Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

logo_action_contre_la_faim-349.png

À la Une

Muttur

le rappel des faits

logo_action_contre_la_faim-349.png

 

carte_baie_trincomalee.jpg

 

31 juillet 2006 :

Une première partie de l’équipe de Trincomalee – base principale d’ACF dans cette région – part vers Muttur de l’autre côté de la baie, en ferry. La situation est calme, l’équipe dort sur place.

 

1er août :

Alors que la situation est encore calme à Muttur, une seconde équipe rejoint Muttur en prenant le ferry du matin, et en ayant l’intention de rentrer à Trincomalee le soir même. En début d’après-midi, un échange de tirs commence entre Sampur et Trincomalee. La « bataille de Muttur » débute : les routes sont fermées, les voies navigables également (la navette du ferry est suspendue) et l’équipe ne peut plus quitter la ville. De Paris et Colombo, en consultation avec la base de Trincomalee, la décision est prise de demander aux travailleurs de rester dans les bureaux et de maintenir des contacts radio réguliers.

 

2 août :

Muttur est en proie à des combats : le LTTE a lancé une offensive à laquelle les forces gouvernementales ripostent. Commence alors une vague de déplacement de personnes. L’équipe de Muttur est confinée dans la base d’ACF ; l’équipe de Trincomalee tente de trouver un passage pour les évacuer et prévient les Nations Unies, le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) et quelques ONG que des travailleurs humanitaires (donc protégés par les Conventions de Genève) sont dans la ville. Des contacts radio avec l’équipe de Muttur ont lieu toutes les 30 minutes.

 

3 août :

Le LTTE semble avoir le contrôle de la ville. ACF contacte une autorité (un colonel de l’armée sri lankaise) au sein des forces gouvernementales et l’informe de la présence de nos employés à Muttur. Le CICR essaie d’affréter un ferry pour sortir les civils blessés et nos employés de Muttur mais la tentative est avortée parce que le CICR n’obtient aucune garantie de sécurité de la part des parties au conflit. Les combats continuent. ACF est en contact très régulier avec la base de Muttur.

 

4 août :

Au matin, Action contre la Faim perd tout contact avec ses 17 employés bloqués à Muttur, alors en proie à de violents combats. Il est décidé d’envoyer 3 voitures de Trincomalee. Mais le convoi est arrêté sur la route par l’armée, juste avant Muttur, pour des raisons de sécurité. 

 

5 août :

En fin de matinée, ACF reçoit l’information selon laquelle des personnes fuyant la ville auraient vu des corps dans l’enceinte du bureau d’ACF. Une nouvelle fois, un convoi est organisé et tente de se rendre à Muttur mais le véhicule est bloqué à Tuppur par les forces gouvernementales (ville située à proximité de Muttur).

 

6 août :

Un convoi composé de deux véhicules ACF et d’une voiture CICR part pour Muttur. En chemin, le convoi rencontre l’Agence de Coordination Humanitaire (CHA). Arrêtés par une manifestation de villageois qui bloque le CICR (et donc ACF), seul le CHA a la possibilité de continuer sa route. Pendant ce temps, des membres de l’équipe d’ACF prennent l’initiative de monter à bord du ferry dont le service vient d’être rétablit, malheureusement celui-ci doit faire demi-tour juste avant d’accoster à Muttur. En arrivant dans Muttur au bureau d’ACF, le CHA découvre les corps des employés locaux d’ACF, faces gisant contre terre, exécutés par balles. 

 

7 août :

ACF se rend à Muttur malgré la poursuite des combats sporadiques pour récupérer les corps de ses 17 employés et les dépose à l’hôpital de Trincomalee, un peu après minuit, le 8 août.

 

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.