Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

muttur_4-1.jpg

À la Une

Quel avenir pour l'aide humanitaire malgré les besoins ?

muttur_4-1.jpg

Le 6 janvier prochain marquera la commémoration de la découverte des corps de 17 travailleurs humanitaires d’Action contre la Faim sur la base de Muttur. A ce titre, Denis Metzger, président d’Action contre la Faim est au Sri Lanka pour rencontrer les autorités et témoigner de la mobilisation de l’association.

Les dernières semaines ont été marquées par des signes positifs vers la vérité sur ce drame. A l’initiative du président de la République sri lankaise, une commission d’enquête sur les principales violations des droits humains commises dans le pays a été créée. Cette commission sera composée de 8 membres sri lankais et 12 experts internationaux. La nomination par l’Union Européenne de Bernard Kouchner comme membre du groupe d’experts internationaux est accueillie avec espoir par Action contre la Faim. L’expérience de B. Kouchner est de nature à remplir les exigences de transparence et d’indépendance indispensables à la bonne conduite des travaux de la commission. En effet, il est souhaitable que les principes suivants soient suivis :

  1. Que l’indépendance et la liberté d’action des membres sri lankais de la Commission soient effectivement respectés ;
  2. Que la protection des témoins soit assurée ;
  3. Que la liberté d’action et d’expression des observateurs internationaux soit respectés.

Au-delà du cas du massacre de Muttur, ces démarches doivent favoriser la défense du Droit International Humanitaire et préserver la capacité d’action des organisations de secours. La reprise d’un conflit ouvert entre les Tigres et le gouvernement a plongé les populations du Nord et de l’Est du Sri Lanka dans une situation très précaire. La région de Batticaloa compte à ce jour près de 75 000 déplacés. Fidèle à son mandat, Action contre la Faim a décidé de reprendre les opérations d’aide dans la zone mais le travail des humanitaires reste largement entravé par l’insécurité.

2 ans après le tsunami, et alors que les organisations ont pu venir en aide aux victimes de la catastrophe naturelle, Action contre la Faim souhaite que, ces populations, à nouveau durement touchées, puissent être secourues.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.