Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

MDG-2013-10-30_8-1024x681

À la Une

« Les changements de comportement doivent venir de la communauté »

Ce manque d’accès à la WASH* a également des conséquences sur la sous-nutrition. Pour faire face à cela, Action contre la Faim travaille à l’amélioration de l’accès à l’eau, l’assainissement et la promotion de l’hygiène.

Nicolas Guibert est Référent technique opérationnel (RTO) WASH pour Madagascar, Haïti et le Zimbabwe. En tant que RTO, il appuie les missions sur leurs cycles de projets, de l’analyse des besoins à leur évaluation, en passant par les problématiques et challenges de mise en œuvre. Hydrogéologue de formation, Nicolas a rejoint Action contre la Faim pour réaliser des projets d’Eau Assainissement Hygiène en Afrique, en Asie et dans le Caucase, après avoir travaillé sur la protection des nappes phréatiques en France. Dorénavant il conseille les équipes d’Action contre la Faim sur le terrain et travaille sur le développement de nouvelles approches techniques et comportementales, telles que le marketing social.

Afin d’améliorer l’accès à l’eau potable et l’environnement sanitaire des familles, nous souhaitons développer les partenariats avec les petites entreprises autour des métiers de la WASH dans les pays en développement. Le projet NUTRIS « Nutrition Renforcée et Intégrée pour la Santé », financé par l’Agence Française de Développement (AFD), illustre cette volonté. Ce programme a été initié par les équipes d’Action Contre la Faim au Tchad, à Djibouti et à Madagascar. On développe une approche de marketing social qui vise à initier et accompagner des changements de comportements profonds dans toute la communauté.

 

Haiti ©Christian Boisseaux pour Action contre la Faim

Un des défis sanitaires en milieu rural est d’éradiquer la défécation à l’air libre. Cette pratique contribue aux mauvaises conditions sanitaires et d’hygiène qui facilitent les maladies infectieuses. Il en  résulte une mauvaise absorption des nutriments et par conséquent un risque de sous-nutrition, particulièrement chez les enfants. Nous œuvrons à faire évoluer les pratiques à travers des projets d’assainissement pilotés par les communautés. Un de nos objectifs auprès des communautés est de leur faire installer des toilettes, que chaque ménage pourra construire avec des matériaux locaux.

Dans les zones urbaines, la mise en place de toilettes est déjà le plus souvent effectuée, l’enjeu est alors de mettre aux normes les systèmes d’assainissement  qui sont en majorité insalubres. Les personnes désirent des toilettes ou des latrines de meilleure qualité, ce qui conduit au développement d’un marché local. Action contre la Faim établit un état des lieux et des besoins des communautés. Pour faciliter leur accès aux biens ou services, Action contre la Faim aide les petits entrepreneurs à se former et fournit les infrastructures nécessaires. Cette dynamique favorise ainsi l’offre sur le marché. Selon les contextes, on va soutenir les fournisseurs avec des subventions pour rendre les produits moins chers à l’achat, ou travailler avec les ménages pour développer des mécanismes de financements sociaux, des micro-crédits ou des facilités de paiements.

 

Haiti Christian Boisseaux pour Action contre la Faim

L’intérêt dans cette approche de marketing social est de développer et de pérenniser le petit entrepreneuriat autour de l’assainissement. On cherche à créer un effet démultiplicateur et à développer l’autonomie des populations. Il est important que ce soient les ménages qui s’approprient de meilleures pratiques autour de l’assainissement et de l’hygiène.


*Water Sanitation and Hygiene = Eau, assainissement et hygiène

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.