Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

carcassekanem2-1.jpg

Témoignages

Le Tchad victime du réchauffement climatique

carcassekanem2-1.jpg

Article publié dans Le Parisien – Aujourd’hui en France du 14 octobre 2009

Terres incultivables, saison des pluies détraquée, agriculteurs contraints à l’exode… l’Afrique est aujourd’hui le continent le plus touché par le réchauffement climatique. […] Selon la Banque mondiale, les pays en développement vont supporter 80% des dégâts occasionnés par le changement climatique alors qu’ils ne sont à l’origine que de 30% des émissions de gaz à effet de serre. […] D’ici à 2015, 375 millions de personnes seront affectées chaque année par des catastrophes naturelles d’origine climatique. C’est déjà le cas au Kanem, à l’ouest du Tchad, où ACF a ouvert plusieurs centres de santé pour venir en aide aux enfants souffrant de malnutrition.

Depuis un mois, le ciel est désespérément bleu et la chaleur accablante au Kanem. Les dernières gouttes d’eau sont tombées mi-septembre et déjà les herbes sont grillées par le soleil. Le long des routes poussiéreuses de cette région sahélienne, située à l’ouest du Tchad, des centaines de cadavres de vaches jonchent encore les pâturages, victimes du manque de nourriture et d’une saison sèche torride. Même certains chameaux n’ont pas résisté. De nombreuses oasis sont à sec. Au centre de santé d’Amdoback, où l’association Action contre la faim (ACF) fournit de l’aide alimentaire à 160 villages, Ali, 50 ans, paraît désespéré : « Avant les années 1970, la saison des pluies était normale et les gens pouvaient compter sur leurs vaches et leurs chèvres pour obtenir du lait et du beurre, confie l’homme ridé. Mais maintenant, les pluies d’été arrivent une année sur deux en retard, la chaleur est accablante toute l’année et le bétail meurt en masse. Même les gazelles, les pintades, les hyènes et les chacals ont quitté la région. »

« Le désert progresse »

A l’Office national du développement rural de Mao, le chef-lieu du Kanem, Mbaïbaroum se demande quand « la nature retrouvera son cours normal ». Et l’agronome de détailler: « Il y a trente ans, il pleuvait en moyenne 300 mm d’eau pendant la saison des pluies. Cette année, on en a mesuré 134 mm, le sol est nu et les bras valides fuient l’agriculture. » Représentant de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture au Tchad, Mamoudou Diallo estime que les villageois subissent de plein fouet les effets du dérèglement climatique. « Le réchauffement de la planète, les gens le vivent déjà ici. Cette année, la pluviométrie a baissé de 60% dans certaines zones. »

Dans son « palais » de Mao, le sultan du Kanem âgé de 84 ans, désespère de voir ainsi la terre de son enfance s’appauvrir. « On ne peut plus planter de bananes, d’oranges ou de mangues dans nos jardins, explique le vieil homme. Chaque année, le désert progresse, de nouvelles couches de sable s’effondrent sur les ouadis (NDLR : les oasis). Jadis, il suffisait de creuser à deux mètres pour puiser de l’eau mais aujourd’hui, il faut aller la chercher à cinq ou dix mètres de profondeur. »

Si les animaux paient chaque année un tribut de plus en plus lourd à la sécheresse, les enfants sont eux aussi victimes de ce manque d’eau et de nourriture.

Au centre de santé d’Amdoback, ACF a admis 2 806 enfants victimes de malnutrition entre le mois de janvier et le mois de juin. Ce jour-là, le thermomètre affiche 39,7°C et ils sont une cinquantaine à s’abriter à l’ombre protectrice d’un grand acacia.

« Migrants climatiques »

Certaines mamans ont marché une nuit entière pour faire peser leurs nourrissons et repartir avec quelques sachets de Plumpy Nut, une pâte prête à consommer à base d’arachide utilisée en cas de famine. Blotties dans les bras de leur mère, les jumelles de Kadija souffrent de diarrhées et de conjonctivite, deux signes précurseurs de malnutrition. Comme beaucoup de femmes du Kanem, Kadija a dû se résoudre à voir partir son mari au sud du pays pour trouver du travail et de quoi nourrir les sept enfants du couple. De plus en plus d’anciens agriculteurs désertent ainsi leur terre pour tenter leur chance en ville. Au Tchad, on les appelle les « migrants climatiques ».

« Mon mari était cultivateur depuis quinze ans, mais il a dû quitter sa terre qui ne donnait plus rien à cause du manque de pluie. Maintenant il m’envoie régulièrement de l’argent, de l’arachide et du lait », confie Kadija, qui n’a que deux mois de réserve de mil pour tenir jusqu’à la prochaine récolte l’été prochain. Désespérés de voir les herbes se faner toujours plus tôt et le désert gagner sur leurs pâturages, un tiers des éleveurs du Kanem ont déjà jeté l’éponge et quitté la région depuis les années 1970.

Mao (région du Kanem, Tchad), Frédéric Mouchon,

envoyé spécial pour Le Parisien – Aujourd’hui en France

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.