Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Fatima family 2

Témoignages

Yémen

Haja Fatima : « Nos vies étaient stables avant que la guerre ne change tout »

Fatima family 2

« Nous avions une petite ferme, où nous faisions pousser du maïs et du blé, ainsi que des légumes. Nous récoltions plusieurs fois par an et vivions dans une grande maison avec mon fils, Ali, qui est professeur de mathématiques, ses deux femmes et ses dix enfants » raconte Haja Fatima, la soixantaine, se remémorant le temps où la guerre n’avait pas encore ravagé son village et chassé sa famille sur la route de l’exil.

 

"Ali enseignait le matin et nous rejoignait aux champs l’après-midi. Nos vies étaient stables et sûres. C’était il y a deux ans, avant que tout ne change ; que nous connaissions la douleur du déplacement et d’abandonner notre foyer."
Haja Fatima
Yémen

« Quand la guerre a commencé, nous avons tout laissé derrière nous pour fuir. Nous n’avons pris que le strict nécessaire. Au début, nous bougions d’un endroit à un autre, avant de nous installer dans la ville d’Al-Qanawis, il y a quelques mois. Nous louons une petite maison pour 6000 riyals yéménites – 15 dollars par mois. Ça a l’air peu pour beaucoup de personnes, mais pour nous c’est un montant conséquent. Chaque mois nous avons du mal à réunir la somme. »

Dès leur arrivée, son fils Ali a cherché un emploi en tant que professeur. Mais le gouvernement a depuis longtemps du mal à assurer les salaires des fonctionnaires. Dans une situation où le marché de l’emploi est en crise, et face à l’urgence de subvenir aux besoins de la famille, Ali a accepté une bourse d’étude en Inde. Cela fait deux mois qu’il est parti.

Haja Fatima s’occupe désormais seule de sa famille. Identifiée comme vulnérable, la famille reçoit une aide financière. « Je travaille dans les champs d’un des voisins mais l’aide apportée par Action contre la Faim est ma source principale de revenus. J’ai pu payer mon loyer, acheter de la farine et enfin rembourser mes factures en eau qui s’accumulaient. »

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte