Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

IMG-20190110-WA0028

Témoignages

Yémen

La menace du choléra plane toujours

Dans tout le pays, 16 millions de personnes ont un besoin urgent d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène. En outre, 16,4 millions de personnes n’ont pas accès aux services de santé, 50 % des établissements de santé sont fermés et plus de 70 % ne disposent pas d’approvisionnement régulier en médicaments.

 

L’année dernière, le Yémen a été frappé par la pire épidémie de choléra de l’histoire moderne, touchant près d’un million de personnes. En réponse à l’urgence, Action contre la Faim a fourni de l’eau potable via des camions-citernes, formé le personnel du ministère de la Santé à la prévention du choléra, distribué des trousses d’hygiène, organisé des séances de sensibilisation et modernisé le Centre de traitement de la diarrhée à Hodeidah, devenu aujourd’hui un établissement permanent. Au niveau communautaire, nous avons formé des agents de santé qui ont effectué des visites à domicile, notamment des références sur le choléra, des séances d’éducation sanitaire et de sensibilisation à la prévention du choléra.

De nombreux cas

Dalal, une femme de 25 ans de la ville de Hodeidah, est une de nos patientes. Elle est mariée et a deux enfants – Amgad, deux ans, et Mohammed, nouveau-né. Trois jours seulement après sa naissance, Mohammed et sa mère ont contracté le choléra et ont dû être soignés dans le centre de traitement de la diarrhée.

Les conflits prolongés et l’effondrement des services de base au Yémen ont entraîné une détérioration massive du niveau de vie de la population. Dalal et sa famille survivent à peine, son mari n’ayant pas d’emploi et la famille n’ayant aucune source de revenu régulière. Ils n’ont pas d’autre choix que de boire l’eau contaminée du réseau public, pas toujours propre à la consommation humaine.

Dalal a été admise au centre seulement trois jours après avoir accouché de Mohammed, lorsqu’elle a montré des signes de déshydratation sévère. Elle était léthargique, avec une température corporelle en dessous de la normale et semblait en état de choc. Les médecins soupçonnaient une infection par le choléra, ce qui a été confirmé plus tard par les résultats des tests de laboratoire.

Elle a ensuite été immédiatement orientée vers un traitement et une observation attentive. Dalal a bien réagi au traitement de réhydratation habituel, son état s’est progressivement amélioré et elle a repris conscience.

Le deuxième jour de son traitement, Mohammed – qui n’avait que trois jours à l’époque – a été transférée dans le même centre de santé dans un état critique. Il présentait des signes de choc, ce qui est l’une des complications les plus graves de la déshydratation. 
Mohammed a été transféré à l’unité d’urgence pédiatrique pour recevoir immédiatement un traitement de réhydratation et rester sous la supervision étroite de l’équipe. Il a été transféré 24 heures plus tard à l’unité de soins intensifs pédiatriques pour un traitement complémentaire. Deux semaines après, Mohammed a pu être renvoyé chez lui.

Dalal et Mohammed n’étaient que deux des nombreux cas de choléra à Hodeidah et au Yémen. 

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte