Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Burkina Faso 2021 © Action contre la Faim Burkina Faso

À la Une

Burkina Faso

Plus d’1 million de personnes déplacées par les violences

Les causes de ces déplacements sont principalement liées à la recherche de sécurité. En effet, le contexte national est marqué par la multiplication des violences et en conséquence par une augmentation continue des besoins humanitaires dans plusieurs régions du pays. Depuis 2015, le Burkina Faso est confronté à la présence de groupes armés avec des incidents sécuritaires répétitifs. Les premiers déplacés ont été enregistrés en février 2017 au Nord, dans les provinces de Soum et Loroum, mais les déplacements affectent désormais l’ensemble du territoire.

 

Fuir pour survivre

 

Depuis janvier 2019 la situation humanitaire a connu une dégradation sans précédent. L’année 2020 a marqué le pic le plus important des 10 dernières années en matière d’insécurité alimentaire. Aujourd’hui cela représente 2,02 millions de personne, en particulier dans la zone sahélienne du pays, l’une des plus affectée par les conflits.

 
"Lorsque nous avons eu la certitude que c’était des tirs nous nous sommes réfugiés dans nos maisons. Ils sont revenus et ont tiré sur la population, faisant 2 morts. C’est pour cela que nous nous sommes déplacés à Posso"
Sibiri*
Posso, Burkina Faso

Les régions qui accueillent le plus grand nombre de déplacés par les conflits sont le Sahel, le Nord et le Centre-Nord. La majorité d’entre eux trouvent refuge dans les familles hôtes avec lesquelles ils ont des liens de parenté. Le plus souvent le départ se fait de façon précipité, et les populations se retrouvent brusquement obligées de fuir en abandonnant tout derrière elles. A leur arrivée dans une zone plus sûre elles vivent difficilement, car elles ont perdu tous leurs biens et leurs moyens d’existence. Elles sont alors dépendantes de l’hospitalité et de la solidarité du cercle proche, des familles hôtes et de l’action humanitaire nationale et internationale. Les familles hôtes s’appauvrissent également, du fait des nouvelles charges, du partage et de la perturbation de leurs moyens de subsistance.

 « Avant l’arrivée des personnes déplacées ma famille mangeait normalement, mais avec les personnes déplacées de Sollé, la nourriture ne suffit plus. Mais je ne peux pas priver ceux qui arrivent de quoi manger, ce sont mes frères et mes sœurs. » confie Madi*. 

Burkina Faso 2021 © Action contre la Faim Burkina Faso

Burkina Faso

© Action contre la Faim Burkina Faso

Burkina Faso 2021 © Action contre la Faim Burkina Faso

Burkina Faso

© Action contre la Faim Burkina Faso

Burkina Faso 2021 © Action contre la Faim Burkina Faso

Burkina Faso

© Action contre la Faim Burkina Faso

1/3

Une aide humanitaire nécessaire pour les déplacés et leurs hôtes

 

Face à l’insécurité alimentaire occasionnée par la dégradation de la situation humanitaire, Action contre la Faim et ses partenaires ont mené des évaluations afin d’identifier les besoins encore non couverts. Les enquêtes conduites dans la province du Soum, du Bam et du Loroum ont mis en évidence les besoins en eau, en biens alimentaires et non-alimentaires de première nécessité, les besoins en protection et particulièrement en santé/nutrition.

Nos équipes répondent aux besoins humanitaires des populations vulnérables affectées par la crise via une approche multisectorielle et de nombreux projets d’urgence. L’un de nos objectifs premiers est de contribuer à la réduction de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle en assurant une réponse rapide en terme d’assistance alimentaire. Pour ce faire nous fournissons notamment une aide alimentaire d’urgence aux déplacés et aux hôtes.

« Avoir à manger était de plus en plus difficile et nous n’avions pas d’abris où dormir. Nous avons bénéficié d’un appui financier et de vivres comme du riz, du haricot, du mil, de l’huile, du sucre et du sel. Actuellement nous mangeons à notre faim. » raconte Sibiri*. 

Suite à la validation d’une alerte les équipes, aidées par des comités de ciblage mis en place dans chaque localité, établissent la liste des ménages déplacés et des ménages hôtes les plus vulnérables. Chaque ménage déplacé reçoit en cash ou coupons l’équivalent de 112 000 F CFA et chaque ménage hôte vulnérable un total de 70 000 F CFA en deux phases espacées d’un mois. Après chaque intervention, une évaluation post-distribution est effectuée afin de déterminer le niveau de satisfaction et l’impact sur les conditions de vie des bénéficiaires. Rien qu’entre septembre et novembre 2020, 1480 ménages déplacés et 780 ménages au sein des communautés d’accueil ont bénéficié d’une assistance d’urgence.

Cette année encore nous continuerons à apporter une réponse aux besoins urgents des populations affectées par la crise humanitaire au Burkina Faso.


*Les noms ont été modifié. 

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.