Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

AF_CLIMAT_2021_AndrewQuilty_25 (1) © Andrew Quilty

Communiqués de presse

AFGHANISTAN

Afghanistan : les sanctions internationales paralysent l’aide humanitaire alors que les besoins augmentent

Aujourd’hui, Action contre la Faim met en garde contre les conséquences potentiellement dévastatrices de la mise sous conditions de l’aide internationale et de la suspension des aides des principaux bailleurs de fonds en Afghanistan. Ces obstacles à l’aide humanitaire soulèvent des inquiétudes quant à sa durabilité et à sa capacité à faire face aux besoins croissants et à la crise alimentaire en cours. Le financement sauve des vies et ne doit pas être interrompu ni utilisé en tant que monnaie d’échange dans les négociations.

 

Avant le changement de gouvernement en août 2021, l’aide internationale permettait de payer des salaires et d’administrer des programmes essentiels en Afghanistan, y compris ceux dirigés par le gouvernement. Depuis lors, la suspension des aides de bailleurs de fonds importants, comme la Banque mondiale, qui finance une grande partie des services de santé du pays, suscite des inquiétudes quant à l’avenir du système de santé afghan et, plus largement, quant à la capacité des organisations humanitaires à fournir des services vitaux aux personnes les plus vulnérables.

La crise alimentaire et nutritionnelle ne prendra pas fin avec l’arrivée du printemps. Les Afghans seront confrontés à une période creuse difficile, les réserves alimentaires dont ils dépendent étant déjà au plus bas. La crise économique attendue et les sécheresses récurrentes auront un effet cumulatif qui fera de 2022 une année très difficile pour l’Afghanistan.

« Lors de la prochaine conférence internationale des bailleurs de fonds le 31 mars, il ne faut pas que ces derniers détournent leur attention de l’Afghanistan ou politisent le financement de l’aide humanitaire. C’est essentiel pour que la population puisse accéder à des services vitaux dans les mois à venir et que les ONG puissent continuer à travailler selon les principes humanitaires », explique le Dr. Pierre Micheletti, Président d’Action contre la Faim.

Les dérogations aux sanctions internationales pour l’aide humanitaire, comme celles incluses dans la résolution 2615 du Conseil de sécurité des Nations Unies et dans la législation des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Union Européenne, sont essentielles pour mener une action humanitaire rapide en Afghanistan. Mais en raison de la fermeture des banques et du manque de liquidités, il est toujours quasiment impossible de retirer de l’argent pour payer le personnel et les fournisseurs. Les acteurs humanitaires craignent que les virements bancaires internationaux soient ralentis ou deviennent impossibles, que les chaînes d’approvisionnement soient perturbées et que leurs interventions soient menacées.

« Les sanctions internationales ont entraîné le gel des avoirs, en plus de contribuer à un déficit de trésorerie et à une crise de liquidité. Les interventions humanitaires sont désormais incertaines, car nous nous appuyons également sur le secteur privé pour nous procurer des fournitures essentielles au bon déroulement de nos activités», déclare Jean-François Riffaud, Directeur Général d’Action contre la Faim.

Les tensions politiques internationales des sept derniers mois ont entraîné une crise économique sans précédent à laquelle il faut remédier de toute urgence pour éviter l’effondrement de l’économie afghane. Des mesures concertées doivent être prises dès maintenant pour faire face à la crise de liquidité, au manque d’opportunités de travail et à la hausse des prix des produits de base, dont les biens importés et la nourriture.

Plus de 24 millions de personnes ont désormais besoin d’une aide humanitaire, une augmentation alarmante de 35 % par rapport à l’année précédente. Selon les estimations, ce mois-ci, près de 23 millions d’Afghans font face à une situation d’insécurité alimentaire aiguë, 8 millions d’entre eux ayant besoin d’une aide alimentaire d’urgence. Les rapports indiquent que 95 % de la population totale et presque tous les foyers dirigés par des femmes n’ont pas accès à suffisamment de nourriture.

Action contre la Faim travaille en Afghanistan depuis 1995 pour améliorer l’accès des personnes les plus vulnérables aux services de santé et de nutrition dans les zones reculées. Nos équipes interviennent dans les secteurs de la santé, de la nutrition, de la sécurité alimentaire, de l’hygiène et de l’assainissement dans les provinces de Kaboul, Daykundi, Helmand, Ghor et Badakhchân. 

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.