Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

logo_action_contre_la_faim-408.png

Témoignages

Rangaiya Kanaganathan – Manager du programme WASH – Zimbabwe

logo_action_contre_la_faim-408.png

Un environnement propice aux maladies hydriques

Kanaganathan est intervenu au Zimbabwe suite à la vaste épidémie de choléra qui a touché le pays à la fin de l’année 2008. Cette maladie se développant dans des conditions d’hygiène et d’accès à l’eau défavorables et dans des zones de fortes concentrations humaines, le Zimbabwe répondait malheureusement aux critères. «Les moyens d’assainissement y sont précaires et une grande partie de la population n’a toujours pas accès à l’eau potable et a des mauvaises pratiques d’hygiène» précise Kanaganathan. En effet, dans les zones rurales, une large part de la population ne dispose pas de réelles latrines, les excréments contaminent l’eau puisée à proximité dans des points d’eau mal protégés. Les maladies hydriques, choléra en tête, se propagent ensuite extrêmement vite par contagion, via des pratiques d’hygiène inadaptées, les contacts manuels, les aliments, de l’eau de boisson, au gré des déplacements des populations notamment dans les zones peuplées… Mais manquant de moyens, le système de santé local s’est montré impuissant face à l’ampleur d’une épidémie, qui a été la plus grande que le monde ait connue depuis quinze ans.

Les équipes d’ACF dans la province de Masvingo

ACF s’est implantée au Zimbabwe en 2002, suite aux effets d’une crise aux multiples facettes: sécheresse, récession économique, faible disponibilité et cherté des intrants agricoles ; le tout accentué par une réformé agraire commencée en 2000 qui a participé à la réduction de la production agricole et à l’enlisement dans des difficultés économiques… L’association intervient depuis dans quatre provinces du pays : dans les Midlands au centre du pays, dans la province de Manicaland à l’est, à Matebeleland au sud, et à Masvingo au sud-est du pays. La province de Masvingo a été fortement touchée par l’épidémie de choléra, et détient le triste record du plus fort taux de personnes touchées. Pour venir en aide à ces populations vulnérables et notamment grâce au soutien financier du Service d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO), les équipes d’ACF se donnent pour mission d’améliorer l’accès à l’eau, le système d’assainissement et les pratiques d’hygiène. ACF travaille en étroite collaboration avec les centres de santé locaux en leur fournissant un apport technique afin de développer leurs capacités dans la gestion de l’eau et de l’assainissement. Concrètement, l’association répare et améliore des points d’eau, construit des latrines, et distribue du matériel d’hygiène de base tel du savon, des seaux ou du chlore. « Les populations sont impliquées dans le projet et mettent elles-mêmes en place les latrines. » Pour prévenir les maladies hydriques, l’équipe d’ACF à Masvingo promeut les bonnes pratiques d’hygiène auprès des populations lors de séances de sensibilisation. Dans le cadre de la réponse soutenue par ECHO au niveau du Zimbabwe, l’équipe de Kanaganathan se déploie en moins de 24 heures en cas d’alerte au choléra dans une zone.

Des résultats positifs

Le travail d’ACF dans cette région du Zimbabwe est vu comme une réussite. « Tout s’est très bien passé sur place, et l’équipe avec laquelle je travaillais dans la région sur la problématique du choléra a été très efficace. » Originaire du Sri Lanka, Kanaganathan a été marqué par le niveau d’éducation des populations. « Les personnes que j’ai rencontré sur le terrain étaient très réceptives aux projets d’ACF. » L’implication des populations locales ajoutée à l’efficacité de l’équipe sur places ont permis de faire diminuer le nombre de personnes touchées par le choléra. « Les résultats de l’activité d’ACF conjugué au travail des autres ONG dans le pays sont clairement visibles ». En 2009, 100 000 personnes étaient affectées, aujourd’hui elles sont 50 fois moins nombreuses.

Si l’on demande à Kanaganathan si sa mission s’est bien déroulée, on sent qu’il a été marqué par ce pays, et sa population. « J‘ai été très bien accueilli au Zimbabwe et j’espère y retourner un jour. »

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.