Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

1071-car-shauensteinswan-2016-_78b5142-WebRes-1024x683

Témoignages

République centrafricaine

« Notre première mission est de faire admettre que l’enfant est atteint de malnutrition »

Les équipes d’Action contre la Faim sont en charge l’unité de malnutrition de l’hôpital pédiatrique de Bangui (CPB) depuis 2006. Le CPB dispose de 74 lits pour les mères avec leurs enfants. Le plus souvent d’autres membres de la famille restent également pendant toute la durée du traitement des enfants.

En général, les enfants sont malades et les parents viennent d’abord à l’hôpital pour une visite médicale. Là, ils seront pesés et mesurés. Ce premier dépistage permet de déceler les cas de malnutrition. Si l’enfant est diagnostiqué, il est envoyé à l’unité d’Action contre la Faim pour être pris en charge.

Lorsqu’un enfant est atteint de malnutrition aiguë sévère avec des complications, comme Deborah ci-dessus qui est arrivé avec un œdème, il reste à l’hôpital pour un traitement en soins intensifs. Les autres formes de malnutrition seront traitées dans l’un des 16 centres médicaux de la ville, au plus proche de la maison de la famille. L’admission et les traitements sont entièrement gratuits.

Certaines zones de la République centrafricaine présentent des taux beaucoup plus élevés de malnutrition. Ces régions les plus touchées doivent faire face à une combinaison de facteurs dont l’impact de la violence, un manque d’accès aux marchés et aux soins de santé, et le traumatisme des mères et adultes qui doivent prendre soin des enfants.

 

1014-car-shauensteinswan-2016-_mg_6159-WebRes-1024x683 Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

RCA

Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

1051-car-shauensteinswan-2016-_78b4994-WebRes-1024x683 Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

RCA

Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

1075-car-shauensteinswan-2016-_mg_6309-WebRes-1024x683 Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

RCA

Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

1077-car-shauensteinswan-2016-_78b5149-WebRes-1024x683 Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

RCA

Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

1082-car-shauensteinswan-2016-_mg_6326-WebRes-1024x683 Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

RCA

Samuel Hauenstein-Swan pour Action contre la Faim

1/5

L’unité du CPB connaît des pics d’admission lors de la fin de la saison sèche et au début de la saison des pluies. Ces saisons sont les plus difficiles pour les foyers dont les réserves en nourriture s’épuisent, et qui peuvent souffrir de paludisme. 

Pour permettre aux enfants de retrouver des forces, les équipes fournissent un lait thérapeutique en poudre. La formule et la composition les éléments nutritifs nécessaires à l’alimentation d’un enfant souffrant de malnutrition. Ce lait est distribué au centre pour une consommation immédiate. Ici il peut être préparé avec de l’eau potable. Les enfants pourront ensuite prendre des aliments solides.

 

Le traitement de la malnutrition implique également de fournir la bonne information sur les habitudes nutritionnelles, et un soutien aux parents.

Le docteur Justin Kabuyaya est coordonnateur santé et nutrition :

"Les mères ne viennent jamais en visite avec leurs enfants pour malnutrition. Elles refusent de croire que leur enfant est malade parce qu’il n’est pas bien nourri, et notre première mission est de leur faire admettre que l’enfant est atteint de malnutrition."
Justin Kabuyaya
République Centrafricaine, coordonnateur santé et nutrition

« Nous leur expliquons alors que ce n’est pas de leur faute, qu’elles ne doivent pas culpabiliser, que c’est quelque chose qui peut arriver ».

 

Rosine, 27 ans, est la mère de Jana, 3 ans, et Ulrich, 18 mois. Rosine est arrivée à l’hôpital pour Jana. La petite souffrait de ballonnements, de vomissements et de fièvre. Après un traitement de deux semaines dans cette unité d’Action contre la Faim, elle est prête à rentrer à la maison avec son kit d’aliments thérapeutiques.


Retrouvez l’expérience : Bangui l’oubliée

Restez informés de nos dernières nouvelles