Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Témoignages

Haïti

portrait de Gladys Feron, 5 ans après le séisme

Gladys est originaire des Cayes et a rejoint Port-au-Prince en 1976. À l’époque, sa mère travaillait dans l’artisanat et vendait des paniers et des chapeaux sur les marchés de la capitale. Plus tard, Gladys a vécu dans le quartier de « Santo », près de la commune de Croix-des-Bouquets, et a eu quatre enfants de deux pères différents. Celle-ci effectuait alors une activité similaire à celle de sa mère, et vendait sa production de vannerie dans différents magasins de la ville. Photographie : (c) Gaël Turine / Agence VU’.

 

Le 12 Janvier 2010, le séisme a détruit sa maison, tuant sa mère et une de ses petites-filles. Ses quatre enfants vivaient avec elle à Santo, mais la plupart n’étaient pas au foyer familial le jour du tremblement de terre. Suite au séisme, la famille a vécu durant deux mois dans un camp de déplacés victimes du tremblement de terre.

 

Quelques mois avant le séisme, Gladys a rencontré un homme à Port-au-Prince. Le drame du 12 Janvier ayant détruit sa maison, il a alors proposé à Gladys et sa famille de venir vivre dans son village d’origine, à Labranle.

 

Aujourd’hui, les enfants de Gladys louent un appartement à Labranle, dans lequel ils vivent tous ensemble. Ils étudient et travaillent mais n’arrivent pas à payer régulièrement le loyer, obligeant Gladys à les aider malgré ses faibles revenus. Son homme est couturier et travaille suffisamment mais ses revenus ne sont pas importants. Gladys est ainsi contrainte de voyager régulièrement à Port-au-Prince pour vendre sa vannerie. Cependant, ses produits se vendent moins qu’auparavant, diminuant ainsi un peu plus ses revenus.

 

En devenant membre de « Tipas Tipas », un des programmes Korelavi mis en place par Action contre la Faim, Gladys espère profiter des bénéfices issus de l’investissement collectif de la trentaine de membres de « Tipas Tipas ».

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.