Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

À la Une

Ukraine

Ukraine. Réparer les réseaux d’eau pour la population et les déplacés internes

Dans l’est de l’Ukraine, dans le district de Poposna, Action contre la Faim travaille avec les ingénieurs locaux et les autorités à réparer et maintenir les infrastructures d’eau. Avec l’appui de l’Union Européenne, les équipes d’intervention en eau, hygiène et assainissement, participent à la reconstruction d’une région au cœur des affrontements de 2014.


Les réseaux d’eau et de chauffage ont été endommagés et continuent de se dégrader : parfois fragilisés en sous-sol, les tuyaux finissent par céder. Travaillant avec les autorités locales en charge du réseau de distribution d’eau, Action contre la Faim fournit le matériel nécessaire aux réparations. Pour faciliter les interventions et fluidifier les procédures, des tuyaux et pièces de plomberie ont été livrés aux services de l’administration après une évaluation et une anticipation des besoins. Le choix du matériel se fait avec les ingénieurs locaux qui fournissent la connaissance du réseau. Diamètre des tuyaux, embouts, matériaux, sont définis à partir des objectifs d’assistance à la population. Ce sont déjà de 3,5 km de canalisation qu’Action contre la Faim met à disposition de la région de Poposna.

Jouganov Sergeï Borisovitch a travaillé 13 ans dans l’entreprise de distribution d’eau de Louhansk. Depuis le conflit, il vit à Poposna et travaille désormais pour les services d’eau de l’administration en tant que responsable.

« La distribution d’eau dépend maintenant de l’administration locale et de la toute jeune société des eaux. Avec très peu de moyens mais du personnel aguerri, les réparations ont cours depuis 2 ans. Les salaires font défaut, même en cherchant des financements ils ne peuvent être honorés qu’à 20 ou 30% des anciens appointements. Dans ce contexte le matériel fourni par ACF est précieux ».

Ces éléments sont entreposés dans des locaux spécifiques des services de gestion de l’eau de l’administration locale qui répondent à une logique simple : quand c’est cassé, on répare.

Cette réactivité entre en action dès qu’un agent décèle un problème sur le réseau ou que des habitants signalent des coupures d’eau.

Le quartier de la rue Pouchkinka a subi des bombardements ces deux dernières années. Dans cette rue, un bâtiment de 9 étages abrite 180 appartements, soit près de 250 personnes. Une grande fuite a été identifiée par les services de distribution d’eau en charge du contrôle des débits d’eau. Les habitations ont été privées d’eau pendant 2 jours, le temps de découvrir l’origine de la fuite et d’intervenir pour permettre l’accès à l’eau potable mais aussi à l’hygiène.

Pour le responsable Borisovitch, le problème auquel la population doit faire face est double : « pendant les bombardements, les infrastructures d’eau ont été détruites au tir de mortier. Par endroit, les tuyaux et canalisations n’ont pas pu être réparés. Il y a bien eu des réparations sommaires mais on continue de perdre de l’eau et on a du mal à identifier les ruptures. Du coup, ça pose le problème de la qualité de l’eau distribuée qui arrive dans les habitations, elle peut être polluée ou au contact de l’air et de bactéries sur certains tronçons ou en certains points ».

Dans cette zone, la source d’eau se trouve à près de 40 km de la ville, qui dépendait de la station de filtration de Louhansk qui se trouve désormais de l’autre côté de la ligne de front. Elle est dorénavant filtrée dans les villages alentour. Jusqu’en janvier 2015, l’eau pouvait être stockée dans des châteaux d’eau près des habitations. Après des bombardements, ces installations sont hors service.

wash-6

[fancy_header type= »1 or 2 or 3″ subtitle= »for type=2″]2000 personnes dépendaient de ces réservoirs désormais détruits[/fancy_header]

Les réparations sont particulièrement importantes car elles bénéficient aussi bien aux populations locales qu’aux déplacés internes.

Plus loin, c’est une école maternelle qui dépend d’un raccordement desservant 3 rues qui est privée d’eau. En tout il y a 150 mètres de canalisations dans ce quartier et les tuyaux se trouvent de 1,5 à 3m sous terre. 7 personnes ont travaillé une semaine pour réparer le réseau.

wash-5

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.