Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE : UN FARDEAU SUPPLÉMENTAIRE POUR LES PLUS FRAGILES

Publication

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE : UN FARDEAU SUPPLÉMENTAIRE POUR LES PLUS FRAGILES

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE : UN FARDEAU SUPPLÉMENTAIRE POUR LES PLUS FRAGILES

L’impact des changements climatiques est une réalité humanitaire à laquelle les équipes d’Action Contre la Faim font face tous les jours. Aux risques de catastrophes climatiques s’ajoutent de graves conséquences sanitaires souvent elles-mêmes liées à la pression accrue sur les ressources naturelles et notamment l’accès à l’eau potable. Par ailleurs, les changements climatiques impactent déjà fortement la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance d’un grand nombre de petits producteurs. Ils agissent comme un facteur aggravant dans des zones déjà extrêmement vulnérables et peuvent exacerber des tensions intercommunautaires quand l’accès aux ressources naturelles est un enjeu de survie. Parce qu’ils représentent un fardeau supplémentaire pour les populations les plus fragiles, faire face aux changements climatiques est au coeur du mandat d’Action Contre la Faim.

 Le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) est formel : si un plan d’action ambitieux n’est pas mis en oeuvre dès maintenant, il sera difficile voire impossible de maintenir la température à la surface du globe en deçà du seuil des +2°C de réchauffement (par rapport à l’ère préindustrielle). Au-delà de ce seuil, le monde devra faire face à des conséquences irréversibles pour tous, en particulier pour les populations les plus fragiles, les femmes et les enfants en premier lieu.

Face aux événements naturels extrêmes de plus en plus fréquents et de plus en plus intenses, les niveaux de pauvreté et de vulnérabilité des populations vont s’accroître sensiblement. Les projections les plus optimistes concernant le réchauffement climatique prévoient que le taux de sous-alimentation en Afrique augmentera de 25 à 90% d’ici à 2050.3 Si rien n’est fait pour relever le défi climatique, les changements à l’oeuvre menaceront de réduire à néant les progrès atteints ces dernières années dans la lutte contre la faim et la sous-nutrition.

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte