Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

20170729_164918.jpg

Témoignages

Yémen

"Cela ressemble à un jour normal dans un pays en paix, mais il n’y a rien de plus faux."

C’est le petit matin, très tôt.

Je peux entendre les voix des enfants et des instituteurs depuis l’école en face de notre bureau ; ils font des exercices de gym avant d’entrer dans leurs salles de classe et commencer leurs leçons. J’entends un coq chanter au soleil : il rappelle les passants qu’il est l’heure de se mettre à leurs tâches quotidiennes. Dans la rue, des voitures passent.

Cela ressemble à un jour normal dans un pays en paix, mais il n’y a rien de plus faux.

La guerre civile pour le contrôle du pays est en train d’affamer la population : les prix des biens, du gasoil et de l’eau ont augmenté jusqu’à 600%. Selon les organisations humanitaires, 70% de la population vit avec moins d’un dollar par jour et par personne. Le blocus imposé aux biens commerciaux et à l’aide humanitaire limite le fonctionnement économique du pays et par conséquence la capacité des familles à offrir à leurs enfants la vie à laquelle ils ont droit.

Les combats et les bombardements aériens sont la conséquence quotidienne d’un pays divisé. Dans les zones de combats, les écoles sont fermées et certains hôpitaux ont été détruits. Le système de santé s’est effondré et souvent, les personnes ne peuvent même pas se rendre dans les centres de santé qui restent ouverts. Les gens meurent de maladies qui, dans un contexte habituel, sont facilement guérissables.

Plus des trois quarts de la population sont au bord de la famine et l’aide humanitaire ne peut pas atteindre tous ceux qui en ont besoin. Une grande partie du pays est inaccessible pour des raisons politiques et sécuritaires.

Les gens se déplacent à l’intérieur du Yémen pour trouver un peu de paix et l’espoir d’une vie meilleure, mais cela est très difficile. Parmi eux les enfants sont les plus affectés ; quelle est donc cette vie qui leur est offerte ?

Mes collègues d’Action contre la Faim entrent dans le bureau, les voix des enfants résonnent encore dans l’air. Cela ressemble à un jour normal dans un pays en paix. Mais ça ne l’est pas.


Federico Soranzo, Directeur pays d’Action contre la Faim au Yémen.
Sana’a, 18 décembre 2017.

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte