Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

acf__61474_lisacambefortcondebmi_basse_def_5_0045-1.jpg

À la Une

Ce que le G20 peut faire contre la faim

acf__61474_lisacambefortcondebmi_basse_def_5_0045-1.jpg

LE G20 SERA RATÉ

si, à l’heure de la crise alimentaire dans la Corne de l’Afrique, les dirigeants ne prennent pas les mesures nécessaires, qui sont à leur portée, pour assurer que chaque être humain puisse manger à sa faim.

1) Le G20 est-il en mesure de lancer des actions fortes en matière en sécurité alimentaire ? Est-ce son mandat ?

Tout à fait, il en a la capacité, mais il en a également la responsabilité et le devoir, pour deux raisons.

  • D’abord parce que c’est la présidence française du G20 elle-même qui a inscrit la question de la sécurité alimentaire parmi les grandes priorités du G20. Il est donc du devoir du G20 de s’y tenir. Les soubresauts de la finance internationale ne doivent pas éclipser cet impératif.
  • Ensuite, parce que le G20 a comme but officiel d’ «assurer une croissance mondiale fondée sur des bases saines et solides.» Or cela est totalement impossible sans la mise en place de politiques garantissant la sécurité alimentaire. On ne construit pas la croissance mondiale sur des estomacs creux ! D’ailleurs, la sous-nutrition ne se traduit pas seulement en un drame humain : elle se chiffre en dollars! En affectant le développement et la réussite professionnelle des individus, elle est un fléau économique pour les pays, pouvant mener à des pertes représentant jusqu’à 6% du PIB par an!
  • Enfin, si les dirigeants des grandes puissances économiques ne lancent pas les mesures adéquates, qui le fera ?

2) Etant donné la crise qui secoue les pays, notamment la zone euro, n’est-il pas plus urgent d’assurer la stabilité financière ?

On parle beaucoup du péril de la zone euro. Or la zone euro, c’est 332 millions de personnes : presque 3 fois moins que le nombre de personnes qui souffrent de la faim sur terre! La crise alimentaire de la Corne de l’Afrique de cet été, l’horreur vécue par tant d’hommes et de femmes, montre assez l’urgence absolue de mesures fortes pour éviter de nouvelles famines. Elles sont d’autant plus urgentes que l’on ne règlera pas en un jour les problèmes d’insécurité alimentaire : les politiques agricoles mettront des années à assurer l’accès à la nourriture pour tous. Si l’on veut éviter dans 5 ans, dans 10 ans de nouvelles crises, c’est maintenant qu’il faut agir. Le monde ne peut se permettre d’attendre le prochain G20 pour prendre des mesures fortes. Qu’on ne vienne pas nous dire si une nouvelle famine surgit que nous n’avons pas su tirer la sonnette d’alarme à temps : nous la sonnons et il faut donc qu’elle soit entendue, maintenant !

3) Concrètement, qu’attendez-vous donc du G20 ?

Action contre la Faim, au sein de la coalition d’ONG internationales FeedinG20, a proposé aux dirigeants du G20 une série de 7 mesures concrètes. Parmi elles :

  • Assurer que les politiques agricoles et de développement assurent l’équilibre nutritionnel des populations, et non la seule augmentation quantitative de la production agricole !
  • Respecter les promesses d’engagements financiers. A ce jour, sur les 22 milliards de dollars promis sur 3 ans pour la sécurité alimentaire lors du Sommet du G8 de 2009, seuls 22% ont été engagés. Il faut en particulier renforcer les investissements dans l’agriculture durable et familiale.
  • Prendre des mesures immédiates pour réguler les prix alimentaires. Aujourd’hui, alors que les techniques agricoles sont de plus en plus performantes, les progrès dans la lutte contre la faim sont ralentis par la hausse alimentaire !
  • Soutenir la mise en oeuvre de réserves alimentaires
  • Renforcer les programmes de protection sociale qui soutiennent les populations en temps de crise
  • Renforcer la résilience des personnes les plus touchées par le changement climatique. Renforcer les actions des Etats contre le changement climatique et aider les pays pauvres à faire face à ses effets.
  • Soutenir pleinement le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) des Nations unies et promouvoir un mandat élargi pour le Forum de réaction rapide, lui permettant de prendre les mesures adéquates quand les prix des denrées alimentaires augmentent.

Contacts presse : Julia Belusa 01.43.35.82.22 jbelusa@actioncontrelafaim.org Urgences : 06 70 01 58 43

Créée en 1979, Action contre la Faim est aujourd’hui l’une des plus importantes organisations humanitaires de lutte contre la faim dans le monde, constituée en réseau international avec cinq sièges (Londres, Madrid, New York, Montréal et Paris). Action contre la Faim – France intervient dans des pays frappés par des crises alimentaires graves, en mettant en oeuvre des programmes d’urgence et de relance dans les domaines de la nutrition, de l’autonomie alimentaire, de l’eau et de la santé.

 

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte