Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

burkina_0-1.jpg

À la Une

Burkina Faso

Un an après la crise de 2012, le Sahel reste toujours l’épicentre de la faim

burkina_0-1.jpg

Un an après la crise qui a touché 18 millions de personnes, la situation au Sahel reste inquiétante malgré une bonne saison des pluies et des récoltes satisfaisantes. Les populations de la région vivent dans un équilibre fragile qui peut basculer dans une crise grave au moindre incident politique, socio-économique ou météorologique. Selon les derniers chiffres publiés par les Nations unies, en 2013 11.3 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire, et 1.5 million d’enfants de moins de 5 ans risquent de souffrir de malnutrition aiguë sévère.

Près de 600.000 réfugiés et plus de 440.000 déplacés internes, dont la plupart ont fui l’insécurité dans le nord du Nigéria et les combats au Mali, ont besoin d’assistance. Aujourd’hui, seuls 35% des fonds sollicités par les UN pour la région ont été récoltés ; la nutrition, la sécurité alimentaire, ainsi que l’eau, l’assainissement et l’hygiène sont respectivement financés à hauteur de 35%, 46% et 10% seulement.

 

« Une augmentation rapide des fonds est indispensable pour intensifier la réponse humanitaire et éviter un coût humain inacceptable » explique Olivier Longué, directeur général d’ACF Espagne. « Cependant, des financements à court terme ne suffiront pas à réduire de façon durable les taux de malnutrition aiguë qui paralysent le Sahel. »

 

Les bonnes récoltes ont amélioré la disponibilité de nourriture mais pas son accès. Les prix des aliments de base restent supérieurs à la moyenne des 5 dernières années dans la plupart des pays de la région, avec un impact direct sur les foyers les plus pauvres qui dépendent des marchés pour la plupart de leurs besoins alimentaires. Par ailleurs, les inondations dans le nord du Nigéria, producteur de 50% des denrées céréalières de la région, ainsi que l’insécurité au Nigéria et au Mali, ont eu un impact sur la production, la distribution et les prix des aliments.

 

Pendant la crise de 2012, des centaines de milliers de personnes ont perdu leurs moyens de subsistance et ont été obligés de vendre leurs biens ou de s’endetter pour survivre. Un an après, la majorité d’entre eux sont toujours en situation précaire. Leurs besoins risquent d’augmenter dans les mois à venir, faute d’un soutien suffisant avant le début de la période de soudure.

 

Grâce au soutien d’ECHO, ACF a pu travailler dans de bonnes conditions afin d’anticiper la période de soudure de 2013. Mais les niveaux d’investissement et la réponse humanitaire à grande échelle restent faibles comparés à ceux de 2012. La mobilisation internationale avait alors permis le traitement de 925 000 enfants atteints de malnutrition aiguë sévère.

 

« La réponse humanitaire de 2012 a été sans précédent » souligne la représentante régionale d’ACF Anaïs Lafite. « Cependant, 11 millions de personnes ont toujours besoin d’assistance humanitaire et plusieurs millions vivent dans un état permanent de vulnérabilité. Nous devons continuer à développer les progrès qui ont été faits l’an dernier, et aider les populations sur place à se préparer, s’adapter et se remettre des différents chocs qui affectent le Sahel de façon récurrente. »

 

Au-delà d’une réponse humanitaire à grande échelle, il devient indispensable d’investir à long terme dans les programmes s’attaquant aux causes de la malnutrition. Les gouvernements nationaux, les agences onusiennes, les ONGs, ainsi que tous les acteurs concernés, doivent renforcer leurs efforts pour améliorer durablement l’accès des populations à la nourriture, la santé et l’eau ainsi qu’aux services de nutrition, et investir dans la création de moyens d’existence plus robustes et fiables.

Contact presse :

Agnès Varraine Leca  01.43.35.82.37  avarraineleca@actioncontrelafaim.org

Urgences et jours fériés : 06 70 01 58 43

www.actioncontrelafaim.org

 

Créée en 1979, Action contre la Faim est aujourd’hui l’une des plus importantes organisations humanitaires de lutte contre la faim dans le monde, constituée en réseau international avec cinq sièges (Londres, Madrid, New York, Montréal et Paris). Action contre la Faim – France intervient dans des pays frappés par des crises alimentaires, en mettant en œuvre des programmes d’urgence et de relance dans les domaines de la nutrition, de l’autonomie alimentaire, de l’eau et de la santé.

 

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte