Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

haiti10_0-1.jpg

Communiqués de presse

En direct d'Haïti

Jeudi 14 janvier 2010

haiti10_0-1.jpg

03h00 Port-au-Prince / 09hO0 Paris

70k€ de dons ponctuels ont été collectés dans la nuit.

05h00 Port-au-Prince / 11hO0 Paris

Le Conseil Général des Hauts de Seine accorde à ACF un don de 100.000€. Des collectivités locales, partenaires institutionnels, entreprises et donateurs privés se mobilisent également à ses côtés et relaient ses appels aux dons d’urgence.

Les équipes logistiques travaillent à remplir l’avion qui partira demain.

06h30 Port-au-Prince / 12h30 Paris

Dans la crainte d’une dégradation des conditions sanitaires, le personnel d’ACF participe au nettoyage des rues et à la distribution de sacs plastiques pour évacuer détritus et excréments et prévenir tout risque d’épidémie liée à la contamination de l’eau par les matières fécales et les cadavres.

07h00 Port-au-Prince / 13h00 Paris

Validation du mailing d’appel aux dons d’urgence qui partira le 19 janvier aux 300.000 donateurs d’ACF.

07h30 Port-au-Prince / 13h30 Paris

L’airbus prêté partira vendredi en fin d’après-midi (arrivée prévue samedi – possibilité d’atterrir à Port-au-Prince en négociation, forte possibilité de devoir se poser à Saint-Domingue) de Toulouse et s’arrêtera à Lyon pour charger le matériel avec 5 personnes à bord : William – responsable urgence, Caro – expert en sécurité alimentaire, Erland – directeur logistique, Cyril – psy du siège et Paul – logisticien.

Le matériel représente 140m3 de matériel dont des kits d’urgence, de quoi faire tourner nos usines de potabilisation de l’eau pour 16.000 personnes.

08h00 Port-au-Prince / 14hO0 Paris

La coordination de l’aide humanitaire sur place est difficile, toutefois, une première réunion entre les principales organisations présentes en charge de l’eau et l’assainissement, dont ACF, a lieu.

09h00 Port-au-Prince / 15hO0 Paris

Les équipes techniques partent en « explo ». Julien et Pascal sur la situation de l’eau et l’assainissement ; Uwimana pour la nutrition.

L’adresse mail du CDM fonctionne à nouveau.

09h30 Port-au-Prince / 15h30 Paris

Arrivée de la première équipe de renfort à Port-au-Prince pour la mise en place rapide des programmes d’aide aux sinistrés.

Les mouvements de population sont nombreux : les habitants s’éloignent de la ville et emmènent leurs blessés vers les hôpitaux de Gonaïves et de Saint-Marc : les hôpitaux se remplissent très vite.

Un Fret d’ACF Madrid doit arriver du Panama ce jour. Pas plus de nouvelles pour le moment.

Point entre Gaétan et Sophie, respectivement référent logistique au siège et coordinatrice logistique. Une de nos préoccupation est la constitution d’un camp de base correct et respectant les règles de sécurité. Décision à prendre : l’équipe reste-t-elle dans notre location actuelle ou doit-elle se rapprocher de la zone aéroportuaire (où se trouve la coordination mais qui est moins sûre).

12h00 Port-au-Prince / 18h20 Paris

150.000€ collectés via notre site web.

15h30 Port-au-Prince / 21h30 Paris

Les équipes d’évaluation font remonter des scènes de désolation et des besoins gigantesques. Les habitants sont dans la rue : installation d’abris de fortune dans tous les espaces ouverts comme les places publiques, stades, églises…

Soins de 1ère urgence : centres de santé détruits, non fonctionnels (personnel absent) ou débordés, et à court de médicaments. Seuls 3 centres sont ouverts sur les 9 visités.

Traumatisme psychologique considérable pour la population : pertes de proches dans des conditions effroyables, cris des personnes, famille coincées sous les décombres, angoisse pour les personnes dont on reste sans nouvelles, vue et odeur des nombreux cadavres, blessures graves et au niveau matériel, beaucoup ont tout perdu.

Pour l’eau : des camps de fortune se sont installés un peu partout (dès qu’il y a un espace libre, il y a des gens).  A priori ce n’est pas tant la disponibilité de l’eau que sa qualité et surtout l’assainissement qui sont à craindre (du fait des gens qui dorment partout dans la rue, il y a des détritus et des excréments partout).

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte