Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Syrie

Communiqués de presse

Syrie

Près de 12 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire en Syrie après 8 années de conflit.

En 2018 seulement 62% des financements nécessaires avaient été couverts. Nous demandons également que l’aide d’urgence soit couplée avec un soutien pour reconstruire la résilience des habitants.

Après 8 ans de guerre, les chiffres concernant l’alimentation de la population sont dramatiques. 6,5 millions de Syriens vivent de l’insécurité alimentaire et 40% de la population utilise les deux tiers de ses revenus pour pouvoir se nourrir.

Des milliers de Syriennes, veuves ou seules, sont devenues cheffes de famille et subviennent aux besoins du foyer tout en maintenant une charge de travail domestique intense. Les mariages précoces et les abandons scolaires chez les filles ont également augmenté.

Le retour des Syriens doit se faire volontairement, dignement et en sécurité

1,4 million de Syriens sont retournés chez eux en 2018. La majeure partie s’est retrouvée sans logement, sans accès aux services basiques telle que la santé, l’éducation, l’eau l’assainissement et l’hygiène. Action contre la Faim insiste sur l’importance de ne pas précipiter le retour de ces personnes tant que les conditions nécessaires de sécurité et dignité des personnes ne soient pas réunies.

« Il ne faut pas oublier que lorsqu’on parle de retours nous ne faisons pas référence aux plus de 5 millions de réfugiés en dehors de la Syrie. Dans la plupart des cas nous faisons référence aux déplacés internes. Cette partie de la population déplacée regroupe 6,2 millions de personnes qui se voient forcées à fuir leur foyer sans sortir du pays et qui, par conséquent, n’ont pas accès à l’aide internationale » explique Saccardi. Dans tous les cas, le nombre de déplacés récents dépasse celui des retours : 1,63 million de déplacés face à 1,4 million de retours.

Le déminage des terrains fait partie des conditions clés pour un retour des Syriens en toute sécurité. Même en cas de un cessez le feu, 1 personne sur 2 reste exposée aux risques liés aux mines et aux restes d’explosifs.

L’accès à l’eau et à l’hygiène basique, une priorité

Action contre la Faim est présente en Syrie depuis 2008, notre réponse humanitaire consiste à fournir un accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène pour l’ensemble de la population. La destruction des systèmes d’approvisionnement en eau a eu un très fort impact après ces 8 années de guerre. « Plus de 70% des eaux usées ne sont pas traitées et les systèmes de traitement des déchets ne fonctionnent pas, ce qui constitue une grave menace pour la santé publique. Les récentes épidémies de leishmaniose, une maladie cutanée, ne sont peut-être que la pointe de l’iceberg. » ajoute Saccardi.

Encourager le financement d’une aide différente

En 2018 seulement 2 100 millions des 3 360 millions requis par la communauté humanitaire ont été financés.

"La conférence à Bruxelles est l’opportunité de démontrer que la communauté internationale ne pense pas que la crise en Syrie est terminée et qu’elle reste à l’écoute du peuple Syrien "
Jean-Raphaël Poitou
responsable de l’incidence humanitaire, pour Action contre la Faim

Il souligne aussi le fait que l’aide ne peut pas se limiter à une réponse humanitaire d’urgence mais qu’il faut, parallèlement, commencer à instaurer des programmes de résilience en soutenant l’agriculture, l’élevage et la création de revenus. En 2018 la sécheresse a porté un coup supplémentaire à la production d’aliments.

Les femmes particulièrement vulnérables

Action contre la Faim a constaté sur place l’augmentation du nombre de foyers dans lesquels les femmes sont devenues les cheffes de famille, responsables de subvenir aux besoins du foyer portant ainsi la charge de travail à un niveau extrême. Les filles sont aussi plus nombreuses à abandonner l’école tôt, lorsque la mère tombe malade et qu’il lui faut un soutien pour mener à bien cette double charge de travail. Ce sont également les filles et les femmes qui diminuent leurs rations en premier lorsque la nourriture vient à manquer. Le régime alimentaire des foyers les plus pauvres est constitué de pain, de thé et de sucre avec un manque important en fruits, légumes et viande.

« La crise en Syrie n’est pas terminée. Malgré une diminution de la violence générale, les hostilités persistent et des personnes continuent de mourir chaque jour. Et même lorsque les violences cesseront, la situation ne changera pas du jour au lendemain. La Syrie est un pays dévasté, 8 années de conflit on détruit les marchés, les moyens de subsistance, les infrastructures hydrauliques… il faudra du temps pour revenir au point de départ. » explique Chiara Saccardi, responsable géographique d’Action contre la Faim pour la Syrie et la région.

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte