Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

AFG_FSL_2022_Sandra Calligaro (3) (1) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

À la Une

Climat

L’Afghanistan sous la menace du changement climatique

Le changement climatique a un impact significatif sur la population. Dans un pays où plus de 80 % de la population dépend d’une manière ou d’une autre de l’agriculture, les petits agriculteurs et les bergers nomades ont besoin de bonnes récoltes pour générer des revenus et nourrir leurs familles.

Au cours de ces dernières années, les conflits mais aussi la multiplication des aléas climatiques violents (sécheresse, inondations, etc.) ont eu un impact important sur la sécurité alimentaire de la population qui n’a cessé de se détériorer au cours des cinq dernières années. Aujourd’hui, près de 23 millions de personnes – 57% de l’ensemble de la population – sont confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire. Selon les estimations,  8,7 millions de personnes en Afghanistan risquent d’être confrontés à une situation de famine (source : IPC 2022).

 

L’IMPACT DE LA SéCHERESSE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

 

Au cours des 30 dernières années, la plupart des provinces afghanes ont connu une ou plusieurs catastrophes naturelles. Ainsi, des millions de personnes se sont retrouvés sans abri et des champs entiers ont été perdus. Les conditions météorologiques instables sont marquées par des phénomènes tels que les inondations et les sécheresses. Les deux tendances peuvent frapper durement les mêmes régions au cours de la même année, affectant les agriculteurs et les ménages qui dépendent des ressources naturelles pour survivre.  

 

Cette situation rend le pays plus fragile et dépendant des importations de denrées alimentaires. Selon les commerçants de Daykundi, les produits importés sont trop chers pour les habitants, en même temps les fruits et les légumes locaux sont de mauvaise qualité. Le résultat : les gens achètent du pain, du riz et s’en vont.

« Le blé, l’huile, le riz et d’autres produits similaires nous les importons d’autres pays. Mon commerce ne rapporte pas beaucoup en ce moment. Les gens n’ont pas d’argent pour acheter des choses et s’inquiètent de ce qui va se passer dans l’avenir. Ils ont perdu l’espoir. », Saifullah, commerçant sur le marché de Nili, à Daykundi.

AFG_Context_2022_Sandra Calligaro (7) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

AFG_Context_2022_Sandra Calligaro (3) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

1/2

Ainsi, de nombreuses provinces afghanes touchées par la sécheresse ou les inondations sont en situation d’insécurité alimentaire chronique (PAM). Pire encore, l’Afghanistan est confronté à une déforestation sans précédent : autrefois célèbre pour ses vastes forêts couvrant plus de 50 % de ses terres, la couverture forestière n’est plus aujourd’hui que de 2 %. L’eau de pluie a donc plus de mal à pénétrer dans le sol et cela conduit à une érosion des sols de plus en plus rapide.

 

LES TERRES ABANDONNéES D’AFGHANISTAN

 

Depuis quelques dizaines d’années, l’Afghanistan est confronté à une urbanisation massive. Les causes de ce phénomène sont multiples et incluent notamment les paysans et les éleveurs afghans, qui, ne parvenant plus à cultiver leurs terres, rejoignent les grandes villes dans l’espoir de trouver un travail.

 

 

"En raison des faibles précipitations et des températures moyennes élevées, les agriculteurs ne cultivent plus leurs terres. "
responsable de la sécurité alimentaire, Afghanistan

« Dans les zones rurales du Ghor, où les gens vivent principalement de l’agriculture, nous assistons à une migration massive vers Herat et d’autres grandes villes à la recherche de travail. La raison principale est le changement climatique », explique responsable de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance à Action contre la Faim en Afghanistan. 

Helmand, la province du sud-ouest de l’Afghanistan, est, elle aussi, touchée par des sécheresses à répétitions. Cette année, les températures s’élevaient à plus de 37 dégrées au début de mois de mars. Le manque d’eau dans la province est l’un des plus grands défis à relever. A cela s’ajoutent l’instabilité économique et les prix élevés du pétrole, nécessaire pour alimenter les générateurs permettant conduire l’eau vers les champs. L’exode rurale est l’une des conséquences de toutes ces difficultés et certains villages sont abandonnés et finissent par disparaitre du paysage afghan.

 

AFG_Context_2022_Sandra Calligaro (4) (1) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

AFG_Context_2022_Sandra Calligaro (6) (1) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

AFG_Context_2022_Sandra Calligaro (5) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

1/3

DYNAMISER LA PRODUCTION AGRICOLE

 

Le secteur agricole est vital pour la plupart des Afghans, non seulement parce qu’il met directement de la nourriture sur la table, mais aussi parce qu’il fournit des emplois à 40% de la main-d’œuvre totale en Afghanistan. Avec ses partenaires, Action contre la Faim travaille dans différentes provinces et plaide pour une production agricole efficace et durable. Dans la province d’Helmand, nos équipes distribuent aux ménages le plus vulnérables différents types de graines de légumes pour le jardinage domestique (coriandre, tomate, aubergine, gombo et courge). Les familles peuvent ensuite semer les graines ou en conserver une partie pour la prochaine saison de culture. Action contre la Faim assure l’accompagnement technique par un expert agricole qui donne des conseils pratiques sur le jardinage. Nous fournissons aussi des aliments pour bétail aux éleveurs afin de sécuriser leurs revenus et leurs activités. En effet, ils sont souvent contraints de vendre leur bétail, parfois à des prix dérisoires, en raison du manque de fourrage.

La famille de Sherafuddin est composée de 22 personnes et ils vivent dans un village à quelques kilomètres de Lashkargāh depuis des siècles. La famille est souvent contrainte de vendre leur bétail pour pouvoir acheter de la nourriture et de médicaments. A cause de la hausse des prix de carburant et de la sécheresse qui provoque le manque d’eau, il devient de plus en plus difficile de cultiver les champs qui tombent à l’abandon.

« Nous n’avons pas de salaire, nous travaillons avec nos deux mains. À cause de la sécheresse, le niveau de notre eau a baissé. Nous n’avons pas d’eau potable pour boire, donc la plupart des enfants souffrent de maladies rénales. Nous avons une vache et 4 chèvres, alors que dans le passé nous avions plus que cela. », explique Sherafuddin, éleveur de Helmand.

AFG_FSL_2022_Sandra Calligaro (13) (1) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

AFG_Context_2022_Sandra Calligaro (14) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

1/2

Abdul Ghafar a dû fuir sa région natale de Changir il y a quatre ans. Aujourd’hui, il vit dans la périphérie de Lashkargāh avec sa femme, sa fille et sa belle-mère.

Tous les membres de la famille ne mangent pas à leur faim à cause du loyer élevé et du manque de moyens. Abdul n’a qu’une seule chèvre et l’accès à l’eau potable est à quelques heures de marche. Les équipes d’Action contre la Faim en sécurité alimentaire ont proposé l’installation d’une serre dans la petite cour intérieure d’Abdul et ont distribué des graines pour qu’ils aient leurs propres légumes. Abdul joue souvent avec sa fille en lui montrant les différentes graines, leurs couleurs et comment les planter. « Je suis tellement reconnaissant d’avoir ma fille, la personne la plus précieuse de ma vie », dit-il avec un grand sourire. En 2022, nos équipes ont ainsi accompagnés 248 ménages avec les potagers et 87 familles ont reçu des serres.

AFG_FSL_2022_Sandra Calligaro (1) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

AFG_FSL_2022_Sandra Calligaro (2) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

AFG_FSL_2022_Sandra Calligaro (5) © Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

Afghanistan

© Sandra Calligaro pour Action contre la Faim

1/3

EXPLORER DES SOLUTIONS POUR L’ACCÈS EQUITABLE A L’EAU

 

L’accès à l’eau potable est très limité en Afghanistan et reste parmi les plus faibles au monde. Selon des estimations, 73 % de la population rurale afghane n’a pas accès à l’eau potable pour la consommation, et seulement 27 % a accès à des installations sanitaires et à des services d’hygiène. Cette situation contribue également à la propagation des diarrhées, des maladies, et maintenant du virus COVID-19, ce qui aggrave la malnutrition, notamment chez les jeunes enfants.

Pour faire face à ce défi de l’accès à l’eau et soutenir la population rurale, Action contre la Faim explore différentes approches d’utilisation et de stockage des ressources naturelles, comme la neige, pendant les hivers rigoureux. Cette méthode permet d’améliorer l’accès aux ressources en eau et de garantir leur disponibilité permanente. Nos équipes fournissent des matériaux de construction et une expertise technique pour réhabiliter les infrastructures d’eau dans les zones rurales et difficiles d’accès. Dans la province d’Helmand, Action contre la Faim installe des points d’eau potable dans les zones rurales, où les infrastructures ont été endommagées ou détruites par le conflit.

En Afghanistan, 85 000 enfants meurent chaque année (USAID) du manque d’eau potable ou de maladies causées par la mauvaise qualité de l’eau. Ces morts pourraient être évitées si la population avait accès aux services essentiels et aux infrastructures adéquates.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.