Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

p1030193_cp-1.jpg

À la Une

Haïti

PREVENIR LA MALNUTRITION EN SOUTENANT L'ECONOMIE LOCALE

p1030193_cp-1.jpg

Entre mars et juillet, ce programme « Koupon Manjé Fré » en créole, a donné les moyens à 15 000 familles affectées par le séisme à Port-au-Prince, de diversifier leur alimentation et de consommer des produits frais : fruits, légumes, viande et poisson. Plutôt que d’opter pour une distribution directe, les équipes d’ACF ont préféré s’appuyer sur le marché local et développer un projet en collaboration avec les petits commerçants de Port-au-Prince. En effet, suite au séisme, elles avaient remarqué que le réseau des commerçants de produits frais et l’offre de production agricole locale étaient presque intacts mais que la demande était extrêmement faible, les clients ayant largement perdu leur pouvoir d’achat.

960 000 euros redistribués à la population

Le but était de toucher le plus grand nombre de familles comprenant notamment des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes ou allaitantes et de prévenir ainsi les risques de malnutrition des populations les plus vulnérables. Les familles ont reçu, une fois par mois, des coupons d’une valeur totale de 22 euros. Ce sont ainsi 960 000 euros qui ont été redistribués à la population. Les coupons étaient ensuite échangés contre des produits frais auprès de 166 marchands identifiés par ACF dans divers marchés de la ville spécialement sélectionnés en fonction de leur offre (en quantité et variété suffisantes) et de leur facilité d’accès. Les commerçants se faisaient ensuite rembourser les coupons directement auprès d’une institution bancaire contractée par ACF.Au-delà du bénéfice direct d’avoir accès à des produits frais, ces ménages ont pu utiliser les revenus ainsi économisés pour d’autres dépenses, tels que des aliments de base (riz, huile, sel, sucre etc…), des combustibles ménagers, des produits laitiers, des produits d’hygiène mais également pour des frais médicaux ou de scolarité. En augmentant leur pouvoir d’achat, ils ont également accru leur capacité à répondre aux besoins spécifiques créés par le séisme.

 

« Manje ekilibré se lè ou manje pwodui fré »

Ce programme devait également permettre aux bénéficiaires « de prendre conscience de l’importance des bienfaits d’une alimentation variée et équilibrée» témoigne Leïla Benouhoud, responsable du programme. En effet, la consommation de produits frais n’était pas toujours une pratique prioritaire des ménages haïtiens, privilégiant parfois une alimentation plus énergétique telle que les céréales, l’huile et le sucre. « On entrevoit une amélioration de la consommation des ménages bénéficiaires et le renouvellement de ce type de programme permettrait d’approfondir cette tendance ». Dans un pays où la malnutrition chronique est très importante, la consommation de produits frais permet de lutter contre des carences alimentaires aux conséquences extrêmement nocives.

Soutenir le marché local

L’impact d’un tel programme est également positif pour les marchands et les petits producteurs locaux. Participer au projet, leur a permis de relancer leur activité après le séisme, puis d’augmenter leurs ventes et donc leur chiffre d’affaires. Cela les a également aidés à accroître leur capacité d’autofinancement et à réduire leur dépendance à l’endettement. En effet, les petits marchands achètent généralement leur marchandise à crédit le matin et doivent la rembourser le soir même. Une partie d’entre eux ont déclaré, depuis, ne plus avoir recours au crédit pour s’approvisionner parce qu’ils avaient augmenté leur trésorerie. Enfin, ce programme permet aussi de promouvoir la consommation et la production de produits locaux, dans un pays dépendant à 80% des importations notamment dans le domaine alimentaire.

Convaincue que la poursuite et l’extension du projet est nécessaire – dans la mesure où les bénéficiaires s’en disent satisfaits et au vu de la faible reprise économique, du manque de sources de revenus depuis séisme, des risques encore forts de malnutrition et du besoin d’appuyer la relance économique – les équipes d’ACF travaillent actuellement à financer de nouvelles activités de distribution de « Coupons de nourriture fraîche ».

 

7 mois d’intervention à Port au Prince en quelques chiffres…

  • Accès à l’eau potable :

1 380 000 litres d’eau potable distribués chaque jour

Environ 130 000 personnes servies en eau

47 points de distribution ACF et livrés par 24 camions citerne.

  • Assainissement :

Des structures d’assainissements bénéficiant à plus de 89 000 personnes.

Près de 900 latrines aménagées de stations de lavage des mains

70 douches installées dans les camps

  • Nutrition et psychosocial :

13 tentes « maman-bébé » de soutien à l’allaitement

6 points de traitement ambulatoire pour le traitement de la malnutrition aigüe sévère

4 tentes dédiées au soutien psychologique

  • Sécurité alimentaire, distributions et soutien économique :

Plus de 47 000 rations de compléments alimentaires hautement protéinés

13 741 kits de première nécessité (couvertures, bâches, savons, seaux…)

624 700 euros distribués de le cadre des projets « Argent contre travail »

43 447 lots de « Coupons de Nourriture Fraiche »distribués

… Et des programmes également à Port de Paix et Gonaïves.

Parallèlement, les équipes ont renforcé les programmes déjà en cours à Port de Paix et Gonaïves, deux villes touchées indirectement par le séisme et faisant face à l’afflux de victimes du séisme: traitement de la malnutrition sévère, gestion des déchets, installation de latrines, distribution d’eau potable, support aux hôpitaux et centres de santé, mise en place de 8 tentes « maman-bébé », programmes « Argent contre travail » et activités génératrices de revenus.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.