Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

tensae-left-1.jpg

Témoignages

Éthiopie

« La plupart d’entre elles étaient anéanties… »

tensae-left-1.jpg

Je travaille comme chef de projet en « Santé Mentale et  Pratiques de Soin », plus spécifiquement au sein de l’espace dédié aux mères et à leurs enfants, mis en place par ACF dans les camps de réfugiés.

Avant de rejoindre ACF, j’ai travaillé pour Médecins sans Frontières pendant environ un an.  J’occupais un poste de conseillère en « santé mentale ». Après cela j’ai enseigné dans une école maternelle pendant 3 mois, puis j’ai rejoint ACF il y a quelques temps.

J’étais à Dollo Ado dans la région Somali (l’une des 9 régions de l’Ethiopie) lorsque j’ai été appelée à Gambella suite à l’afflux de réfugiés du Soudan du sud.  J’avais déjà travaillé avec des réfugiés somaliens pour MSF donc je n’ai pas eu trop de difficultés à Dollo Ado avec ACF. Le cadre est le même, un camp de réfugiés.

J’ai quitté Addis Abeba le 13 février pour venir à Gambella. J’ai mené une enquête psychosociale pendant près d’une semaine dans le camp de Lietchor afin de définir les principaux besoins de toutes ces mères.

Cette expérience à Gambella est différente de ce que j’ai déjà connu avec des réfugiés.  Je n’avais jamais vu un tel niveau d’urgence. A Dollo Ado je voyais les réfugiés directement à leur arrivée, ici c’est impossible. Les personnes ne réagissent pas non plus de la même manière et les raisons pour lesquelles elles fuient leurs terres sont différentes. C’est vraiment nouveau pour moi.

Ces réfugiés du Soudan du sud ont vécu la guerre pendant plusieurs années, ils ont marché entre 15 et 20 jours sans rien manger ni boire et sans chaussures. J’ai vu tellement de mères traumatisées, culpabilisant d’avoir été obligées de laisser certains de leurs enfants derrière elles.

Dès le début, la situation était difficile car nous étions dans l’urgence. Certaines ONG fournissaient des denrées de première nécessité mais ce n’était pas assez. Beaucoup de mères n’étaient pas satisfaites par ce qui leur était donné. Ajouté à cela ce qu’elles venaient de vivre, la plupart d’entre elles étaient anéanties. 

 

Je me demande toujours ce que j’aurais ressenti si j’avais été à la place de cette mère

C’est parfois très dur de vivre et de travailler dans ces conditions atroces, mais nous devons garder en tête que c’est une urgence donc nous ne pouvons pas nous attendre à ce que tout soit réglé en quelques jours. Nous devons nous accorder du temps.

Je pense qu’avec l’espace d’accueil pour les mères et leurs enfants mis en place par ACF au sein du camp, nous avons été efficaces. Le retour que nous avons de la part des bénéficiaires est positif… pour un début.

Les mères éprouvées qui viennent à la tente veulent apprendre et essayent de retisser des liens avec leurs enfants. Cela fait du bien de les voir passer du temps avec eux.

J’ai entendu de la part d’un des responsables en psychosociologie  qu’une mère a donné naissance à son enfant la veille du début des combats. Elle a été obligée de s’enfuir avec son nouveau-né et de courir sans arrêt pendant presque deux semaines. Je me demande toujours ce que j’aurais ressenti si j’avais été à la place de cette mère. C’est l’une des histoires les plus traumatisantes que j’ai entendu depuis longtemps.

Le pire est qu’il y a énormément d’histoires similaires. Si tu passes de foyer en foyer, chacun a sa propre histoire à raconter, et toutes sont très tristes.

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte