Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

p1000753_-_3_01-1.jpg

À la Une

ACF répond à une importante crise nutritionnelle en RDC

p1000753_-_3_01-1.jpg

DJUMA, BANDUNDU, République démocratique du CONGO

Action Contre la Faim a découvert des taux de malnutrition aiguë parmi les plus élevés jamais observés par l’organisation en République Démocratique du Congo, au cours de sa dernière enquête nutritionnelle, effectuée à Djuma, une zone sanitaire de la province de Bandundu, située au sud du pays. L’organisation humanitaire non gouvernementale traite des milliers d’enfants souffrant de malnutrition dans cette région, ainsi que dans d’autres provinces du sud du pays, où la malnutrition aiguë est très répandue chez les jeunes enfants.

À Djuma, près d’un enfant sur cinq souffre de malnutrition aiguë, soit près de deux fois le seuil d’urgence désigné par le Ministère congolais de la Santé. Le taux de malnutrition aiguë globale dans cette zone a plus que doublé depuis la même période l’an dernier, passant de 9,6 pour cent à 19,8 pour cent.

« Nous répondons à l’urgence et nous demeurons très préoccupés par le nombre élevé de familles qui viennent chercher des soins pour leurs enfants dans nos centres de nutrition thérapeutiques », dit Cheick Ba, chef de mission d’Action Contre la Faim en République Démocratique du Congo.

Action contre la Faim a déployé deux équipes d’urgence dans la province du Bandundu et est également présente dans les provinces voisines du Kasaï et du Katanga, où les taux de malnutrition se situent également au-dessus du seuil d’urgence national. Au cours du dernier mois, à Djuma, plus de 830 enfants ont été admis dans sept centres de nutrition appuyés par ACF ; dans différentes poches de malnutrition au sud de la République Démocratique du Congo, quelques 7 600 autres enfants ont été traités depuis juillet et ce, dans le cadre d’un effort conjoint d’ACF et des autorités sanitaires locales. Le soin de la malnutrition aiguë, un état médical dans lequel le corps commence à brûler ses propres tissus après avoir épuisé ses réserves d’énergie, nécessite un régime thérapeutique intensif spécialement conçu pour le métabolisme des enfants.

Le sud du Congo ne reçoit que peu d’attention de la part des bailleurs de fonds institutionnels d’urgence, qui se concentrent sur la partie est du pays, une région ravagée par une violence continue. « Bien que le sud ne soit pas une zone de conflit, il est aux prises avec un type de crise différent – et tout aussi dévastateur », dit Karine Milhorgne, Responsable Géographique pour la République Démocratique du Congo. « Tant que ces crises ne sont pas traitées comme des urgences et placées comme telles sur la liste des priorités, nous continuerons de voir un grand nombre d’enfants mourir à cause d’une condition tout à fait évitable et traitable. »

La province de Bandundu fait face à des taux de malnutrition élevés et récurrents, découlant de plusieurs facteurs liés, notamment, à une production agricole et animalière insuffisante, un manque d’activités génératrices de revenus, de mauvaises pratiques alimentaires et à la baisse de production de manioc (un aliment de base) causée par une maladie phytosanitaire. Comme mécanisme d’adaptation, certains fermiers sont forcés de vendre leurs récoltes sur pied, ce qui ne leur laisse que peu de revenus ou de réserves de semences. La population éprouve également des difficultés à adapter ses techniques agricoles aux variations climatiques, qui ont rendu l’agriculture plus difficile.

Travaillant en République Démocratique du Congo depuis 1996, Action contre la Faim met en oeuvre des programmes de nutrition, de sécurité alimentaire, d’approvisionnement en eau et d’assainissement dans les provinces du Kasaï Occidental, du Kasaï Oriental, du Katanga, du Nord Kivu, du Sud Kivu, de Kinshasa, de la Province Orientale, ainsi que de Bandundu. Cette année seulement, Action contre la Faim a traité dans le pays plus de 20 000 enfants atteints de malnutrition aiguë sévère, la forme la plus grave de cet état.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.