L’allaitement est essentiel, il sauve des vies
autres sites dans le monde

 

Urgence

  • Crise Rohingya au Bangladesh : les besoins humanitaires sont immenses

L’allaitement est essentiel, il sauve des vies

31.03.2014
Recit de mission
Sanjit Das
5 questions à Yara Sfeir, Nutritionniste Référente nutrition et santé pour les pays d’Asie et point focal pour l’allaitement dans l’équipe nutrition au siège à Action contre la Faim (ACF) sur l’importance de l’allaitement

Les Nations-unies ont décrété le 29 mars, journée mondiale de l’allaitement. Pourquoi l’allaitement est-il si important ?

 

L’allaitement est optimal pour l’enfant : le lait est à la bonne température, toujours prêt, en quantité illimité, stérile et nutritionnellement parfait. On préconise l’allaitement exclusif de 0 à 6 mois, puis d’introduire peu à peu d’autres aliments à l’âge de 6 mois tout en continuant l’allaitement jusqu’à 2 ans ou plus. Mais il prend une toute autre importance dans les zones d’intervention d’Action contre la Faim ou les régions reculées, dans des camps de réfugiés ou après une catastrophe naturelle… Dans ces cas-là, ça n’est souvent plus un choix, mais une question vitale pour l’enfant. Une étude récente a même démontré que l’allaitement réduit le taux de mortalité des enfants de 20%[i][i] plus que toute autre mesure préventive. Introduire des aliments diversifiés à l’âge de 6 mois - l’alimentation complémentaire - fait partie des 3 interventions phares pour prévenir les décès des enfants de moins de 5 ans : 6% des décès peuvent être prévenus. Il y a aussi d’autres bénéfices. Il favorise entre autre l’attachement, très important pour le développement affectif et social de l’enfant, retarde une future grossesse et permet la contraction de l’utérus et une meilleure convalescence pour la maman.

 

L’allaitement est-il un bon moyen pour prévenir la sous-nutrition ?

 

C’est un outil clé en termes de prévention de la sous-nutrition. Il est fait pour l’enfant. En plus des bénéfices que j’ai déjà mentionnés, il a un atout essentiel : sa composition nutritionnelle est idéale et s’adapte aux besoins de l’enfant. Il s’adapte à chaque tétée, variant au quotidien en suivant l’évolution de l’enfant. Le premier lait, le colostrum est plus riche en anticorps, puis les proportions de protéines, lipides, glucides et micronutriments varient au fil des besoins du bébé. Il s’adapte même au cours d’une tétée, en fonction de sa durée par exemple. Parfois plus riche, parfois plus désaltérant … D’un point de vu nutritionnel c’est ce qu’il y a de mieux pour l’enfant, c’est du sur-mesure au jour le jour. C’est un mécanisme vivant en quelque sorte. C’est incroyable.

 

N’est-il pas paradoxal que l’allaitement semble si naturel et si difficile à la fois ?

 

C’est vrai. Les mamans ont besoin d’être accompagnées. Ça n’est pas simple comme on pourrait le croire. Le poids des croyances, le manque de connaissances ou d’accompagnement, l’état émotionnel des mamans ou leurs conditions de vie sont des freins à la pratique de l’allaitement. Mal pratiqué cela peut même être très douloureux. De plus, hier comme aujourd’hui, les mamans doutent, et ce, partout dans le monde. Elles doutent de la qualité de leur lait, de la quantité, elles se remettent en question sans cesse. Par exemple, si elles ont été de mauvaise humeur où qu’elles ont mangé un aliment particulier elles imaginent que cela rend leur lait mauvais. Lorsqu’elles sont présentes les équipes d’Action contre la Faim accompagnent les mamans mais également leur entourage pour leur montrer les bonnes positions, les conseiller, les soutenir.

Mais d’un autre côté, si une maman n’allaite pas elle devra également faire face à de nombreuses difficultés. Elle aura besoin d’argent pour acheter le lait en poudre par exemple et cela coûte cher. Il faut savoir comment le préparer correctement, savoir lire, le préparer dans des bonnes conditions d’hygiène, le conserver au frais, avoir accès à de l’eau potable… Mais surtout, une simple erreur de préparation ou une mauvaise pratique d’hygiène peut être fatale pour l’enfant. Dans ces cas-là, les donations de lait en poudre peuvent alors être néfastes. Les équipes de coordination de nutrition sur place privilégient toujours les pratiques d’allaitement habituelles et ne mettent en place que des distributions extrêmement ciblées de lait en poudre.

 

Toutes les femmes peuvent-elles allaiter ?

 

On ne sait pas assez que toute femme qui le souhaite peut allaiter. Même si elle n’a pas été mère. Une tante, une grand-mère ou une voisine… Lorsque l’enfant est orphelin par exemple, si l’allaitement a été interrompu ou n’a jamais commencé on peut mettre en place un programme SST, la technique de relactation. Après avoir installé un tube relié à un verre de lait sur le sein, les infirmières sensibilisent les mamans ou personnes en charge du bébé à la bonne position et accompagne l’enfant dans sa tétée. L’enfant en tétant aspire le lait depuis le verre mais stimule la production de la prolactine et de l’ocytocine chez la femme allaitante qui déclenchent la montée de lait. Cette technique peut prendre une semaine et fait ces preuves tous les jours