assainissement« .

En outre, les hôpitaux de Gaza sont dans une situation grave, où « il y a un manque alarmant de médicaments essentiels et d’équipements médicaux de base, ce qui affecte leur capacité à répondre de manière adéquate à la pandémie« , souligne-t-il. 

PRÉOCCUPATION Également en cisjordanie

Notre organisation suivra de près l’impact du second confinement d’Israël [dans trois semaines à partir de ce vendredi], qui affectera gravement les moyens de subsistance de milliers de Palestiniens qui seront confrontés à la difficulté, voire à l’impossibilité, de gagner un revenu et de conserver leur emploi. Les organisations humanitaires travaillant en Cisjordanie ont également mis en garde contre l’environnement coercitif croissant dans la zone C [une zone sous contrôle civil et militaire israélien], où les démolitions illégales d’infrastructures palestiniennes ont augmenté pour atteindre une moyenne de 65 par mois entre mars et août, le chiffre le plus élevé de ces quatre dernières années. 

en action contre la PANDÉMIE

Notre équipe a donné la priorité à la distribution d’eau et de kits d’hygiène comme mesures de prévention de pandémie, en particulier parmi les ménages les plus vulnérables. En même temps, nous avons renforcé les systèmes d’eau et d’assainissement dans certaines communautés, en fournissant du matériel de protection et de désinfection dans les institutions et les agences locales.

Nous travaillons en Cisjordanie depuis 2002 et dans la bande de Gaza depuis 2005, étant l’une des organisations les plus actives dans la région, fournissant l’hygiène, la protection et les moyens de subsistance aux populations qui en ont le plus besoin. Nous soutenons 170 000 personnes avec une équipe de 66 humanitaires. 

 

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.