Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

ci2-1.jpg

À la Une

Massacres et urgence humanitaire

ci2-1.jpg

« C’est un remake dramatique des massacres de 2005 », témoigne depuis Duékoué François Danel, directeur général de l’ONG Action contre la Faim (ACF). Victime d’exactions d’une extrême violence il y a six ans, cette ville de l’ouest de la Cote d’Ivoire a de nouveau été le théâtre de massacres entre le 27 et le 29 mars. « Plusieurs témoins directs m’ont affirmé que ce ne sont pas des dizaines, mais des centaines de personnes qui ont été massacrées», témoigne François Danel.

La présence nécessaire de la communauté internationale

Cependant, ce n’est pas seulement Duékoué mais l’ensemble de la région Ouest qui est fortement affecté. Alors que les risques d’exactions perdurent, « il est essentiel d’assurer rapidement la présence de la communauté internationale», insiste François Danel. Face aux combats, des dizaines de milliers de personnes ont fui leur foyer. Entre la ville de Man et Duékoué on peut voir des villages entièrement vides, certains brûlés. Les populations se sont réfugiées en brousse ou le long de la frontière du Libéria voisin. Des témoignages font penser que les hommes y laissent leur famille en sécurité et reviennent régulièrement dans leur village pour surveiller leur terre.

Un fret dès jeudi pour répondre à l’urgence

A Duékoué, des milliers d’habitants se sont regroupés sur des sites comme celui de la mission catholique. « 20 à 30 000 personnes, essentiellement des femmes et des enfants, s’y entassent dans un périmètre réduit, sans abri. Les vivres disponibles seront rapidement insuffisants. La densité de la population est telle que la moindre infection se propagerait comme une trainée de poudre» témoigne François Danel. De plus, l’approche de la saison des pluies fait craindre une détérioration des conditions de vie pour ces personnes sans abri et de nouveaux problèmes sanitaires.

Dans l’immédiat il y a urgence à intervenir dans le site pour assurer un accès à l’eau minimum et une propreté du site. Après cette aide d’urgence, il faudra rapidement trouver et équiper un nouveau site d’accueil adapté car la situation d’insécurité va vraisemblablement perdurer encore plusieurs semaines.

Action contre la Faim a déjà mis en place un programme d’accès à l’eau et à l’assainissement qui comprend notamment la distribution de filtres afin de garantir l’accès à une eau potable. Elle renforcera son dispositif avec l’envoi dès jeudi d’autres membres de l’équipe d’urgence et de matériel.

IMPORTANT

A L’ATTENTION DES JOURNALISTES

Le directeur général d’Action contre la Faim se trouve actuellement dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Il sera rejoint dès mercredi par une chargée de communication d’urgence. Pour des interviews, témoignages, n’hésitez pas à nous contacter :

Christina Lionnet 01.43.35.82.37 clionnet@actioncontrelafaim.org

Julia Belusa 01.43.35.82.22 jbelusa@actioncontrelafaim.org

Urgences et jours fériés : 06.70.01.58.43

Des vidéos seront également consultables sur notre site www.actioncontrelafaim.org sous peu.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.