Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

focus_haiti-1.jpg

À la Une

Jean Christophe Rufin, président d'honneur d'ACF

« Les Haïtiens n'ont pas besoin de notre pitié, mais de notre soutien»

focus_haiti-1.jpg

Voir le dossier spécial Haïti

 

Un an après le séisme, la majorité de la population sinistrée dépend toujours de l’aide internationale et les réponses d’urgence sont toujours en cours. A peine 4 % des débris ont été déblayés dans la capitale et plus d’1 million de personnes vit toujours dans des camps de fortune aux conditions précaires. Les conditions nécessaires à la transition du pays vers des phases de relèvement puis de reconstruction ne sont toujours pas mises en place. Une situation inacceptable pour Jean-Christophe Rufin, qui souligne qu’ « a force de condamner les Haïtiens à la survie, on les condamne à mort ».

Sans vision stratégique dans les domaines du relogement et de la reconstruction, les ONG sont obligées de maintenir des actions d’urgence non pérennes et extrêmement coûteuses, dans l’objectif d’offrir une réponse minimale aux besoins primaires des populations. Thomas Gonnet a tenu à rappeler que les ONG n’ont pas « pour vocation de faire de l’urgence pour toujours et attendent que la phase de reconstruction se mette en place sous l’égide d’un Etat organisé et structuré. » Soulignant qu’ « on ne peut pas sacrifier ce pays sous prétexte qu’il n’y a pas de gouvernement en place», il a ajouté que, à l’image de ses quelques 700 employés nationaux qui effectuent un travail formidable, « ACF est confiant dans la capacité des Haïtiens à assumer leur destin et veut encourager les bailleurs de fonds et les instances internationales à leur en donner les moyens.»

De nombreux défis restent encore à relever. Le plus urgent consiste à endiguer l’épidémie de choléra qui touche actuellement le pays, mais surtout à assurer à la population un accès constant aux services de base durant la phase de transition vers la reconstruction. Nombre de besoins primaires sont aujourd’hui mieux couverts qu’ils ne l’étaient avant le séisme et cette couverture doit être maintenue pour répondre durablement aux besoins des Haïtiens et poser les bases essentielles d’un développement futur.

« J’aimerais que cet anniversaire soit l’occasion de rappeler leurs responsabilités et leurs promesses aux gouvernements, » rappelait ce matin Jean-Christophe Rufin. En ajoutant « les Haïtiens n’ont pas besoin de notre pitié, mais de notre soutien.» « D’autre part, il est crucial que les donateurs restent mobilisés, car si les ONG s’en vont, il ne restera plus rien. » Face à l’ampleur des besoins, et pour continuer à palier aux manques d’accès aux services de base pour les personnes les plus vulnérables en 2011, ACF réitère son appel aux dons.

Les dons peuvent être envoyés à :

 

Action contre la Faim – Haïti

BP 73

75 014 PARIS

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.