Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Témoignages

Haïti

portrait de Gladys Feron, 5 ans après le séisme

Gladys est originaire des Cayes et a rejoint Port-au-Prince en 1976. À l’époque, sa mère travaillait dans l’artisanat et vendait des paniers et des chapeaux sur les marchés de la capitale. Plus tard, Gladys a vécu dans le quartier de « Santo », près de la commune de Croix-des-Bouquets, et a eu quatre enfants de deux pères différents. Celle-ci effectuait alors une activité similaire à celle de sa mère, et vendait sa production de vannerie dans différents magasins de la ville. Photographie : (c) Gaël Turine / Agence VU’.

 

Le 12 Janvier 2010, le séisme a détruit sa maison, tuant sa mère et une de ses petites-filles. Ses quatre enfants vivaient avec elle à Santo, mais la plupart n’étaient pas au foyer familial le jour du tremblement de terre. Suite au séisme, la famille a vécu durant deux mois dans un camp de déplacés victimes du tremblement de terre.

 

Quelques mois avant le séisme, Gladys a rencontré un homme à Port-au-Prince. Le drame du 12 Janvier ayant détruit sa maison, il a alors proposé à Gladys et sa famille de venir vivre dans son village d’origine, à Labranle.

 

Aujourd’hui, les enfants de Gladys louent un appartement à Labranle, dans lequel ils vivent tous ensemble. Ils étudient et travaillent mais n’arrivent pas à payer régulièrement le loyer, obligeant Gladys à les aider malgré ses faibles revenus. Son homme est couturier et travaille suffisamment mais ses revenus ne sont pas importants. Gladys est ainsi contrainte de voyager régulièrement à Port-au-Prince pour vendre sa vannerie. Cependant, ses produits se vendent moins qu’auparavant, diminuant ainsi un peu plus ses revenus.

 

En devenant membre de « Tipas Tipas », un des programmes Korelavi mis en place par Action contre la Faim, Gladys espère profiter des bénéfices issus de l’investissement collectif de la trentaine de membres de « Tipas Tipas ».

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte