Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

groupe parole tokombere Action contre la Faim Cameroun

À la Une

Journée Mondiale de la Santé Mentale

La nécessité du soutien psychologique au Cameroun

Au Cameroun, où Action contre la Faim intervient, 3 crises humanitaires, géographiquement et politiquement différentes les unes des autres, impactent psychologiquement es populations.

Les populations sont confrontées à des situations traumatiques (pertes des biens, deuils, violences…) dans un contexte où l’accès aux soins de santé mentale reste limité. En dehors des grandes agglomérations, peu de professionnels du domaine exercent au Cameroun. De plus, la santé mentale porte encore le poids de la stigmatisation ce qui découragent les personnes dans le besoin à demander cette aide. Cependant, comme dans de nombreux pays, la crise COVID-19 a permis de sensibiliser les populations sur son impact psychologique, éclairant ainsi l’importance de la santé mentale dans l’accès aux soins plus globaux.

 

Une diversité d’approches en santé mentale et pratiques de soins pour répondre au plus près des besoins.

 

Action contre la Faim a développé des programmes incluant la santé mentale et les pratiques de soins au Cameroun afin d’apporter une complémentarité dans les soins délivrés et de couvrir les besoins grandissants des populations en détresse.

Dans l’extrême-nord, Action contre la Faim intervient dans la prise en charge de la malnutrition au centre nutritionnel thérapeutique interne de Tokombéré. Différentes activités permettent de renforcer les liens entre mère et enfant : séances de bain et le massage, de jeux ou encore des groupes de discussions. La guérison est facilitée et le risque de rechute amoindri. Une prise en charge globale permet de diminuer les conséquences de la malnutrition sur les différentes sphères du développement de l’enfant.

groupe parole tokombere Action contre la Faim Cameroun

A Kousseri, toujours dans l’Extrême-nord, nos équipes de santé mentale et pratiques de soins interviennent au sein des cliniques mobiles délivrant des soins de santé primaire pour proposer, entre autre, de groupes de paroles destinées aux femmes enceintes et allaitantes sur des thématiques en lien avec l’allaitement, la détresse psychique, la place du bébé dans la famille…. Un volet des activités est aussi consacré à la formation du personnel soignant, notamment sur les premiers secours psychologiques adaptés à la crise COVID-19. Du fait des incidents répétés que rencontre la population, les équipes d’Action contre la Faim aident aussi à la gestion du stress en délivrant des exercices de relaxation et de gestion des émotions aux personnes en détresse. L’objectif est de renforcer l’intégration de la santé mentale dans les soins de santé primaire.

Enfin, nous retrouvons aussi la santé mentale et les pratiques de soins dans un projet dédié à la crise du bassin du lac Tchad. Les équipes santé mentale et pratiques de soins vont notamment former les agents de santé au protocole « gestion des problèmes + » dit « PM+ » de l’Organisation Mondiale de la Santé afin d’aider les personnes confrontées à l’adversité en leur proposant un soutien psychosocial spécifique. Cette activité répond aux besoins de décentralisation des services de santé mentale, facilitant l’accès à des soins psychosociaux aux communautés de la région du Lac Tchad.

formation tokombere jan2020 Action contre la Faim Cameroun

Dans le Sud-Ouest, les équipes vont au plus près des populations grâce aux cliniques mobiles. Du fait du contexte sécuritaire et de la distance de certains centres de santé, certaines personnes ne peuvent s’y rendre. Le volet santé mentale et pratiques de soins est consacré à la prise en charge des personnes en détresse psychique. Les travailleurs psychosociaux délivrent des séances de psychoéducation sur les symptômes liés aux stress et animent des groupes de discussions pour les adultes mais aussi pour les enfants en suivant un protocole leur permettant de mettre en place des techniques pour mieux gérer leur détresse psychique.

Depuis la mi-juillet, 592 personnes (256 enfants et 336 adultes) ont pu bénéficier de cette aide. De nombreuses personnes réalisent l’origine de certains de leurs maux physiques qui sont en fait l’expression de leur stress comme le témoigne une de nos bénéficiaires : « Je pensais que le docteur n’était pas compétent, que les médicaments n’étaient pas efficaces. Maintenant je sais que ce n’est pas de la sorcellerie mais c’est bien ma colère qui provoque ces symptômes… Je vais apprendre à gérer ma colère et ma tristesse ».

 

Pour l’intégration de la santé mentale dans la riposte à la pandémie de COVID-19

 

A Yaoundé, Action contre la Faim est intervenu dans le cadre de la réponse COVID-19 en partenariat avec le Ministère de la Santé et l’appui financier de l’AFD à travers le C2D. Cette riposte combine la surveillance active des cas et les activités psychosociales des patients, pour un meilleur encadrement des personnes testées et de leurs proches. L’enjeux majeur a été de travailler sur la stigmatisation des malades et d’aider à modifier la perception de cette maladie. 79 agents de santé ont été formés aux premiers secours psychologiques en juillet.

« Au départ on avait peu de bénéficiaires, il fallait aller les tirer par la main pour venir se faire dépister, tout le monde avait peur d’être contaminé et d’être mis en quarantaine. Maintenant ils viennent d’eux-même. Nous avons près de 70 à 100 personnes par jour, sans compter les personnes qu’on a rassurés et qui viennent faire tester aussi leur famille sans toutefois être paniqués pour le cas où le résultat est positif » explique Marlène agente psychosociale d’un site de prélèvement fixe.

 

Développer les activités en santé mentale et sensibiliser les décideurs

 

Le département santé mentale, pratiques de soins, genre et protection est nouvellement créé au sein de la mission d’Action contre la Faim au Cameroun. « Il est nécessaire d’informer les institutions sur l’existence de cette expertise qui vient en complémentarité des autres secteurs d’interventions » nous explique Clara, responsable du département. Cette approche transversale renforce l’impact des programmes. Les objectifs sont donc :

  • De faire connaitre l’importance de la santé mentale et du bien-être en particulier des personnes à besoin spécifique
  • De valoriser l’expertise d’Action contre la Faim dans ce domaine, développée depuis 20 ans sur de nombreux terrains humanitaires
  • De souligner la nécessité de renforcer les compétences locales en santé mentale et pratiques de soins
  • D’assurer un plaidoyer pour que toutes les populations puissent avoir accès aux soins de santé mentale sans que cela n’impacte sur leurs revenus

La journée mondiale de la santé mentale est l’occasion de rappeler qu’elle doit être accessible partout et pour tous.

Après une présence de 1998 à 2001, Action contre la Faim est à nouveau actif au Cameroun depuis 2014 en réponse à l’arrivée massive de réfugiés centrafricains dans l’est du pays.

Aujourd’hui les équipes interviennent toujours auprès de ces populations réfugiées mais également dans l’Extrême-Nord suite à la crise du Lac Tchad en soutenant les communautés hôtes, les déplacés internes et les réfugiés nigérians, ainsi que dans les zones anglophones du Nord-Ouest et Sud-Ouest affectées par une crise interne. En 2019, nous avons ainsi soutenu 325 843 personnes à travers nos activités.


Source : *https://www.who.int/fr/news-room/detail/27-08-2020-world-mental-health-day-an-opportunity-to-kick-start-a-massive-scale-up-in-investment-in-mental-health

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.